Le double-jeu des médias

La partialité des médias n’est pas toujours évidente car ils faussent insidieusement les bases de comparaison du public.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le double-jeu des médias

Publié le 25 novembre 2012
- A +

La partialité des médias n’est pas toujours évidente car ils faussent insidieusement les bases de comparaison du public.

Par Marc Crapez.

Ça recommence contre Copé. Traité de « crapule » et de « voyou ». Il se serait inspiré d’un Patrick Buisson « tapi dans l’ombre ». Ce sont, mot pour mot, les mêmes injures et affabulations que celles qu’employait l’extrême-droite des années 30.

Comment en est-on arrivé là ? Par un jeu de billard à trois bandes. Acte I, pendant la campagne à l’UMP, les médias sacrent François Fillon et aussi Alain Juppé comme garants moraux de la droite face à une droitisation ourdie par Jean-François Copé. Acte II, depuis la contestation des résultats, les déclarations de Fillon sont prises pour argent comptant et Juppé est proclamé autorité morale. Acte III, Copé est désigné comme le mauvais élément rétif à suivre les conditions dictées par Juppé.

L’acte II est basé sur l’arbitraire. Rien ne permet de valider les accusations portées par Fillon contre Copé, si ce n’est l’habitude prise pendant la campagne de lui donner raison. Et rien ne permet, sauf cette même habitude, de faire de Juppé un parangon de vertu.

Sur le fond en effet, l’itinéraire de Juppé est contrasté. En 1983, il talonnait le Front national en préconisant « d’encourager le retour au pays ». En 1995, son arrogance légendaire lui valut de se mettre la France à dos. Par la suite, ses dix ans d’inéligibilité ont été ramenés à un an en appel. Bref, à l’instar de Lionel Jospin, Juppé serait plutôt un sage, mais pas le sauveur célébré par les médias. Et surtout, il avait pris parti durant la campagne contre certaines déclarations de Copé.

Fausser les bases de comparaison

Une étape en faisant oublier une autre, c’est ainsi que les médias faussent insidieusement les bases de comparaison du public. Ils modifient les étalons de mesure qui pourraient servir de repères à l’opinion. La vérité est qu’ils prennent fait et cause pour Fillon aujourd’hui parce qu’il était déjà leur candidat préféré hier.

D’autres exemples illustrent ce brouillage des repères. Comparons le prétendu « Hollande-bashing » de novembre 2012 avec l’épisode des « médias pro-Sarko » de janvier 2008. D’un côté, des journalistes qui ne demandent qu’à se laisser convaincre par le chef de l’État, tout en lançant parallèlement une campagne de presse visant à faire croire à l’existence d’un acharnement contre lui. De l’autre, des journalistes impitoyables envers le chef de l’État, tout en lançant parallèlement une campagne de presse visant à faire croire à l’existence de médias pro-Sarkozy.

Cette forme raffinée de propagande consiste à infléchir les références, les échelles d’évaluation et les critères de jugement des citoyens. Si Hollande est critiqué, c’est parce que les journalistes lui en veulent ; si Sarkozy était critiqué, c’était en dépit du fait que les journalistes étaient trop complaisants envers lui !

Semblablement, à partir de l’automne 2011, on entendit les médias qualifier les consignes élyséennes « d’éléments de langage ». Cette formule donnait l’impression d’un décryptage savant, tout en alimentant des préjugés sur le caporalisme de la droite. Or, il n’était pas neutre de l’accoler à la droite, tandis que restait accolé à la gauche l’expression consacrée d’argumentaire politique. Mais le grand public fut persuadé que la formule « éléments de langage » était un critère objectif. Comme aujourd’hui la médiation Juppé.


Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Désolée de vous le dire, mais le journalisme, aux yeux de la population qui réfléchit, est un repère de « langues de putes » qu’il faut manier avec précaution. Les gens sont de moins en moins dupes des informations « désinformées » qu’ils reçoivent tous les jours, surtout par la télévision. Les journalistes télé sont tellement « cabots » maintenant qu’ils n’offrent que peu de crédibilité : entre les hommes qui « racolent » à coup de scoops, d’invités hors du commun, etc… sans nous donner la vraie information, et les femmes qui paradent, minaudent et ne font pas leur travail (sauf lécher les bottes), inutile de se voiler la face. Nous devons rechercher l’info par nous-mêmes. Il y a des exceptions, sans aucun doute, mais malheureusement, elles sont bridées ou mises de côté….
    Le journalisme n’est plus ce qu’il était, encore une base de notre culture qui fout le camp.

  • Le seul bon côté des choses, c’est que les Français, eut égard à leurs médias soviétiques, sont confrontés bien plus rapidement que dans les autres démocraties à la tâche complexe de s’informer sur les réseaux alternatifs et notamment internet.
    Ils constituent donc un nouveau public pour les blogueurs indépendants et contribuent à une multiplication des sources d’informations très bénéfique.

  • un bagbo-vatara à la Française… ou va le monde !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
talktv
0
Sauvegarder cet article

Il est un pays d'Europe où l'information télévisée échappe encore à une théâtralisation du débat politique inspirée des États-Unis. Ce pays n'est pas la France, où les professionnels au franc-parler, les commentateurs et les milliardaires en quête d'influence médiatique n'ont rien à envier à ceux de CNN, Fox News ou MSNBC.

Non, c'est bien au Royaume-Uni que la résistance aux news à l'américaine reste la plus forte. Un Britannique qui viendrait aux nouvelles après un sommeil de 40 ans trouverait (une fois le maniement de la télécommande... Poursuivre la lecture

Par Philippe Wodka-Gallien[1. Philippe Wodka-Gallien. Institut français d’analyse stratégique. Ancient auditeur de l’IHEDN -47e Session nationale Armement - Économie de défense-. Prix Vauban 2015 pour son livre Essai nucléaire, la force de frappe française au XXIe siècle édité chez Lavauzelle. Auteur du récent ouvrage, La dissuasion nucléaire française en action, dictionnaire d’un récit national aux éditions Deccopman].

Le Monde : « La confrontation nucléaire, un scénario évoqué avec de plus en plus d’insistance en Russie ». Le Figaro ... Poursuivre la lecture

l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles