Zimbabwe : il y a 4 ans, la deuxième plus grande hyperinflation du monde

Comment le Zimbabwe est-il passé de la ruine économique à un taux de croissance annuel du PIB de 9,32% en 2011, et des estimations de croissance relativement soutenue jusqu’en 2013 ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Zimbabwe : il y a 4 ans, la deuxième plus grande hyperinflation du monde

Publié le 19 novembre 2012
- A +

Comment le Zimbabwe est-il passé de la ruine économique à un taux de croissance annuel du PIB de 9,32 % en 2011, et des estimations de croissance relativement soutenue jusqu’en 2013 ?

Par Steve H. Hanke, États-Unis.
Publié en collaboration avec LibreAfrique.

À la mi-novembre 2008, le Zimbabwe connaissait la deuxième plus forte hyperinflation dans le monde. Aujourd’hui, le pays peut se vanter d’une croissance forte et de taux d’inflation à un seul chiffre. En 2008, le taux annuel de croissance du PIB réel du Zimbabwe se situait au niveau catastrophique de -17,6 % alors que le taux d’inflation annuel était de 89,7 sextillion de pour cent (soit à peu près 9 suivi par… 22 zéros).

Alors, comment le Zimbabwe est-il passé de la ruine économique à un taux de croissance annuel du PIB de 9,32 % en 2011, et des estimations de croissance relativement soutenue jusqu’en 2013 ? Comme je l’avais prédit au début de 2008, la réponse est simple : la dollarisation spontanée a mis fin aux horreurs de l’hyperinflation.

À la fin de l’année 2008, le peuple du Zimbabwe a spontanément dollarisé l’économie. La « loi de Thiers » a prévalu : la bonne monnaie a chassé la mauvaise, et les mains de l’État ont été ligotées. Et effectivement, l’État a été contraint à une dollarisation officielle en 2009. Depuis lors, le Zimbabwe a connu des taux de croissance positifs du PIB, un exploit qu’il n’avait pas accompli depuis 2001 (voir le tableau ci-dessous).

Bien que ces réalisations soient cause de réjouissances, il subsiste encore des problèmes : Robert Mugabe continue de tenir les rênes du pouvoir, le classement du Zimbabwe en matière de facilité à faire des affaires place le pays à une lamentable 172ème place sur 185 pays, et le « changement » demeure, pour faire court, difficile à trouver. En outre, la dette extérieure de l’État est désormais proche de 12,5 Md$ et le taux d’intérêt des prêts entre banques au Zimbabwe est très élevé : 25 %. Pour couronner le tout, l’État du Zimbabwe tente de forcer les banques à acheter ses bons du Trésor à des taux significativement réduits, après le flop de la dernière adjudication de sa dette début octobre. C’est donc toujours un pouvoir qui règne d’une main de fer.

Comme si cela ne suffisait pas, les statistiques officielles du Zimbabwe ont produit un très faible rapport signal sur bruit qui, très franchement, laisse tout auditeur statique. Tant la quantité que la qualité des données officielles, des statistiques sur les migrations aux chiffres sur le commerce, sont en nombre insuffisant, en particulier les données de la période d’hyperinflation du Zimbabwe en 2007-2008 .

Rien de tout cela ne me paraît surprenant. Après tout, pour les responsables zimbabwéens, l’hyperinflation dans le pays a atteint un sommet en juillet 2008, avec un taux d’inflation mensuel de 2 600 %. À ce stade, le Zimbabwe avait cessé de recueillir et communiquer des données sur les changements de prix, jetant ainsi un voile de secret sur la catastrophe hyper-inflationniste du pays. En réalité, l’hyperinflation a continué après juillet 2008, et a crû à un rythme exponentiel jusqu’à la mi-novembre 2008.

Alex Kwok et moi-même avions levé le voile sur cette hyperinflation dans notre article de 2009 dans le Cato Journal. Nous avions déterminé que l’hyperinflation au Zimbabwe avait réellement atteint son sommet à la mi-novembre 2008, avec un taux mensuel réel de plus de 30 millions de fois plus élevé que le taux d’inflation final déclaré par le gouvernement. Dans une tentative pour corriger les statistiques frauduleuses de l’État, j’ai contacté des hauts responsables au Zimbabwe par téléphone et courriel. Mais, la bureaucratie se défilant naturellement, mes demandes ont été bloquées.

La dernière chose à laquelle le gouvernement de Mugabe semble s’intéresser est bien un compte rendu exact de la deuxième hyperinflation la plus élevée du monde. Les statistiques frauduleuses restent donc à l’ordre du jour.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Hans-Hermann Hoppe[1. Hans-Hermann Hoppe est un économiste de l’école autrichienne et un philosophe libertaire/anarcho-capitaliste. Il est le fondateur et le président de The Property and Freedom Society.]. Un article du Mises Institute

Imaginez que vous êtes aux commandes de l’État, défini comme une institution qui possède un monopole territorial de la prise de décision ultime dans tous les cas de conflit, y compris les conflits impliquant l’État lui-même et ses agents, et qui a par implication le droit de taxer, c’est-à-dire de d... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Les hélicoptères monétaires décollent et les surenchères de plan de relance commencent.

Côté français, Emmanuel Macron a parlé de 300 milliards d'euros mis à disposition des entreprises et du recours massif au chômage partiel. Évidemment, l’Unedic n’est pas dimensionnée pour indemniser le chômage même partiel d’un tel nombre de salariés du secteur privé. Nous en sommes à 3,6 millions alors qu’il est probable que le confinement se prolonge.

Bruno Le Maire, jamais en retard d’une surenchère interventionni... Poursuivre la lecture

Par Zakri Blé Eddie. Un article de Libre Afrique

Au Zimbabwe, le 14 avril 2016, plus de 2000 manifestants, répondant à l’appel de l’opposition, envahissaient les rues de la capitale Harare pour protester contre le président Robert Mugabe. Âgé maintenant de 92 ans, ce dernier est au pouvoir depuis l’indépendance du pays. Autrefois surnommé le « grenier à blé » de l’Afrique australe, le Zimbabwe est aujourdhui à genoux économiquement suite à une succession de décisions gouvernementales désastreuses. Crise alimentaire par-ci, dégringolade... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles