Taxes sur la bière : la colère gronde

Le gouvernement propose d’augmenter la taxe d’accise sur la bière (pas le vin, son lobby doit être trop puissant!) de 160%.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Najat Vallaud Belkacem taxe sur la bière (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxes sur la bière : la colère gronde

Publié le 5 novembre 2012
- A +

Le gouvernement propose d’augmenter la taxe d’accise sur la bière (pas le vin, son lobby doit être trop puissant!) de 160%.

Par Pierre-Yves Saint-Onge.

Le gouvernement socialiste français propose d’augmenter la taxe d’accise sur la bière (seulement.. le lobby du vin doit être trop puissant!) de 160%. Ce qui représente une augmentation directe au consommateur de 20% du prix du houblon. Il n’y a pas grand monde de content dans le vieux pays.

Selon cet article:

Hier soir l’association professionnelle s’est fendue d’un communiqué pour le moins ferme, jugeant que, « les dernières propositions ne règlent en rien les conséquences dramatiques auxquelles la brasserie française va se trouver confrontée. En effet cet amendement n’épargne pas :
 Les brasseurs puisque 95% de la profession va voir son taux d’accises augmenter de 160%.
 Les consommateurs qui vont supporter une hausse du prix de vente de la bière de l’ordre de 20%, soit 50 cts au comptoir et entre 1,50 et 2 € selon les références en grande distribution.
 L’emploi en brasserie, car avec cette mesure, le marché de la bière risque de s’affaisser de 15%, rendant l’outil de production surcapacitaire sur le territoire national, alors que 70% des bières consommées en France sont produites en France par 3500 salariés.
 L’emploi dans la filière, notamment dans les 35 000 cafés-hôtels-restaurants dont les brasseurs sont un soutien économique majeur. »

Brasseurs de France juge de nouveau cet amendement incohérent au regard des arguments de santé publique avancés par le gouvernement, du fait que « des bières de même degré seront taxées de façon différente en fonction de la taille de la brasserie ».

Brasseurs de France demande donc au gouvernement et la représentation nationale de se référer « au bon sens et à la justice. Profession et entreprises responsables, nous sommes prêts à participer à l’effort de redressement des comptes publics, mais dans une proportion raisonnable et juste, qui ne mette pas en péril l’activité, voire la pérennité de notre secteur ».

Lire aussi nos autres articles sur la taxe bière

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Romaric Jacques Cecillon
    5 novembre 2012 at 11 h 49 min

    ils en appellent au bon sens….voilà l´erreur ^^

  • C’est énervant à la fin ces discours. On dirait des serf s’adressant à leur seigneurs et maître : « pitié monseigneur, nous comprenons que vous avez besoin de nous voler d’avantage pour améliorer les conditions de vie de vos gens (les fonctionnaires) mais de grâce laissé nous de quoi manger une fois par semaine… »

    • « C’est énervant à la fin ces discours. On dirait des serf s’adressant à leur seigneurs et maître »

      Syndrome de Stockholm probablement.

  • Grand jeu concours : pour aider notre gouvernement à trouver des idées de taxes, ce dernier à lancer un nouveau jeu concours qui s’appelle « Dessines moi une taxe ». En jeu : un fut de bière pour celui qui l’emportera !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

En ces moments de pénuries de vent et de soleil quand ils sont nécessaires, (l’intermittence n’étant pas gérable, même au niveau européen, n’en déplaise à certains), et en l’absence depuis plusieurs décennies de constructions de centrales nucléaires nouvelles aux émissions les plus faibles de gaz à effet de serre, à la suite du démantèlement de nombreuses centrales au charbon très polluantes, l’Europe s’est réveillée avec pour seul recours le gaz vendu à prix fort, en particulier par la Russie.

Une dépendance envers la Russi... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Intéressant graphique que celui de l’Union française des industries pétrolières (UFIP) en date du 15 octobre 2021.

Il montre sans la moindre ambiguïté que chaque fois que nous prenons de l’essence ou du diesel, nous n’achetons pas un mais deux produits de prix à peu près équivalents :

Du carburant d’abord, dont le prix actuel, incluant le brut, le raffinage, le transport et la distribution, est de 69 centimes d’euros par litre, plus une TVA à 20 % de 14 centimes d’euros, soit au total 83 centimes par ... Poursuivre la lecture

Par Valentine Rault.

Alors que les prix de l’électricité connaissent une nouvelle hausse, les salariés d’EDF eux sont en grève. Au côté d’une partie de la classe politique, notamment la France Insoumise, les syndicats se mobilisent contre le projet Hercule, qui prévoit une division en trois parties des activités du groupe et une plus grande ouverture aux investissements privés.

Quatorze ans après l’ouverture à la concurrence des marchés de l’énergie, les prix de l’électricité ont augmenté de 50 %, et connaissent une hausse plus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles