Corruption au Maroc : une raison culturelle ?

Transparency International soutient qu’il y a une banalisation culturelle de la corruption au Maroc. A-t-elle raison?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Corruption au Maroc : une raison culturelle ?

Publié le 4 novembre 2012
- A +

Transparency International soutient qu’il y a une banalisation culturelle de la corruption au Maroc. A-t-elle raison ?

Par Hicham El Moussaoui.

La corruption au Maroc exploserait

Extrait : lire l’article intégral sur Unmondelibre.

On la savait endémique dans le secteur public, elle est aussi bien ancrée dans le privé : il s’agit de la corruption. Et pour cause, la publication des conclusions de la dernière enquête de Transparency International portant sur le secteur privé au Maroc donne un verdict sans appel : le Maroc a un niveau de corruption supérieur à la moyenne puisque son score est de 4,1, dépassant la moyenne pour les 30 pays étudiés qui est de 3,3, alors que 55% des entreprises marocaines interrogées ont admis que c’est une pratique très courante au Maroc. Transparency International en déduit une banalisation culturelle de la corruption au Maroc. A-t-elle raison ?

Du point de vue économique, la corruption comme n’importe quel comportement, est le fruit d’incitations. Or, ces dernières sont conditionnées par les institutions : toutes les règles formelles (Constitution, lois, réglementations, contrats…) et informelles (normes sociales, conventions, coutumes, culture,…) qui guident les conduites et encadrent les interactions individuelles. Cela signifierait alors que  le problème de corruption est institutionnel dans le sens où la culture relève des institutions informelles.

Cette nuance est primordiale dans le sens où la « banalisation culturelle » de la corruption au Maroc ne doit pas être interprétée comme une valeur ou relevant intrinsèquement de la mentalité des Marocains. S’il s’agissait d’une valeur intrinsèque aux Marocains, alors pourquoi même les pays européens n’y échappent-ils pas ? Et ce, d’autant que la religion composante essentielle de la culture marocaine condamne la corruption. L’origine du comportement de corruption est à chercher donc du coté des règles juridiques et économiques implicites ou explicites qui encadrent les relations entre l’administration et le citoyen, d’une part, et l’administration et l’entrepreneur, d’autre part.

En effet, avec des institutions encourageant le trafic d’influence, le népotisme, le favoritisme, le comportement de corruption devient plus rentable aux yeux des citoyens et entrepreneurs que le respect des droits des autres, de la loi et de l’effort productif.

Lire l’article intégral sur Unmondelibre.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Jean-Yves Moisseron.

 

Dans la nuit du 8 au 9 septembre 2023, le Maroc a connu sa plus grande catastrophe naturelle de l’époque moderne, un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter, d’un niveau supérieur au tremblement de terre d’Agadir de 1960. Toute la région du Haouz, la ville de Marrakech et l’arrière-pays montagneux ont été particulièrement affectés.

Dans l’état actuel des choses, le bilan humain s’élève à 3000 morts et plus du double de blessés. 50 000 habitations auraient été détruites, certains vill... Poursuivre la lecture

Par Emilie Bronner, Centre national d’études spatiales (CNES). 

 

Un séisme de magnitude 6,8 a frappé le Maroc à 11km d’Adassil le vendredi 8 Septembre 2023 à 23h11 heure locale. On déplore plus de 2 000 décès et autant de blessés avec un bilan qui pourrait encore s'alourdir.

Depuis l’espace, on peut obtenir des informations cruciales pour guider les secours et l’aide humanitaire qui convoie eau et vivres, mais qui sont inaccessibles depuis le sol, en particulier en cas de catastrophes. Il s’agit de cartographier l’é... Poursuivre la lecture

L’Ukraine mène une deuxième guerre, intérieure celle-ci, contre la corruption.

En janvier 2023, le gouvernement ukrainien a été éclaboussé par des scandales de corruption impliquant le vice-ministre de la Défense et le vice-ministre des Infrastructures. Il se trouve que juste avant la guerre, le président Zelensky avait poussé à un tournant anti-corruption. L’Ukraine elle-même était déjà l’un des pays les plus corrompus du continent. Selon Transparency International, son indice de perception de la corruption pour 2022 était encore de 3... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles