Les entrepreneurs ont besoin des financiers

Les marchés financiers sont nécessaires à l’économie, au développement des entreprises, et, par conséquent, à l’emploi et à la protection sociale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
monde finance

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les entrepreneurs ont besoin des financiers

Publié le 25 octobre 2012
- A +

Les marchés financiers sont nécessaires à l’économie, au développement des entreprises, et, par conséquent, à l’emploi et à la protection sociale.

Par Vladimir Vodarevski.

En France, la finance est déconsidérée. Elle est opposée à ce qui est appelé « l’économie réelle ». Deux articles dans la presse viennent contredire ce postulat. Dans son blog sur lefigaro.fr, Yann Le Galès a présenté une étude de Startupbootcamp, qu’il a quasiment entièrement traduite, qui montre l’importance de l’environnement financier pour le développement des startups. Un autre article, publié par lesechos.fr, est une tribune de Denis Payre, co-fondateur de Business Objects, et fondateur de Kiala, qui présente un exemple concret d’utilisation des marchés financiers par une jeune entreprise en développement, et des problèmes posés par l’imposition sur les plus-values prévue dans la loi de finances 2013.

L’étude de Startupbootcamp montre que l’Europe a développé des atouts qui favorisent l’essor des startups : les infrastructures et l’éducation. Elle dépasserait même les USA dans ces domaines. Cependant, elle n’a pas mis en œuvre des conditions permettant de développer suffisamment le nombre de capital-risqueurs, de même que les conditions de sortie du capital des startups. En clair, les législations européennes ne sont pas favorables à l’investissement des financiers dans les start-ups. Les financiers ont besoin de conditions favorables pendant la période d’investissement. C’est, par exemple, un problème de fiscalité. Ainsi, en France, l’ISF pénalise l’investissement dans une entreprise de croissance qui ne distribue aucun dividende et qui présente un risque.

De même, les investisseurs de départ ont besoin de conditions favorables lors de la revente de leurs participations, quand des investisseurs plus traditionnels peuvent entrer dans la société, celle-ci ayant fait la preuve de son modèle économique. D’où la nécessité de marchés financiers développés. Comme par hasard, le pays qui en Europe présente les conditions les plus favorables aux investisseurs dans les startups est le Royaume Uni.

Cette étude de Startupbootcamp montre l’importance des financiers et des marchés financiers pour la création, et surtout le développement de startup. Une startup aura d’autant plus besoin de financements qu’elle est ambitieuse. Et c’est son développement ambitieux qui créera des emplois.

En complément, le témoignage de Denis Payre montre qu’il est illusoire de penser séparer les « bons » investisseurs des « mauvais ». Par exemple, le gouvernement a décidé de favoriser la durée de détention des parts d’une société, pour accorder des abattements fiscaux. Il faut avoir détenu un pourcentage du capital pendant 6 ans au moins pour bénéficier d’un abattement maximum. Sauf que Business Objects a été introduite au Nasdaq, la bourse américaine des startups, au bout de 4 ans d’existence. Et Denis Payre explique que c’était une fenêtre de tir très étroite. Les résultats de la société étaient bons, et le secteur présentait de bonnes perspectives.

De même, en France, il est convenu qu’un « bon » investisseur est celui qui possède un certain pourcentage d’une société. Or, ce pourcentage peut évoluer très vite. Quelqu’un peut investir une certaine somme pour le lancement d’une société. La société grandit et a besoin de nouveaux financement. Ce besoin peut intervenir très rapidement. Le lancement est d’abord un test. Puis, une fois le test réussi, d’autres investisseurs arrivent. Puis, si la société se développe, de nouveaux investisseurs viennent la soutenir. L’investisseur initial peut vite se trouver très dilué. Même le créateur peut être très dilué, car son entreprise n’aurait pas pu se développer sans investisseurs financiers.

Par exemple, Pierre Chappaz, cofondateur de Kelkoo, ne possédait qu’un faible pourcentage de sa société au moment de sa revente. Mais, sans les investisseurs financiers, Kelkoo ne se serait jamais autant développé.

La France favorise la création de très petites entreprises, créées par un petit groupe, qui fait peu appel à des financiers, et qui peuvent plus difficilement, et moins rapidement, se développer, et surtout créer beaucoup d’emplois. D’autre part, les grands groupes peuvent composer avec la complexité fiscale et réglementaire. Mais il ne viendrait pas à l’idée que le déclin de ces groupes puisse être compensé par de nouvelles entreprises, comme Cisco a remplacé Lucent aux USA.

Les marchés financiers sont utiles aux entrepreneurs. Ils sont nécessaires à l’économie, au développement des entreprises, et, par conséquent, à l’emploi, et à la protection sociale, puisqu’elle est financée par les revenus.

—-
Sur le web.

Lire aussi :

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Il fallait le dire!

  • Mais surtout comment faire comprendre cela à la bande de fonctionnaires (pour être poli) qui nous gouverne.
    Le maitre mot, c’est la confiance qui doit revenir dans ce pays; mais là nous ne sommes pas prêt d’y parvenir. Nous voyons déjà les tergiversations autour du futur rapport Gallois.

    • Certes, l’entreprise a besoin des financiers, le problème c’est au moment où ils pillent la trésorerie de celle-ci, compromettant ainsi son avenir.
      C’est du vécu.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Éric Mengus et Guillaume Plantin.

 

Le 23 septembre au Royaume-Uni, l’annonce du mini-budget et les événements qui ont suivi jusqu’à l’annonce de la démission de la Première ministre Liz Truss, le 20 octobre, ont suscité un regain d’intérêt pour le risque de « dominance budgétaire », c’est-à-dire une situation dans laquelle la banque centrale abandonne son objectif de stabilité des prix pour aider le gouvernement à financer ses déficits.

Mais dans quelle mesure cette séquence d’événements doit-elle nous pousser à... Poursuivre la lecture

Par David L. Veksler.

 

Vous êtes-vous déjà demandé s'il existait un chiffre unique qui vous permettrait de savoir si vous avez réussi sur le plan financier ? Il en existe un en fait : la "règle des 4 %".

La règle des 4 % est une règle empirique utilisée par la plupart des conseillers financiers selon laquelle le fait de retirer un maximum de 4 % de votre portefeuille par an vous permettra de vivre indéfiniment sur vos économies. La règle est basée sur 75 ans d'histoire des marchés boursiers et, bien que le pourcenta... Poursuivre la lecture

Pour épargner, commencer par définir ses objectifs

La première priorité pour bien placer son argent ? Savoir ce qu'on veut en faire, ce qu'on aura besoin d'en faire et quand. Il est essentiel de commencer par vous demander pourquoi vous mettez de l'argent de côté : pour un projet à court terme ou à long terme ? Pour un objectif précis comme un achat immobilier ou les études de vos enfants ?

Cette première étape vous permettra ensuite de choisir les produits appropriés. Elle ne doit pas être négligée, faute de quoi vous risqueriez de so... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles