B.A. BA d’économie, par Gérard Dréan

B.A. BA d’économie, un petit livre d’initiation à l’économie, à mettre entre toutes les mains, surtout de ceux qui n’y connaissent rien!

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
B.A BA d'économie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

B.A. BA d’économie, par Gérard Dréan

Publié le 14 octobre 2012
- A +

B.A. BA d’économie, un petit livre d’initiation à l’économie, à mettre entre toutes les mains, surtout de ceux qui n’y connaissent rien !

Par Alexis Vintray.


B.A BA d'économieQui de plus ignare en économie que les Français ? Une étude avait fait scandale fin 2011 en venant montrer que cette inculture économique était tout sauf un mythe. Edmund Phelps, Prix Nobel d’économie, estimait à 1 point de PIB ce que cette ignorance coûte chaque année. Mais, prompts à critiquer, les Français sont moins enthousiastes à proposer des solutions.

On ne peut donc que se réjouir alors de voir sortir un livre qui entend justement aider les Français à s’approprier les notions de base de l’économie. C’est ce que fait avec talent Gérard Dréan, bien connu des lecteurs de  ce site, avec son B.A. BA d’économie (Achetable sur Amazon et autres librairies en ligne).

En 9 chapitres, courts et didactiques, l’auteur emmène son lecteur des bases de l’économie (« qu’est ce que la valeur d’un bien ou d’un service ? », « qu’est ce que l’échange ? ») à des notions plus avancées (« comment le marché s’ajuste-t-il ? » « qu’est-ce que l’État ? »). Le tout, accompagné de résumés à chaque chapitre pour conserver la démarche d’ensemble.

Surtout, chaque chapitre s’accompagne d’exemples simples (Je produis des choux, que j’échange avec Paul, Jeanne ouvre son restaurant, l’agrandit avec l’argent de nouveaux investisseurs, etc.) pour comprendre concrètement les différentes notions évoquées, de la monnaie à l’entreprise, au marché boursier ou aux principales idées économiques et ainsi appréhender des vérités souvent oubliées : l’échange libre n’aurait pas lieu s’il n’était pas profitable aux deux parties, etc. En cela, l’auteur remplit bien son pari, de « présenter les faits économiques fondamentaux à partir de constats que chacun peut faire dans sa vie quotidienne, par des raisonnements simples, en utilisant le langage de tous les jours, sans jargon mathématique ou autre, sans demander de connaissances qui dépasseraient le niveau du collège ».

On retrouve dans cette démarche une volonté proche de celle de Henry Hazlitt dans L’économie en une leçon : expliquer pour que le lecteur découvrant l’économie ne soit plus la victime des sophismes dont les « économistes » médiatiques, alternatifs ou autres nous abreuvent quotidiennement dans les médias à grande audience. Mais, à la différence d’un Hazlitt prenant sophisme par sophisme pour les réfuter, Gérard Dréan donne plutôt la vision d’ensemble de l’économie, pour donner à chacun les moyens de comprendre lui-même ce qu’il vit et s’affranchir des discours creux.

Entre les lignes, le connaisseur retrouvera surtout une approche autrichienne, fidèle à ce que l’on peut attendre du traducteur de l’Action Humaine de Ludwig von Mises. Approche que le lecteur verra explicitée à la fin de l’ouvrage, sans toutefois que celui ci soit particulièrement prosélyte ou militant. Fidèle à son titre, le livre constitue bien plus une présentation des bases de l’économie donnant un bon aperçu des vues autrichiennes, qu’un ouvrage prêchant en direction des convaincus. Mais n’est-ce pas justement ce qu’il nous manque ?

Car, soyons clair, le familier de l’économie n’apprendra que peu à part réviser ses gammes. Mais pour le débutant curieux, pour votre mère/père/frère/sœur qui ne comprend pas grand chose à l’économie, voilà une initiation utile et une idée de cadeau pour Noël ! Surtout, alors que les hommes politiques français rivalisent d’inventivité dans les mesures néfastes ou absurdes, leur offrir ainsi qu’aux parlementaires ce B.A. BA d’économie est une œuvre de salut public…

Lien Amazon

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Un livre remarquable !

    Une excellente initiation, qui se lit comme un roman. On a les bases de l’économie, les concepts clés, les définitions, avec des exemples très concrets. La pensée de l’école autrichienne est présente tout le long, de façon subtile, intégrée aux développements.

    Je pense que même les habitués et grands connaisseurs de l’économie peuvent prendre beaucoup de plaisir à le lire. Et ça peut leur faire du bien de revenir sur les principes de bases, de se rappeler que l’économie ne se résume pas à quelques formules de maths et quelques graphiques.

    Bravo à l’auteur, livre de référence !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture

On remarquera que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, dans ce bref entretien, où il n’est question que d’ajouter 1 h 30 d’enseignement scientifique aux élèves dont ce n’est pas un «  enseignement de spécialité », doit à la fois se référer aux paroles du président de la République et au Conseil supérieur des programmes qui a élaboré un « projet pour un nouveau programme de mathématiques » à la rentrée 2022 :

🎙️ @jmblanquer : "Nous allons mettre plus de mathématiques dans le tronc commun. 3h30... Poursuivre la lecture

Le 5 mai dernier, nous avons appris le décès de l’économiste Axel Leijonhufvud, né le 6 septembre 1933 à Stockholm. Il est catalogué comme faisant partie du courant néokeynésien, même si sa pensée était plus complexe que cette simple classification.

J'ai appris beaucoup sur la macro-économie ces (quasi) deux dernières années grâce à Axel Leijonhufvud, d'abord par l'intervalle de Steven Horwitz, George Selgin ou Michael Hoffman (et d'autres), puis en le lisant directement. Les travaux de Leijonhufvud restent cependant moins connus qu'il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles