Présidentielle US : Biden a-t-il remporté son débat face à Ryan ?

Jeudi soir s’est tenu le deuxième débat de l’élection présidentielle. Cette fois, Paul Ryan, colistier du républicain Mitt Romney, était opposé à Joe Biden, l’actuel Vice-Président de Barack Obama.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
ryan-biden-vice-president-candidates-debate

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle US : Biden a-t-il remporté son débat face à Ryan ?

Publié le 13 octobre 2012
- A +

Jeudi soir s’est tenu le deuxième débat de l’élection présidentielle. Cette fois, Paul Ryan, colistier du républicain Mitt Romney, était opposé à Joe Biden, l’actuel Vice-Président de Barack Obama.

Par Emmanuel Arthault.
Publié en collaboration avec Le Bulletin d’Amérique.

L’outsider était incontestablement Joe Biden. Après la « défaite » de Barack Obama la semaine dernière, les Républicains avaient là la possibilité d’enfoncer le clou. Nombreux étaient ceux qui pensaient que le « Veep », bientôt âgé de 70 ans, ne ferait pas long feu face au jeune républicain de 32 ans son cadet.

Mais la victoire n’a pas semblé certaine. L’échange a été vif, mais n’aura probablement aucun impact. Ryan a fait quelque faux pas, notamment en dévoilant quelques faiblesses en politique étrangère — un risque que Ken Weinstein avait souligné il y a quelques semaines — sans pour autant révéler le militant opposé à l’interventionnisme de l’État fédéral qui lui a valu d’être apprécié des conservateurs.

De son côté, Joe Biden pourrait avoir donné une très mauvaise image de lui-même : particulièrement expressif, il ne semble pas avoir compris que la gestuelle peut paraître brutale à l’écran. Fred Barnes notait ainsi dans les colonnes du Weekly Standard que Biden rappelait les mimiques d’Al Gore, le candidat démocrate en 2002. C’est aussi ce que les journalistes de Politico ont noté, rappelant que la forme peut menacer le fond — sa maîtrise apparente des dossiers. Sans doute est-il apparu trop agressif, au risque d’avoir crispé l’électorat centriste que les Démocrates doivent aujourd’hui séduire.

À l’issue de ce débat, selon un sondage de CNN/ORC — une chaîne de tendance plutôt démocrate — 48% des téléspectateurs ont estimé que Ryan l’avait emporté, contre 44%. Cependant, un autre sondage, cette fois de CBS, a donné ce dernier vainqueur, à 50% contre 31%.

—-
Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Taïwan
0
Sauvegarder cet article

La Chine répète de plus en plus fortement qu’elle est décidée à « réunifier » le pays en annexant Taïwan. Et tout le monde remarque que le terme « pacifiquement » a disparu. Comme il semble que Taïwan ne puisse pas se défendre sans les États-Unis, une guerre à grande échelle est tout à fait possible si ce soutien se matérialise.

Cela me rappelle des souvenirs historiques désagréables.

 

De nombreux précédents de mauvais augure

L’argument « c’est le même peuple, et il doit donc être rassemblé sous notre autorité », a ... Poursuivre la lecture

Par Vibhu Vikramaditya.

L'annulation de l'arrêt Roe v. Wade est une décision historique qui confirme le principe le plus élevé d'une république. Une république naît de la liberté d'association, de la même manière que les individus se regroupent pour former une famille, que celles-ci se regroupent pour former une communauté et que les communautés se regroupent pour former une société.

Dans une situation idéale de gouvernance fondée sur la loi, ceux qui donnent la loi et ceux qui la respectent doivent être les mêmes, car ce n'est ... Poursuivre la lecture

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles