Réflexions sur l’Union européenne prix Nobel de la paix

Si se confirmait, la nouvelle de l’attribution du prix Nobel de la paix à l’Union Européenne, que faudrait-il en penser ? Réaction à chaud.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Réflexions sur l’Union européenne prix Nobel de la paix

Publié le 12 octobre 2012
- A +

Si la nouvelle de l’attribution du prix Nobel de la paix à l’Union Européenne se confirmait, que faudrait-il en penser ? Réaction à chaud.

Une nouvelle assez étonnante semble émerger via une chaîne de télévision norvégienne, selon laquelle le lauréat 2012 du prix Nobel de la paix serait rien moins que l’Union européenne.

Si elle se vérifie, qu’en penser. En quoi l’UE le mérite-t-elle ?

Voici quatre réflexions à la lumière desquelles analyser cette information :

– Ce prix Nobel, dit de la paix, si politisé, représente-t-il toujours un quelconque mérite ? Pour rappel, ces dernières années il a été attribué à un Président américain qui s’est avéré tout aussi belliqueux, sinon plus, que son pourtant très agressif prédécesseur ; à une dame qui plante des arbres et qui aurait affirmé que les Blancs ont créé le VIH pour exterminer les noirs ; à un ex-vice Président américain ayant réalisé un film d’épouvante sur le climat, film que la justice britannique a depuis recommandé de ne pas montrer dans les écoles, et à une massive bureaucratie mondiale dont la mission est de faire croire que l’optimum climatique médiéval n’a pas existé. Bref, quelle valeur ce prix a-t-il encore ?

– Si l’UE n’est pas un État, malgré les rêves de certains, c’est tout de même une des plus grosses et influentes entités politiques de la planète. Si ce prix lui est attribué alors pourquoi pas à l’Inde, à la Chine, à la communauté des États Indépendants (ex-URSS), ou aux États-Unis d’Amérique ? Accorder un prix à quelque chose d’aussi vaste, complexe et multiple semble en soi un concept bien creux.

– Une raison d’une telle attribution pourrait être les bientôt 70 années de paix presque complète après 80 années de guerres répétées et particulièrement meurtrières, que connait le continent européen. C’est d’ailleurs là la principale raison d’être donnée par l’UE pour justifier son existence elle-même. Mais est-ce vrai ? En réalité, la paix depuis 1945 a beaucoup plus à voir avec deux facteurs tout à fait différents : la guerre froide, et la présence résiduelle militaire américaine sur le territoire européen, qui se prolonge à ce jour ; et la présence d’armes nucléaires sur le continent rendant la responsabilité du déclenchement d’une guerre incomparablement plus lourde. Certes, l’UE s’attribue le mérite de la paix en Europe, mais un examen rapide montre qu’elle n’y est pas pour grand-chose.

– L’UE est-elle en train de pacifier les relations entre les pays en Europe ? La chaleur de l’accueil de la reine de Prusse reçu par Angela Merkel, lors de sa visite de cette semaine en la très philosophe ville d’Athènes, où des milliers de policiers ont été nécessaires, et ont dû se dépenser pour retenir tous les débordements de joie, devrait soulever des questions à ce sujet. Forcer ceux qui ne se sentent pas une destinée et une appartenance communes, à mendier et payer de force l’un vers l’autre, est-elle une si infaillible recette pour la paix ? Et la réponse à tout choc par toujours plus de fuite en avant dans l’intégration forcée fait-elle monter dans les cœurs des sentiments réellement si paisibles ?

À n’en point douter, si cette nouvelle se confirme, bien d’autres réflexions viendront à l’esprit d’une multitude de personnes. Disons qu’on peut douter, qu’à la fin de l’agitation, ce fameux prix, qui pourtant en aurait largement besoin, s’en trouve revalorisé.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Ce Prix Nobel est un aveu de faiblesse : celui de la peur de l’effondrement de l’Europe.

  • mouais… prix Nobel de la paix à un groupement au bord de l’implosion ?

    ils parlent peut etre de la paix niveau militaire je pense, parcequ’à y regarder de plus près :

    – peu de pays sont d’accord dans l’union
    – le pays « centrale » (Belgique) est au bord de la séparation (Flamands / Wallons)
    – les états du sud ne comprennent pas le but de l’austérité.
    – certains rejettent les outils forgeant la communauté (traité et monnaie)
    – d’autres fond cavalier seul (GB)

    et ça c’est une union de paix ? plutôt un choix par défaut vu que le monde est à feu et à sang.

    mdr

  • Je pense que l’Union Européenne si elle se voulait fédérale a été mal construite. Il aurait du commencer par des accords de libre échange (jusque là ca va ?) mais ensuite forgé une défense militaire de coordination substituable à l’OTAN et demander à nos amis américains de rapatrier leur base aux états unis. Puis vers les échanges culturels mais pourquoi diable la monnaie qui est censé consacré généralement une union politique dans l’histoire des nations pas la précéder !

  • Je pense que si on accepte l’argument selon lequel la paix vient d’une alliance, ce n’est probablement pas l’UE qu’il faut saluer mais l’OTAN, une organisation militairement plus intégrée et plus large.

    • Sérieusement , je ne vois pas en quoi l’OTAN est garant de la paix. Elle est avant tout garant de l’intérêt des américains. Une alliance militaire des pays d’europe aurait très bien pu voir le jour à la chute du mur.

      • On ne saura jamais, bien sûr, mais il y a de fortes raisons de penser que la présence américaine a joué un rôle clé pour éviter une guerre continentale entre 1945 et 1989.

  • Le plus amusant c’est que le prix est attribué par un comité nommé par le parlement norvégien… et que la Norvège à toujours refusé de faire partie de l’UE !

    « C’est génial, mais sans nous. »

    • Churchillien.

    • « C’est génial, mais sans nous. »
      ——————–
      Ce serait plutôt : « l’UE, c’est génial pour vous plomber, vous autres ».

      Et puis ils ont attribué le même Nobel de la Paix à Yasser Arafat, un terroriste et à Barack Obama, un président qui n’avait absolument rien fait au moment de l’attribution (ni après), alors bon, il ne faut plus s’étonner de rien.

      D’ailleurs, c’est un prix tellement pourri qu’Obama ne l’avait même pas mentionné dans ses discours de campagne maintenant. Même un gauchiste comme lui s’est rendu compte à quel point c’est déconnecté de la réalité, c’est dire !

  • Au sujet de la paix qu’aurait amené l’UE au sein du continent européen, il ne faut pas oublier le rôle prépondérant, voire majeur, du libre-échange, au sens large.
    Quand on a des intérêts économiques (investisseurs, fournisseurs, clients), sentimentaux, amicaux, culturels dans le pays d’en face, on a moins tendance à vouloir le bombarder.
    Autre conséquence bénéfique de la mondialisation 🙂

    • Bien d’accord.

      Le nucléaire a contribué à la paix, ainsi que la présence américaine. Mais l’UE a aussi joué un rôle, avec la zone Schengen, avec la CECA. La mondialisation a également joué un rôle. Les deux guerres mondiales aussi, ont joué un rôle (plus jamais ça).

      Bref, la construction européenne est en partie responsable. Elle n’est probablement pas LA source de la paix en Europe, mais elle n’y est pas non plus totalement étrangère.

      • Pouvez vous nous expliquer le rôle de Schengen et de la CECA dans des questions militaires et stratégiques ? Et en quoi elles changent la capacité des grandes puissances européennes à créer des menaces de guerre, tant que la plus grande puissance militaire sur le territoire de l’UE est … les Etats-Unis d’Amérique ? Quant à « plus jamais ça », on a vu qu’en penser de 18 à 39.

        Bref, ce que vous nous dites, c’est que vous avez cette croyance très fermement chevillée au corps, et grand bien vous fasse, mais pas, en quoi elle est juste.

        • « Pouvez vous nous expliquer le rôle de Schengen et de la CECA dans des questions militaires et stratégiques ? »

          Le libre échange et la libre circulation des personnes limite le risque de guerre en intégrant l’économie des différents pays, c’est un argument libéral assez classique. Seulement on a pas vraiment besoin de l’UE pour cela.

      • Remarquons qu’au moment de franchir le pas pour l’intégration irréversible de l’industrie de la défense UE, l’Allemagne arrête tout. C’est un fait observable : http://www.contrepoints.org/2012/10/14/100520-fusion-eads-bae-retour-sur-le-crash

  • Par souci d’égalité et de justice, je propose qu’on décerne le prix nobel de l’économie à la Grèce.

  • Les norvégiens sont pas dans l’UE, peut être pour ça qu’ils lui attribut le prix Nobel de la paix. Eux ils sont en guerre permanente, c’est connu, la Suisse aussi.

    Après Obama …

  • Ah oui, le prix Nobel à Arafat, l’homme qui généralisa l’attentat dans le mode d’action politique, c’était succulent. L’année prochaine, on le file à l’IRA parce que, quand même, en cessant leurs attentats, ils ont grandement œuvre pour la paix.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF France

C’est sous cet intitulé alléchant que s’est tenue, le 10 janvier 2023, une soirée-débat à l’initiative de La Fabrique de l’industrie, le think tank de l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM).

Pour commencer, arrêtons-nous sur le mot « souveraineté » qui a bien besoin d’être défini. Le co-président de La Fabrique de l’industrie, Pierre-André de Chalendar, par ailleurs président du groupe Saint-Gobain, rappela que souveraineté ne veut pas dire indépendance ni ... Poursuivre la lecture

défense européenne
1
Sauvegarder cet article

Il est difficile de trouver quelqu'un qui a quelque chose de positif à dire sur 2022 : les réussites économiques, sociales, éthiques, politiques, géopolitiques ont été rares ; les souffrances et les revers ont été monnaie courante. Où était le leadership pour revendiquer le succès, pour inspirer et pour dépeindre le meilleur de l'humanité ?

Nos perspectives d'avenir se sont assombries et les attentes ont été tempérées à plusieurs reprises par l'affirmation que « ce n'était pas aussi grave que nous le craignions ». Le principal thème ré... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe

Pour soutenir son industrie et lutter contre l’inflation, Washington a déclenché un plan massif de subventions : l’Inflation Reduction Act (l’IRA). Promulgué en août, il prévoit une enveloppe de 430 milliards de dollars.

En pratique, l’IRA consiste à subventionner la production nationale (automobile électrique, batteries, énergies renouvelables) et à verser des crédits d’impôt aux industriels du monde entier pour les inciter à s’installer sur le sol américain. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles