Freddy Thielemans, maire de Bruxelles, sent pousser son Mao intérieur

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Freddy Thielemans tout rouge

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Freddy Thielemans, maire de Bruxelles, sent pousser son Mao intérieur

Publié le 3 octobre 2012
- A +

Le maire de Bruxelles a franchi une ligne lugubre en évoquant la possibilité d’un contrôle des naissances. Comment en est-on arrivé là ?

Par Carlo, depuis Bruxelles, Belgique.

Freddy Thielemans tout rouge

Freddy Thielemans a récemment déclaré que le problème de la limitation des naissances devait être abordé. Philippe Moureaux lui a répondu : »Avoir un enfant est un droit qui ne se négocie pas ». Thielemans a alors répondu qu’il était attaché aux valeurs individuelles.

L’incident est clos jusqu’à ce que les insultes ad hominem commencent à voler… Bref, beaucoup de bruit pour rien soit une nouvelle illustration de l’indigence du débat.

Pourtant, tout le monde – y compris nos éminents édiles – s’accorde sur le fait qu’avoir des enfants est un choix éminemment personnel.

Pourquoi dès lors aborder ce sujet au niveau politique et social ?

Simplement parce qu’avoir un enfant génère des conséquences sociales : les parents doivent pouvoir le nourrir, le loger, le vêtir et l’éduquer sans parler de le soigner quand cela s’avère nécessaire…

À nouveau en quoi cela concerne-t-il les élus ? Cela les concerne parce que tous les points ci-dessus relèvent de l’une où l’autre politique dans laquelle l’État intervient à coup de subventions coûteuses et à l’effet impossible à chiffrer. Pire encore, oser parler d’en chiffrer l’effet prête le flanc aux accusations de malthusianisme voire de fascisme (pas de maoïsme, étonnamment !), bref d’être un anti-humaniste.

La question de base est pourtant la suivante : comment limiter la gabegie sans toucher aux libertés individuelles ? La réponse est simple : limiter les services offerts par l’État au niveau des moyens à sa disposition.

Les allocations de chômage ou de pension sont plafonnées, que ce soit dans le temps ou en termes de montant. Pourquoi ne pas envisager la même chose pour la problématique en objet, via, par exemple, un système d’allocations dégressives : « vous êtes très aidés pour un certain nombre d’enfants. Au-delà, ce sera à vous et non à la société d’assumer, de manière, les implications et conséquences de vos choix… ».

Bien évidemment, un tel raisonnement serait sans doute trop demander à la classe politique existante dont le clientélisme (familial, dans ce cas) est le fonds de commerce principal pour se maintenir…

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Pour ceux qui ne connaissent pas le contexte bruxellois : la remarque de Thielemans ne peut que porter principalement sur les Bruxello-marocains. Pauvres.

  • C’est d’ailleurs ce qui explique que son patron (Philippe Moureaux est également PS pour ceux qui ne connaissent pas Bruxelles, et sa clientèle électorale est en grande partie d’origine immigrée) lui ait remonté les bretelles.

  • Mise en perspective :

    « cette sortie pourrait être un préambule au retour des tours à Bruxelles. »

    http://www.bxlblog.be/2012/10/02/freddy-thielemans-bruxelles-tours-ps/

    par @mateusz

  • Lorsque certains apparatchiks universitaires subsidiés (soit disant experts en démographie) prédisent 250.000 nouveaux arrivants à horizon 2020 (!) dans un de nos Etats financièrement exangues, on ne peut les trouver que grâce aux génitrices ne pratiquant pas le planning familial et là où les stratégies islamiques prônent un envahissement « par le ventre de vos femmes » ! Ajoutez les règles iniques du « regroupement familial » vous obtiendrez les motivations à mettre de l’ordre dans le bordel familial !

  • La prise de position du Maire de Bruxelles est singulièrement courageuse. Les démographes se gardent bien de dire quel est le taux de fécondité par ethnies en Europe. Autrement dit d’après les propos des Maghrébins, « nous coloniserons l’Europe avec le ventre de nos femmes ».
    Au delà de tout clivage ethnique, il s’agit de la survie de la planète et la croissance inconsidérée des populations frôle le suicide collectif.
    Il est urgent voire impératif que la classe politique, de quel que horizon que ce soit, ose enfin soulever le problème de fond : nous sommes trop nombreux sur cette planète, et qu’elle cesse d’alimenter la natalité avec des allocations familiales qui nous ruinent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Charlez.

La Belgique va décider d’ici quelques semaines de sortir du nucléaire lui fournissant aujourd’hui la moitié de son électricité. À moyen terme il serait remplacé par des centrales à gaz nouvelle génération. Mais, selon ECOLO, à plus longue échéance la Belgique devrait opérer le virage vert rêvé de tous. Le gaz serait alors abandonné au profit d’un mix 100 % renouvelable (ENR). Cette stratégie relève-t-elle d’une véritable logique climatique ou constitue-t-elle pour le plat pays un suicide programmé ?

La tran... Poursuivre la lecture

Par Drieu Godefridi.

Le 18 août dernier, Sciensano, l'organisme qui centralise en Belgique les données médicales et hospitalières relatives au covid, publiait un rapport agrégeant les données hospitalières — non contestées — pour la période du 1er janvier 2021 au 8 août 2021, correspondant très exactement à la campagne belge de vaccination (d'ailleurs remarquablement efficace, le fait mérite d'être souligné, tant la gestion de la première partie de la pandémie par les pouvoirs publics belges fut calamiteuse).

Citons le rapport S... Poursuivre la lecture

Par Justine Colinet.

Scandale des masques, confinement, déconfinement, couvre-feu, reconfinement : on mélange tout et on recommence... On pensait avoir tout vu, mais c'était sans compter la fâcheuse tendance de la Belgique à copier, sans honte mais toujours avec un peu de retard, sur ses voisins français.

Cela a été le cas pour les masques (ou le manque de masques), pour les confinements, pour les couvre-feux. Alors pourquoi ne pas continuer sur cette charmante lancée ?

Ainsi donc, la rumeur court désormais depuis une diz... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles