Scandale des agences publiques : l’IGF dénonce un gaspillage de 50 milliards d’euros

Le gouvernement vient de rendre public un rapport de l’IGF commandé par l’ancien Premier ministre, mais caché sous le tapis pendant la campagne présidentielle.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Scandale des agences publiques : l’IGF dénonce un gaspillage de 50 milliards d’euros

Publié le 17 septembre 2012
- A +

Le gouvernement vient de rendre public un rapport de l’IGF (inspection générale des finances) commandé par l’ancien Premier ministre, mais caché sous le tapis pendant la campagne présidentielle.

Et pour cause, il dénonce les gâchis de la multitude d’agences publiques à l’utilité incertaine dont les coûts de fonctionnement ont continué à augmenter depuis 2007.

Ces agences seraient au nombre de 1.244 et emploieraient 442.830 personnes, pour un budget de près de 50 milliards d’euros en 2012.

Depuis 1986, les effectifs des agences ont été multipliés par 2,5 !  Depuis 2007, l’essentiel de la diminution des postes de fonctionnaires au niveau de l’Etat a été annulé par des embauches dans ces agences, véritables gouffres financiers à l’utilité ou l’efficacité douteuse.

Le Cri du Contribuable dénonce depuis de nombreuses années ces scandales (Anap, CNC, centre Pompidou,… la liste est longue).

Le rapport de l’IGF, accompagné d’une présentation, sont consultables ci-dessous :

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Comme pour les précédents, ce rapport finira calé sous une armoire.

  • Constater c’est bien, après il faut corriger le tir !

  • Hier matin, j’ai bien ri en écoutant le journal de 8 h sur Europe1, je cite approximativement les titres :
    « Les agences de l’État coûtent cher etc… »
    Titre immédiatement suivant :
    « Violence à l’école : V. Peillon propose la création d’un observatoire des violences scolaires  »

    Le journaliste n’a bien sûr fait aucune remarque.
    On n’en sortira jamais !!!

    (Commentaire que j’ai déjà posté sur un autre site)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’était mieux avant.

Mais de quel avant s'agit-il ? avant 1975, lorsque la France dégageait un budget non déficitaire ? c’est possible mais certainement pas avant 1945.

De 1945 à 1975, ce furent les Trente glorieuses, lorsque le PIB augmentait de 5 % par an et que le chômage restait en dessous de 4 %.

En 1973, le premier choc pétrolier est venu perturber cette belle mécanique. Le PIB progresse alors plus lentement et s'accompagne d’une augmentation sensible du chômage atteignant 10 % voire 24 % chez les jeunes.

Que s'... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'Iref-Europe

Six-cent quatre-vingt une pages ! Telle est l’épaisseur de l’édition 2019 du rapport annuel sur l’état de la fonction publique. Une édition 2019 qui porte mal son nom puisque les chiffres les plus récents sur lesquels elle est construite sont ceux de 2017. Néanmoins ce pavé, apte à occuper les longues soirées d’hiver, est une source inépuisable de renseignements sur les ressources humaines des trois versants, comme on dit maintenant, de la fonction publique.

Le rapport 2019 s’inté... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

La comparaison du temps de travail s'opère souvent sur une base hebdomadaire, ce qui n’est absolument pas représentatif.

Ce temps de travail peut être calculé annuellement mais là aussi ce n'est pas suffisant. En effet, la seule comparaison non contestable est celle qui se base sur la carrière complète d’un employé, à condition de tenir compte de la proportion de temps partiel par pays.

Manque de courage politique

Par électoralisme mais surtout par manque de courage pour affronter des syndicats tout-pu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles