Sombres perspectives pour l’assurance-vie

Plus taxée, moins rentable, l’assurance-vie va connaitre au moins deux années de décollecte.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sombres perspectives pour l’assurance-vie

Publié le 14 septembre 2012
- A +

Plus taxée, moins rentable, l’assurance-vie va connaitre au moins deux années de décollecte.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Le texte du Budget pour 2013 sera présenté le 28 septembre (et non le 26 septembre, comme prévu initialement). Gageons qu’il contiendra quelques mauvaises surprises pour les détenteurs de contrats d’assurance-vie.

Pour atteindre l’objectif de 3% de déficit public à fin 2013 qu’il a maintenu, François Hollande a chiffré, lors de son intervention au journal télévisé de TF1 du 9 septembre, à 30 milliards d’euros le montant du trou qu’il va falloir financer. Dans la mesure où il a limité (sans en avoir fourni les détails) à 10 milliards d’euros d’économies l’effort de tous les ministères réunis (à l’exception de l’Éducation, de l’Intérieur et de la Justice) et qu’il a chiffré à 10 Md€ le montant prélevé sur les avantages fiscaux des grandes entreprises, il reste bien 10 Md€ de recettes qui seront directement issus des particuliers. Il ne fait aucun doute qu’à côté de la création d’une tranche d’impôt de 45% et d’une taxation exceptionnelle de 75% pour les revenus de plus de 1 M€, l’épargne des ménages sera sollicitée. La première de cette épargne, l’assurance–vie, n’échappera pas cette fois-ci à la ponction.

Si nous reprenons les thèmes avancés lors de la campagne électorale, nous voyons assez précisément les mesures qui risquent de toucher l’assurance vie. Tout d’abord, la disparition du PFL (Prélèvement Libératoire Forfaitaire). Concrètement, les intérêts seraient soumis à l’impôt sur le revenu (IRPP) et ne bénéficieraient plus du PFL (de 35% pour les contrats de 0 à 4 ans, de 15% de 5 à 8 ans et de 7.5% au delà). Un taux réduit pourrait être mis en place, qui ne serait pas forcément de 7,5%, pour les contrats de plus de 10 ans, avec une méthode de calcul excluant de ce taux les intérêts provenant de capitaux récents. Dernière réjouissance, nos élus envisageraient d’appliquer ces dispositions à tous les contrats, y compris les contrats existants et pas seulement aux nouveaux contrats souscrits à compter du 1ier janvier 2013, rompant ainsi avec la tradition de non retro activité des mesures concernant les contrats d’assurance vie.

Ce n’est certainement un hasard si la société de conseil et d’études indépendante Pair Conseil estime, dans une étude présentée le 7 septembre dernier, que la collecte en assurance vie sera négative en 2012 et en 2013. Notons que nous sommes déjà en décollecte de 4,2 Md€ depuis le début de l’année.

En se basant sur les données de la Banque de France, de l’Insee et de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), en tenant compte des augmentations de plafonds du livret A et du LDD, de la diminution du pouvoir d’achat des ménages, et des perspectives fiscales que nous venons d’évoquer, de la méfiance des épargnants à l’écart des marchés et du faible rendement des fonds Euro, les analystes de Pair Conseil avancent un chiffre de 30Md€ de décollecte totale sur les deux années 2012 et 2013.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Pourquoi se priver après tout : l’assurance vie servait à attirer des capitaux vers de la dette €, mais la BCE s’en charge à notre place désormais.

    Cela terminera le massacre fiscal de l’investissement privé (crédit d’impôt sur les dividendes supprimé, hausse de la CSG, suppression du PFL, TTF, taxe sur les dividendes)

    Notons par ailleurs que les socialistes sont convaincus qu’un des leviers de la croissance est l’investissement. Il doit donc s’agir de l’investissement public exclusivement…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Pour épargner, commencer par définir ses objectifs

La première priorité pour bien placer son argent ? Savoir ce qu'on veut en faire, ce qu'on aura besoin d'en faire et quand. Il est essentiel de commencer par vous demander pourquoi vous mettez de l'argent de côté : pour un projet à court terme ou à long terme ? Pour un objectif précis comme un achat immobilier ou les études de vos enfants ?

Cette première étape vous permettra ensuite de choisir les produits appropriés. Elle ne doit pas être négligée, faute de quoi vous risqueriez de so... Poursuivre la lecture

austérité fiscale
3
Sauvegarder cet article

Certains pays ont choisi la flat tax, c’est-à-dire un impôt à taux unique. D’autres, comme la France, ont opté pour un impôt sur le revenu dit progressif qui varie de 0 % à 45 % selon les tranches d’imposition.

 

Impôt progressif

Ce choix permet de rééquilibrer les revenus des Français afin de lutter contre certaines inégalités avec la participation de certains d'entre eux.

Chaque contribuable étant sur un même pied d’égalité pour les impôts et taxes à taux fixe telle la TVA, nos gouvernants ont la possibilité de jou... Poursuivre la lecture

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Ivan Mikloš.

Ivan Mikloš a été vice-Premier ministre et ministre des Finances de la République slovaque (2002-2006, 2010-2012), vice-Premier ministre de l’Économie (1998-2002) et ministre de la Privatisation (1991-1992). Il a cofondé et dirigé le groupe de réflexion économique MESA10 (1992-1998). Entre 2006-2010 et 2012-2016, il a été membre du Parlement. En 2014, il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles