Les penseurs libéraux

imgscan contrepoints668 Penseurs libéraux

Un événement en librairie. C’est la sortie, ce jour, des Penseurs libéraux, un ouvrage rédigé et présenté par Alain Laurent et Vincent Valentin. 

Par Fabrice Copeau.

Comme nous vous l’indiquions avant l’été, l’ouvrage d’Alain Laurent et de Vincent Valentin, publié aux Belles Lettres, sort aujourd’hui (Acheter sur Amazon).

Depuis la sortie, en 1986, de l’ouvrage de référence de Pierre Manent, Les Libéraux (Gallimard), aucune somme n’a été véritablement consacrée à ce courant pourtant essentiel de la vie des idées contemporaines. Bien sûr, le libéralisme fait l’objet de divers débats. Il est, d’une certaine manière, au centre de la vie politique. Mais, lorsqu’il est mentionné, il est presque toujours dévoyé, dénigré, caricaturé et, au final, incompris. D’innombrables personnes de bonne foi et intelligentes, un peu trop pressées pour s’écarter du discours tenu quasi unanimement par les médias et les politiques, pensent que le libéralisme est grosso modo l’incarnation du mal et le degré zéro de la réflexion politique.

Pierre Manent avait, en son temps, eu le mérite de mettre à bas ces vieilles lunes. Il expliquait, en particulier, que le socialisme, l’étatisme, le dirigisme, ne sont que des ombres inversées du libéralisme. Que ces courants n’existent que par leur opposition au libéralisme. Il se faisait donc fort de déconstruire ces images d’Épinal en proposant à ses lecteurs une série de textes essentiels d’auteurs libéraux. Il y montrait à quel point le libéralisme a été la force motrice des sociétés industrielles, parfois du reste à son corps défendant. Il y pointait, enfin, le paradoxe suivant : les adversaires, certes, mais aussi les partisans du libéralisme en ont oublié ses fondements. Les textes essentiels ont été effacés des mémoires. Les grands libéraux sont tombés dans l’oubli. Partant de la Glorious Revolution qui secoua la monarchie britannique en 1688-89,  puis de la Révolution française, Pierre Manent a ainsi montré que la séparation de l’Église et de l’État, la représentativité, le caractère sacré du droit de propriété, sont au cœur du monde nouveau que façonnent les libéraux. Et aussi de ses penchants les plus dangereux, tels que l’esprit révolutionnaire. Dans son Histoire intellectuelle du libéralisme (paru en 1987), il prolongera d’ailleurs ces différentes réflexions.

La vocation première de la somme que propose aux Belles Lettres Alain Laurent et Vincent Valentin est, déjà, de mettre à jour cette anthologie. Les auteurs proposent ainsi un corpus pluraliste d’auteurs d’ampleur inégalée, de tous temps et de tous pays – dans lequel les Français sont assez présents, poursuivant en cela les travaux de Murray Rothbard. Toujours introduits par de brefs chapeaux les situant dans l’œuvre de l’auteur et son contexte, les textes retenus sont de nature variée. Aux côtés de ceux que leur notoriété et leur caractère fondateur ont rendus incontournables en figurent d’autres, bien moins répertoriés quoique provenant de penseurs célèbres ou signés d’auteurs malencontreusement retombés dans l’ombre mais qui ont en leur temps illustré un aspect singulier et fécond du libéralisme ou ont significativement contribué à l’élaboration polyphonique de ce dernier

Mais, et c’est bien cela le principal, cet ouvrage apporte beaucoup plus qu’une simple compilation de textes d’intérêt varié. Il s’accompagne en effet d’une approche plus thématique, une sorte d’appareil complexe d’aide à la lecture. C’est en cela que l’ouvrage est véritablement inédit.

Il prend tout d’abord son envol grâce à une longue introduction puis une annexe dans laquelle les termes fondamentaux de libéral, de libéralisme, de néo-libéralisme, sont explicités et exposés, dans leur développement et dans leur complexité. Les problématiques globales de l’histoire de la pensée libérale sont présentées à la lumière de sa situation contemporaine.

De plus, un dictionnaire exhaustif des penseurs libéraux comptant 130 notices bio-bibliographiques, vient fort justement compléter la lecture du Dictionnaire du libéralisme, dirigé par Mathieu Laine et publié au printemps dernier.

Enfin, et surtout pour votre serviteur, une partie, intitulée « Chemins de traverse » vient apporter nombre de précisions indispensables pour qui veut comprendre ce qu’est le libéralisme. D’innombrables clarifications lexicales, d’examens de grands thèmes revisités de la pensée libérale, sont apportées par deux auteurs qui, manifestement, maîtrisent parfaitement leur sujet. Les 90 entrées des « Chemins de traverse » renseignent d’une manière rigoureusement documentée sur la lexicographie et revisitent les grandes thématiques libérales au gré d’approches transversales ou critiques et d’excursions intellectuelles insolites hors des sentiers battus…

Autant de points de repères et de références qui devraient permettre au lecteur de disposer d’un véritable outil intellectuel intégré pour s’orienter dans la découverte d’une longue tradition de pensée toujours vivante, traversée de tensions fécondes et donc bien plus complexe que ne le donnent à croire trop d’appréciations idéologiquement réductrices, volontiers antithétiques.

Acheter sur Amazon.

Table des matières

Avant-propos : Les penseurs libéraux dans leurs textes (Alain Laurent et Vincent Valentin) Introduction générale : L’idée libérale et ses interprètes (Vincent Valentin)
Les textes : (A. Laurent et V. Valentin)

I. L’émergence du libéralisme contre l’absolutisme

1) Tolérance et liberté politique : La Boétie, Jurieu, Bayle, Milton, Locke, Condorcet, Voltaire, Paine, Sieyès, Mirabeau, Courier.
2) La liberté économique et les Lumières françaises : Boisguilbert, Quesnay, Condillac, Turgot, Dupont de Nemours

3) L’ « Enlightment » écossais : Mandeville, Ferguson, Hume, Smith.
4) L’ « Aufklärung » allemand : Kant, Humboldt.
5) L’invention des constitutions : Locke, Montesquieu, Sieyès, Le Fédéraliste, B. Constant, Paine, Daunou, Laboulaye.

II. L’affirmation du libéralisme à l’âge démocratique

1) Les Idéologues : J.-B. Say, B. Constant, Daunou, Destutt de Tracy, Ch. Dunoyer.
2) Autour du Journal des Économistes: Bastiat, Molinari, Guyot.
3) Le libéralisme politique français : B. Constant, Tocqueville, Guizot, Laboulaye, Faguet.

4) Le libéralisme anglais : Ricardo, Cobden, Bentham, J.S. Mill, Spencer.
5) La veine anarchiste : Proudhon, Molinari, Thoreau, Spooner.

III. Le renouveau du libéralisme

1) Le libéralisme critique » : Pareto, Croce, Gobetti, Oppenheimer, Röpke, W. Lippmann, Ortega y Gasset, Aron, J. Rueff.
2) La défense de la société ouverte : K. Popper, Berlin, Revel, Vargas Llosa.
3) Libéralisme et marché : Mises, Hayek, Friedman

4) Le courant libertarien : R. Nozick, Ayn Rand, Rothbard, David Friedman.

Généalogie d’un mot (Alain Laurent)
Dictionnaire des penseurs libéraux (Alain Laurent)
Chemins de traverses (A. Laurent et V. Valentin) : lexique et thématiques libérales revisitées. Une bibliographie exhaustive.
Index.

♦♦♦♦♦♦

Les auteurs

Alain Laurent : philosophe, essayiste et éditeur (dirige les collections « Bibliothèque classique de la liberté » et « Penseurs de la liberté » aux Belles Lettres). Auteur de Les Grands courants du libéralisme (A. Colin, 1998), La Philosophie libérale (Belles Lettres, 2002 ; Prix de philosophie politique de l’Académie française), Le Libéralisme américain (Belles Lettres, 2006) et Ayn Rand, ou la passion de l’égoïsme rationnel (Belles Lettres, 2011). A contribué au Dictionnaire du libéralisme (Larousse, 2012 ; dir. Mathieu Laine).

Vincent Valentin : maître de conférences en droit public à l’université de Paris-I et Sciences-Po Paris ; auteur de Les Conceptions néolibérales du droit (Économica, 2002) et éditeur et préfacier de l’anthologie Proudhon Liberté, partout et toujours (Les Belles Lettres, 2009).

Acheter sur Amazon