PS : réinsertion de délinquants

Après la polémique sur le passé délinquant (en col blanc) de notre nouveau Premier Ministre, les socialistes soutiennent Taubira et ses réinsertions en nommant Harlem Désir à la tête du PS, ancien condamné pour emplois fictifs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints672 Désir Ayrault

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

PS : réinsertion de délinquants

Publié le 11 septembre 2012
- A +

Le regard de René Le Honzec.

Après la polémique sur le passé délinquant (en col blanc) de notre nouveau First Ministre (ne pas confondre avec la First Girl Friend), les socialistes soutiennent Taubira et ses réinsertions en nommant Harlem Désir à la tête du PS, ancien condamné pour emplois fictifs (à 18 mois et amende de 30 000 F). Nul doute que les malfrats de Marseille ou de Corse vont frémir de peur à l’idée de finir grand commis de l’État.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Il n’y a donc qu’une seule solution : interdiction à vie de responsabilité politique en cas de condamnation.

    • Ben non. Sinon, il devient très facile d’éliminer des opposants.
      Les électeurs sont cons : Ils en redemandent. C’est de leur faute

      • C’est parfois vrai mais souvent faux ; Harlem par exemple n’a jamais réussi à se faire élire sur son nom, seulement dans le cadre d’une liste.
        Ça ne me choque pas qu’on « élimine trop » : si on manque de candidats valables ce n’est certainement pas parce qu’on est trop méchant sur le critère de condition d’éligibilité ! Si un jour on commencait à manquer de repris de justice-candidats, il serait temps de devenir moins sévère que la proposition Necropaul… De toute façon être inéligible n’est pas une tare grave qui change la vie ; en fait, pour le commun des mortel perdre son permis de conduire est infiniment plus grave que perdre une éligibilité en pratique inutile, car inutilisable (se faire élire sans être d’un parti étant quasi impossible).

        • La question n’est pas de savoir si on manque de candidats, mais si on manque des bons.
          Faire procès sur procès à des types qu’on n’aime pas jusqu’à ce qu’il y ait une condamnation qui passe, au besoin grâce à la connivence d’un juge rouge, c’est pas impossible, loin de là.

          Tiens, il n’y a pas longtemps, Zemmour s’est fait condamner pour avoir dit la vérité….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles