L’épargne ne rapporte plus rien

Alors que l'inflation flirte avec les 3%, les taux d'intérêt des livrets d'épargne et produits réglementés ne cessent de chuter.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’épargne ne rapporte plus rien

Publié le 6 septembre 2012
- A +

Alors que l’inflation flirte avec les 3%, les taux d’intérêt des livrets d’épargne et produits réglementés ne cessent de chuter.

Par Charles Sannat.

Selon un article paru chez nos confrères belges de monargent.lecho.be, les livrets d’épargne et autres placements « sûrs » ne rapportent plus. Dans le sillage d’ING Axa et Rabobank.be, d’autres banques n’ont pas d’autre choix que de baisser le taux d’intérêt de leurs produits que tant de conseillers se sont acharnés à vendre comme « durs comme du béton ».

La rentrée a bel et bien commencé, le discours alarmiste reprend de plus belle, comme si les responsables de chaque gouvernement semblait découvrir à chaque fois l’ampleur des faillites, du chômage, de la nullité de la croissance…

Alors forcément, il faut bien prendre l’argent des plans de sauvetage accordé aux pays en difficulté de la zone euro quelque part… En Belgique où l’inflation flirte avec les 3%, les taux d’intérêt des livrets de bons pères de famille font grise mine et peinent à dépasser les 1%. Autant dire, rien. A ce rythme-là, encore vaut-il mieux sécuriser son épargne dans un actif tangible comme l’or dont nous ne cessons de vanter les mérites en période de crise bancaire, monétaire et d’inflation. « Les taux sur les marchés risquent en effet de baisser davantage et ne se redresseront pas avant de longs mois, voire des années », dit l’article. Voilà donc ce qui nous attend, épargnants de la zone euro.

Et ce n’est pas la maigre mesurette prise par le gouvernement français d’augmenter de 25% le plafond du livret A et du LDD qui va redonner un élan à l’épargne ou faire des jaloux chez nos amis belges. Une mesure qui soit dit en passant, favorise les plus gros prêteurs, donc les classes plus aisées. Seul point positif de la mesure, cela va encourager les épargnants qui disposent d’un petit pécule sur une assurance-vie risquée de transférer leur argent sur un livret défiscalisé.

Il suffit de lire le passage de l’article concernant le rendement des livrets pour comprendre pourquoi les rendements de l’épargne sont voués à une perte certaine. La crise des subprimes avait engendré un gel des crédits en 2008 et en conséquence des coûts d’emprunts très élevés. Au lieu de procéder à l’emprunt entre elles, les banques se sont alors orientées vers la collecte des épargnants pour réaliser les rendements de leurs livrets, rivalisant ainsi de taux d’intérêt mirobolants pour attirer le chaland. « À présent, les banques peuvent obtenir des financements illimités auprès de la Banque centrale européenne (BCE), à un coût très faible », donc adieu la rémunération intéressante de l’épargne ! Et avec l’inflation alarmante qui se prépare, l’argent déposé sur les livrets ne vont bientôt plus rien valoir, contrairement à l’or qui va mécaniquement flamber.

Sur le web

Achat d’or sur Goldbroker, partenaire de Contrepoints

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Dans ce qui précède dans la première partie, je continue de me placer dans le cadre d'un écosystème bancaire traditionnel de nature essentiellement territoriale, avec un marché monétaire domestique rattaché à la présence d'une banque centrale nationale souveraine. Or au cours des cinq dernières décennies, cet écosystème a subi une mutation fondamentale, fruit de l'interaction entre le mouvement mondial de libéralisation économique  et les développements de l'innovation technologique financière.

Le nouvel étage du « Global Money »

Mondi... Poursuivre la lecture

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

En 2008 le monde a subrepticement changé de régime monétaire. Les médias (c'est sûr) et même les banques centrales (apparemment) n'en ont pas encore pris conscience. Ils continuent de discourir comme s'il n'en était rien. Conséquence : un déluge d'hystérie et de prévisions inflationnistes non crédibles.

Aujourd'hui, une toute petite part seulement de la création monétaire a pour origine la Banque centrale. Dans son étude de 2014 sur la création de la monnaie la Banque d'Angleterre donne le chiffre de 3 % pour le Royaume Uni (monnaie + ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles