Compétitivité française : un plus bas historique

La compétitivité française est en franche baisse selon le dernier classement du Forum économique mondial (WEF) de Davos, qui la place en 21e position. C’est la première fois en trente ans d’existence de ce palmarès que le pays ne figure pas dans le top 20.

La compétitivité française est en franche baisse selon le dernier classement du Forum économique mondial (WEF) de Davos, qui la place en 21e position.  C’est la première fois en trente ans d’existence de ce palmarès que le pays ne figure pas dans le top 20.

Par la rédaction de Contrepoints.

La Suisse est encore et toujours l’économie la plus compétitive au monde à en croire le rapport annuel du Forum Economique Mondial (WEF), publié à Genève hier. Singapour, la Finlande, la Suède et les Pays-Bas complètent ce palmarès des pays les plus compétitifs. C’est la quatrième fois à la suite que la Suisse remporte la palme de ce classement, calculé en prenant plus d’une centaine d’indicateurs divers. Elle l’emporte grâce à la qualité de son innovation, ses capacités technologiques ou encore l’efficacité de son marché du travail. Plus précisément, c’est « l’étroite coopération entre le monde académique et le secteur privé, combinée à des dépenses élevées en recherche et développement des entreprises et à une forte protection de la propriété intellectuelle » que le Forum de Davos a voulu souligner. Autre point à noter, la stabilité de son environnement macro-économique.

Suivent après ces cinq pays l’Allemagne en 6e place, les États-Unis et le Royaume-Uni. Confirmation des débuts de réforme du gouvernement Cameron, le Royaume-Uni gagne deux places cette année. Hong-Kong et le Japon prennent les 9e et 10e places.

Le rapport du Forum Economique Mondial souligne par ailleurs les divergences croissantes de compétitivité entre le nord et le sud de l’Europe. Le Danemark (12e), la Norvège (15e), l’Autriche (16e), la Belgique (17e) complètent le groupe leader d’Europe du Nord, alors que la France (21e), l’Espagne 36e, l’Italie 42e, le Portugal 49e ou la Grèce sont particulièrement mal classés pour des pays développés. Signe de mauvais augure, la France, qui a perdu un record de trois places cette année, est désormais plus proche du sud que du nord. Jamais depuis les débuts de ce classement il y a 30 ans la France n’avait-elle été aussi mal classée.

Les États-Unis connaissent eux-aussi des difficultés récurrentes de compétitivité selon le WEF. Leader en 2005, ils ont nettement chuté depuis, en particulier en raison de l’inefficacité de leur gouvernement selon l’organisation.

L’étude intégrale