« Il faut taxer davantage les riches ! »

Les élus politiques couvrent leurs erreurs en accusant les riches de payer trop peu d’impôts et déclenchent une guerre des classes.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Faire payer les riches (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence CC-BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Il faut taxer davantage les riches ! »

Publié le 31 août 2012
- A +

Les élus politiques couvrent leurs erreurs en accusant les riches de payer trop peu d’impôts et, en attisant le sentiment d’envie, ils déclenchent une guerre des classes

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec.

Bien que cette formule ait été entendue à maintes repri­ses depuis le début de la campagne électorale au Québec, voilà quelque temps déjà qu’elle est devenue le nouveau mantra de la classe politique, que ce soit chez nous, aux États-Unis ou en Europe.

Si nos infrastructures tombent en décrépitude, si nos services publics sont déficitaires, si l’économie vacille, c’est parce que les riches ne paient pas assez d’impôts. Du moins, c’est le discours que nos dirigeants se plaisent à tenir. Ils n’ont plus besoin de remettre en question leurs décisions ni le mode de fonctionnement de l’appareil gouvernemental, ils ont trouvé leur bouc émissaire.

Guerre des classes

À force de cibler les riches et d’attiser le sentiment d’envie, nos dirigeants ont déclenché une guerre des classes. Une guerre qu’ils alimentent chaque fois qu’ils pointent du doigt cette minorité souvent silencieuse. Aujour­d’hui, les riches représentent les « méchants » de la socié­té.

Il faut dire que les riches sont une cible faci­le pour les politiciens. Ceux qui touchent des revenus supérieurs à 100 000 $ forment 4,1% des contribuables. Ceux dont les revenus excèdent 250 000 $ représentent à peine 0,6% des contribuables. Le poids électoral des nantis étant minime, perdre leur vote est sans conséquence réelle. Les prendre à partie est somme toute un signe de lâcheté politique.

Le plus regrettable dans cette croisade, c’est qu’elle n’est pas justifiée. Parmi les riches figurent des travailleurs acharnés qui ne comptent ni leur temps ni leurs efforts, des médecins dévoués, des entrepreneurs visionnaires, des artistes talentueux et des sportifs exceptionnels. À l’instar de la majorité de leurs concitoyens, la plupart des riches contribuent honnêtement à la prospérité de la province. Certes, certains d’entre eux posent des gestes répréhensibles, mais, dans l’ensemble, ceux qui gagnent bien leur vie ne sont pas automatiquement des « méchants », tout comme ceux qui gagnent peu ne sont pas néces­sairement vertueux.

Alors qui sont les vilains ? Au Québec, comme partout ailleurs, il y a des tricheurs qui, comme Vincent Lacroix, s’affairent à imaginer une panoplie de moyens pour siphonner la richesse créée par les gens de bonne volonté. Mais surtout, il y a des rapaces qui fricotent avec le pouvoir pour obtenir des subventions, des mesures politiques en leur faveur ou tout autre privilège. Il y a des centrales syndicales qui détournent la richesse collective à coups de menaces de débrayage et il y a des lobbys qui réclament des politiques avantageuses pour leurs membres, mais souvent néfastes pour les contribuables et les consommateurs.

Politiciens faibles

Malheureusement, il y a aussi des politiciens trop faibles pour tenir tête aux groupes d’intérêts et trop arrogants pour recon­naître que chaque dollar qu’ils leur accordent n’est plus disponible pour aider ceux qui vivent dans la misère ou pour finan­cer les program­mes qui nous tiennent vraiment à cœur.

Si les politiciens apprenaient à dire non aux rapaces, les coffres de l’État seraient bien garnis. Au lieu de cela, ils couvrent leurs erreurs en accusant les riches de payer trop peu d’impôts et en déclenchant une guerre des classes. C’est non seulement démagogique, c’est carrément dangereux. Ne nous laissons pas embrigader !

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Diviser pour mieux régner…

  • A l’université d’été du MEDEF le ministre du budget a non seulement annoncé une hausse prochaine des prélèvements mais a fustigé tous ceux qui reclament davantage de baisses de dépenses.
    Selon lui le gouvernement a déjà procédé à des baisses de depenses et il n’est pas question d’aller plus loin.

    • « Selon lui le gouvernement a déjà procédé à des baisses de depenses »

      Ah, se lance dans le one man show? Je suis pas sûr que ça fasse rire tout le monde ce genre d’humour…

      • Si nous avions une presse libre, ll y aurait eu des articles avec un joli graphique sur les dépenses de l’état et les « monstrueuses » baisses de dépenses….
        Pour le journaliste de base, les faits sont secondaires.
        Donc Ayrault peut tranquillement raconter n’importe quoi.

        • Article qui n’a que le mérite d’être doux comme une caresse à faire ronronner tous les libéraux errants de ce site.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Phillippe Villemus. Un article de The Conversation.

Depuis soixante ans, les sondages d’opinion jouent un rôle primordial et controversé dans le déroulement des campagnes électorales. Leur multiplication pour l’élection présidentielle 2022 s’explique par l’utilisation d’Internet et par la nécessité des chaînes d’information de nourrir leurs émissions en continu. Mais ces sondages auront-ils une influence sur les résultats de la « mère de toutes les élections » ?

La supposée influence des sondages en politique serait conforme... Poursuivre la lecture

Par Fatou Diaby[1. Fatou Diaby est conseillère principale au président de l’IEDM]. Un article de l’Institut économique de Montréal.

En juillet 2020, le fondateur du Forum économique mondial, le Pr Klaus Schwab, lançait un véritable pavé dans la mare comme coauteur, avec son ancien collègue Thierry Malleret, du livre COVID-19: The Great Reset. Cet ouvrage ayant parfois recours à de bons sentiments plutôt qu’à des données fiables a depuis été instrumentalisé tant par une gauche étatiste soucieuse de justifier une intervention démesurée d... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles