Fusion CSA-ARCEP: rien de bon à l’horizon

En filigrane, un présupposé que le web n'est pas assez régulé et devrait l'être plus. Une position alarmante de la part du gouvernement.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
vie privée Internet

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fusion CSA-ARCEP: rien de bon à l’horizon

Publié le 23 août 2012
- A +

Le gouvernement a annoncé réfléchir à un rapprochement du CSA et de l’Arcep, le régulateur de la TV, radio, etc. et le régulateur du web. En filigrane, un présupposé que le web n’est pas assez régulé et devrait l’être encore plus. Une position très alarmante de la part du gouvernement.

Un article de Numerama, à lire en intégralité ici.

vie privee , internet

En évoquant mardi le sujet du piratage accessible sur les téléviseurs connectés, qu’il voit comme l’ultime menace, Pierre Lescure se rapproche de la philosophie du CSA, qui prône le filtrage du net au nom de la régulation des contenus accessibles sur les téléviseurs.

Mise à jour : le gouvernement a quasi explicitement confirmé notre analyse, en demandant ce mardi un rapprochement du CSA et de l’Arcep en coordination avec la mission Lescure.

Cela fait très exactement trois mois que l’ancien patron de Canal+ Pierre Lescure a été désigné par le gouvernement, à la demande de François Hollande, pour prendre la tête d’une mission de réflexion sur l’avenir de la loi Hadopi. Mais sa lettre de mission n’a toujours pas été rendue publique. L’homme enchaîne depuis les discussions informelles, y compris avec des représentants de la Quadrature du Net, sans que le cadre précis de sa mission ait été officialisé. Il devrait l’être cette semaine. Enfin.

En attendant, Pierre Lescure accentue sa présence dans les médias, où il ne rate jamais l’occasion de rappeler son attachement aux fondamentaux de l’Hadopi (dont il juge la réponse répressive incontournable). Il veut aussi faire croire, ce qui attend d’être démontré, que le fruit de sa mission sera beaucoup plus ambitieux, et exigeant y compris à l’égard des ayants droit.

 Article intégral

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Yann-Maël Larher.

4,9 milliards d’humains sont connectés en 2021 grâce à Internet (contre 4,1 milliards environ en 2019). C’est une phénomène sans précédent dans l’histoire : chaque citoyen du monde peut être ami, follower, utilisateur avec un autre.

Échanger de l’information sans frontières physiques

Information en ligne, enseignement à distance, travail à distance… sont désormais à portée de clics pour plus des deux tiers de l’humanité. Alors que jusqu’à la fin des années soixante-dix, l’univers informatique correspondait ... Poursuivre la lecture

Par Elodie Gentina. Un article de The Conversation.

Après un début d’année 2020 où l’intérêt des Français pour l’actualité a atteint son plus bas niveau historique, l’année 2021 marque un revirement. Contrairement aux idées reçues, les jeunes s’y intéressent d’ailleurs beaucoup, comme le souligne une étude du ministère de la Culture : 93 % des 15-34 ans déclarent avoir de la curiosité pour l’information, 15 % se déclarent même « accros à l’information », et seuls 7 % affirment ne pas s’en soucier.

Nés avec le digital, les 18-25 ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles