Formation des enseignants : non au retour des IUFM !

Vincent Peillon, le ministre de l’Éducation nationale, a affirmé sa volonté de remettre en place une formation des enseignants. C’est certes souhaitable, mais à condition de ne pas réintroduire les IUFM dont les résultats ont été catastrophiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints474 enseignants

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Formation des enseignants : non au retour des IUFM !

Publié le 23 juillet 2012
- A +

Vincent Peillon, le ministre de l’Éducation nationale, a affirmé sa volonté de remettre en place une formation des enseignants. C’est certes souhaitable, mais à condition de ne pas réintroduire les IUFM dont les résultats ont été catastrophiques.

Un article de SOS Éducation.

La formation des enseignants est l’un des sujets phares de la grande concertation sur l’école qui a lieu en ce moment même. Comme annoncé pendant la campagne présidentielle, un groupe de travail est déjà en train de plancher sur les futures Écoles Supérieures de Professorat et de l’Éducation(ESPE).

Ces ESPE verront défiler tous les enseignants de la maternelle à l’université, personne n’y échappera.

C’est pourquoi nous devons être très attentifs : la formation des enseignants, oui, mais pas à n’importe quel prix ! Et surtout pas au prix du retour en force des IUFM, dont les résultats, depuis 20 ans, ont été catastrophiques.

Les enseignants passés par les IUFM sont les premiers à se plaindre d’une formation inutile au cours de laquelle ils ont entendu les préceptes les plus aberrants, du type  « tout savoir doit provenir de vos apprenants ».  Dans ces formations, on n’ose même plus parler « d’élèves », le terme suggèrerait une position d’infériorité aux dires des gourous qui y sévissent. (F. Vermorel, La Ferme aux Professeurs).  Les futurs professeurs ont appris à élaborer des « situations problèmes » au lieu de faire des cours structurés (R. Boutonnet, Journal d’une institutrice clandestine).

Au contraire, les profs réclament (sur le site neoprofs.org) ce qui leur a tellement manqué : des formateurs qui continuent d’enseigner par ailleurs pour rester en lien avec le terrain et expliquent comment tenir leur classe, reprennent des méthodes efficaces, échangent les trucs et astuces qu’ils ont découverts au cours de leurs années d’enseignement.

Le ministre de l’Éducation a affirmé sa volonté de remettre en place une formation des enseignants. Mais… qui participe au groupe de travail ? Les enseignants-chercheurs qui dirigent les IUFM, les syndicats qui y recrutent leurs futurs membres…bref ceux qui, depuis 20 ans, bénéficient et maintiennent ce système en piteux état.

Oui, il est nécessaire de repenser la formation des maîtres, mais sur des bases concrètes. Les parents, les enseignants le demandent. Le  gouvernement  les entendra-t-il ?

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Les IUFM ont été l’illustration grotesque des illusions pédagogistes, mélange de positivisme et de radicalité politique. Le socle même sur lequel s’est construite la « fabrique des crétins »!

  • La « fabrique socialiste des crétins »

  • j’admire les ignorants, ignorant de leur ignorance.

  • « Ces ESPE verront défiler tous les enseignants de la maternelle à l’université, personne n’y échappera. »
    Cela commence très bien… Un machin qui va dire aux enseignants-chercheurs universitaires comment ils devront enseigner et ce qu’ils devront enseigner… Et qui va encadrer des chercheurs (titulaire d’un Doctorat, le seul diplôme reconnu dans le monde entier…)? Des inspecteurs agrégés? Des inspecteurs Certifiés? Des pédagogues agréés d’état?
    Grosse connerie. On enseigne pas en fac de la même manière que dans un lycée ou un collège. Ni la même chose (programmes)…

    Les IUFM sont un échec, même leurs promoteurs (Claude Allègre le reconnait, voir le film de Canal + éducation un grand corps malade).
    Universitaire j’étais, et je peux dire un chose : les présidents d’université et directeurs de laboratoires ont trouvés dans les IUFM le moyen simple et pratique de se DÉBARRASSER des enseignants-chercheurs de mauvaise qualité (piètres chercheurs, piètres enseignants).

  • Les IUFM, c’est comme confier la formation des pilotes de ligne à des gens même pas capables d’atterrir sur Flight Sim, sans parler de connaitre l’instrumentation d’un vrai cockpit.

    Est-ce que les cours de physiques sont assurés par des philosophes des sciences?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
réforme du CAPES
0
Sauvegarder cet article

Par Philippe Nemo.

Il existe des moyens d’éviter ce scénario-catastrophe et de rétablir la bonne qualité de l’enseignement français. Mais il est vrai qu’on ne peut les discerner qu’à condition de s’affranchir de certaines œillères idéologiques.

Voici comment il convient de raisonner.

Le poids des idéologies

Puisque l’expérience des dernières décennies a démontré que, décidément, une école unique ne peut être qu’une école primaire, et puisque le pays a besoin d’un enseignement secondaire, il faut supprimer l’école unique.<... Poursuivre la lecture

réforme du CAPES
0
Sauvegarder cet article

Par Philippe Nemo. Un article de Liberté scolaire

Un homme politique peut-il décider froidement que tous les jeunes Français iront désormais à l’école primaire jusqu’à l’âge de 17 ans ? Qu’il n’y aura donc plus en France de véritable enseignement secondaire ? Avec comme conséquence que les études supérieures et la recherche scientifique seront grevées d’un handicap irréparable ?

Peut-il prendre seul, sans débat public, une décision aussi absurde, aussi manifestement contraire à l’intérêt général ? Tout citoyen sensé répondra par... Poursuivre la lecture

Par Jean-François Cerisier[1. Jean-François Cerisier est un adhérent de The Conversation, professeur de sciences de l'information et de la communication, Université de Poitiers.]. Un article de The Conversation

Malgré le contexte exceptionnel de la pandémie de Covid-19, le 1er septembre 2020 fut somme toute un jour de rentrée scolaire presque ordinaire en France. Tous les élèves et leurs enseignants ou presque se sont retrouvés en présentiel. Aussi légitimes que soient les réticences et les craintes de certains, c’était une bonne nouve... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles