L’insoutenable légèreté de la fiscalité socialiste

Le nouveau gouvernement socialiste commence déjà à saupoudrer vigoureusement le pays de taxes. Ça tombe bien, il est super riche !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints452 président normal

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’insoutenable légèreté de la fiscalité socialiste

Publié le 17 juillet 2012
- A +

Comme prévu, le socialisme à la barre est en train de résoudre tous les problèmes vitesse grand V. Et pour ça, comme prévu là aussi, la technique utilisée consiste essentiellement à saupoudrer de taxes un pays qui n’aurait sans doute pas imaginé héberger autant de ressources. Chaque jour qui passe prouve pourtant que la France dispose d’une richesse insoupçonnée…

En effet, comment ne pas se dire que le pays croule sous des richesses et baigne dans une abondance insoupçonnée lorsqu’on découvre les idées fulgurantes — forcément fulgurantes — du François II fraîchement élu ?

smollande, so small

Ainsi, on découvre, dans la bouche même de Moscovici, le Commissaire Général du Politburö en charge du plan quinquennal de relance économique et financière de la République Socialiste du Bisounoursland, que le coût du travail français, minutieusement calculé et adapté au micromètre près à la conjoncture mondiale, n’est pas en cause dans la perte de compétitivité dont se réclame pourtant PSA pour son plan de licenciement dans sa filiale en charge de production automobile (car oui, surprise, PSA fait aussi des automobiles).

Sacré Moscovici : pour lui, le fait que les industries françaises soient prêtes à déclencher une tempête médiatique et fermer des sites plutôt que rester en France n’est pas un signal pertinent. Mais ce cuistre minustre républicain ne s’arrête pas là : partant de cette constatation aussi hardie que fausse, il en déduit qu’une bonne petite taxe joufflue à 75% sur les revenus au-delà du million d’euros sera ressentie non pas comme une mesure punitive mais comme une libération patriotique (oui oui), afin d’apporter une contribution exceptionnelle à l’effort du pays en situation de crise. Oui, le culot aussi, c’est maintenant, et on sent que toute la troupe socialiste en aura besoin en quantités industrielle pour faire avaler autant de boas aux entrepreneurs du pays.

Et puis de toute façon, le pays est riche, qu’on vous dit !

Tenez, par exemple, la CSG : elle est toute menue, toute rachitique. Pour elle, c’est évident, la croissance s’impose : une belle et grande croissance, vigoureuse, qui permettra enfin de financer la Sécurité Sociale à la hauteur de ce qu’on peut attendre de ce service national remarquable et surtout, pour éviter de nouveaux déficits. Cela dit, on peut se demander exactement en quoi les mesures qui sont envisagées changeront subitement le sort catastrophique des assurances sociales françaises. Encore une fois, l’enième gouvernement socialoïde français avoue s’être planté sur les 60 précédentes années, et se lance donc dans une enième réforme. Une par an, en somme. En 60 réformes, le système ne fonctionne toujours pas, mais la 61ème sera la bonne !

Reste que les résultats de l’expérience collectiviste laissent songeur : on est de plus en plus mal remboursé, de plus en plus mal indemnisé en cas de chômage, et la retraite ressemble de plus en plus à une parfaite arnaque. Santé à trois vitesses (celle de ceux qui peuvent payer, celle des pauvres, et les heureux tributaires de la CMU), retraite extrêmement coûteuse qui plonge dans la pauvreté voire la misère une partie de notre population, la plus industrieuse de surcroît, assurance chômage qui nous assure à tous d’être au chômage à un moment ou l’autre, et pour longtemps, et le tout pour des déficits de plus en plus abyssaux : vraiment, on comprend qu’il est urgent de remettre au pot en transformant définitivement ce qui était du ressort des assurés en un monstre étatique froid.

Car oui, en déplaçant le financement de la sécurité sociale du domaine des assurés et des syndicats vers le seul domaine de l’État, on comprend qu’on va profondément changer la nature même du système. D’une part, on va rendre sa gestion paritaire parfaitement illégitime, et d’autre part, on va ainsi donner un blanc seing à la puissance publique de régenter parfaitement les trois branches d’assurance. Oui, le président Hollande et le gouvernement Ayrault viennent d’appuyer sur le champignon de la soviétisation de la société française ; vous allez voir, ce sera super génial. Tant de peuples y ont goûté, tant l’ont aimé, adulé, vanté, qu’on ne peut douter une seconde de la réussite de ce plan.

Mais je le répète : le pays est riche ! Il croule sous le pognon, en réalité.

D’ailleurs, la Cour des Comptes l’a dit de façon presque transparente : l’épargne des Français (89 milliards d’euros de capacité de financement) s’est massivement orientée vers l’immobilier (y’a bon, ça, l’immobilier, hein), les placements étrangers (via les gestionnaires de portefeuille) et le financement des administrations publiques (y’a très bon, ça, sur le court / moyen / long terme, les administrations, c’est du solide). Soit, l’ensemble s’est aussi assez peu dirigé « vers le secteur productif » et depuis 2008, les liquidités se sont asséchées au niveau bancaire. Conclusion : du flouze, y’en a plein les tuyaux, voyons. Il suffit juste de bien les choisir.

Mais tout ceci montre que les politiques publiques ont correctement permis d’orienter le marché : plus un rond dans les banques pour investir dans le secteur productif, et tout vers les secteurs de rente pour retraités et pour la sauvegarde du statu quo étatique quitte à creuser les trous à l’explosif nucléaire, histoire d’aller plus vite. Forcément, vu de loin, ces choix de société pris de façon pas toujours consciente alimentent un optimisme de rigueur obligatoire et primesautier.

Eh oui, pas de doute, le pays est riche ! Je me tue à vous le dire : on baigne dans des piscines de bon argent productif !

Ce qui permettra d’ailleurs de sucrer (très vite) la défiscalisation honteuse dont bénéficiaient les heures supplémentaires. Et ça tombe bien : comme je le disais quelques paragraphes plus haut, cela ne jouera en rien sur les coûts du travail qui est, comme le répète Moscovici avec l’assurance des gens qui ne peuvent pas se tromper, pas du tout plus élevé que les autres pays européens. Que nenni.

Et puis tant qu’à refiscaliser, ne touchons pas aux émoluments des députés : ce n’est pas comme si le pays avait vraiment besoin d’argent ou vraiment besoin d’équité, hein.

—-
Sur le web

Que dit Contrepoints sur la fiscalité ?

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Les socialistes sont logiques, ils n’aiment pas le capitalisme ni le monde de l’entreprise, ils font disparaître les deux petit à petit.

  • Cette année, on fait payer les riches ; l’an prochain, on fera payer les pauvres. Cela ne suffira pas. C’est la première fois que dans un gouvernement français – 38 ministres, contre 21 en Grande-Bretagne, 16 en Allemagne, 13 en Espagne – il n’y a personne qui soit un peu familier du secteur privé, de l’entreprise, de la vie économique. On ne peut plus aujourd’hui demeurer dans le registre de la démagogie. C’est que le riche à tondre se fait de plus en plus rare dans notre Gaule bien aimée: sur les 300 Suisses les plus riches répertoriés par le magazine Bilan, ils sont 44 Français, soit 12%. Un chiffre qui reflète très partiellement l’exil fiscal des Français car il ne prend en compte que les fortunes de plus de 100 millions de francs (suisses, soit 81 millions d’euros tout de même), et exclut par conséquent les « petits » patrimoines. Il y a 10 ans, il n’y avait que 17 familles françaises dans le classement des Suisses le plus riches, mais aujourd’hui, les Français sont la 3ème communauté expatriée présente en Suisse

  • Voici une info qui va vous faire plaisir, si on peut dire : Vous savez que la prime de rentrée scolaire a été augmentée de 25%. Voici l’info trouvé sur leparisien.fr : « Rentrée scolaire : les fournitures augmentent de 25% »

    Est-il besoin de faire un commentaire ?

    • C’est l’histoire de la Poule et de l’œuf…

      Mais sachant que les prix de manière général ont augmenté du fait des nouvelles taxes et TVA… Je pense que l’allocation est calquée sur les prix, et non l’inverse !!!

  • La gauche aime et veut le partage des richesses…

    Mais quand j’ai créé ma boite, qui est venu partagé le capital investit? Personne !!!
    Mais quand j’ai pris des risques, qui est venu partagé les risques? Personne la encore !!!
    Mais quand j’ai passé des heures (plus de 50 par semaines) a travaillé, qui est venu partagé son temps de travail avec moi?? Personne!!!
    Mais quand j’étais malade et devait quand même travaillé (sinon pas de salaire), qui est venu partagé sa souffrance et son salaire avec moi??? Encore Personne !!!
    Mais quand j’ai commencé à bien gagner ma vie après plusieurs années de dur labeur, alors là les socialistes sont tous venus me demander de Partager MA RICHESSE avec eux !!!!
    Alors ils n’ont trouvé personne…. Je suis parti !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi s’achève une saison 2021-2022 particulièrement confuse, pour ne pas dire pénible, sur le plan des idées politiques et économiques.

À une campagne présidentielle au cours de laquelle le candidat sortant n’a été challengé que par des concurrents pressés de mettre fin à son ultra-libéralisme, aussi fantasmé ce dernier soit-il, s’est ajouté un round législatif certes original puisque le président réélu a été privé de la majorité absolue, mais dont le résultat concret nous offre surtout le spectacle affligeant de partis politiques s’i... Poursuivre la lecture

impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Par Jesse Gill.

Si vous mettez un crabe dans un seau, il en sortira en rampant. Cependant, si vous mettez plusieurs crabes dans un seau, ils resteront tous à l'intérieur du seau. Si un crabe décide de sortir du seau, il sera ramené à l'intérieur par ses camarades.

 

La mentalité du crabe

On pense que le raisonnement des crabes qui ne laissent pas les autres s'échapper du seau peut être décrit comme "si je ne peux pas l'avoir, vous non plus". Même si cela a pour conséquence de les transformer en soupe de crabes, ils r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles