Réponse d’un amoureux du libéralisme à un de ses détracteurs

Frédéric Rouvillois se montrait critique envers le Dictionnaire du libéralisme dans Causeur. Des critiques qui manquent singulièrement de fond quand on les creuse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Dictionnaire du libéralisme Mathieu Laine

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réponse d’un amoureux du libéralisme à un de ses détracteurs

Publié le 14 juillet 2012
- A +

Frédéric Rouvillois se montrait critique envers le Dictionnaire du libéralisme dans Causeur. Des critiques qui manquent singulièrement de fond quand on les creuse.

Par Georges Kaplan.

De prime abord, monsieur Rouvillois semble regretter que le Dictionnaire du libéralisme rédigé sous la direction de Mathieu Laine ait été écrit par des libéraux. Ça se conçoit mais vous conviendrez avec moi qu’un bouquin sur le libéralisme écrit par des antilibéraux ça n’aurait pas été très original. Peut-être qu’un livre à plusieurs mains avec, par exemple, Laurent Joffrin, Éric Zemmour, Nicolas Demorand, Emmanuel Todd et Jean-Claude Michéa aurait été plus au goût de monsieur Rouvillois mais, en matière d’objectivité et de connaissance du sujet, je crains que le qualificatif de dictionnaire aurait alors été quelque peu usurpé. C’est un petit peu comme si on demandait à un taliban d’écrire un dictionnaire du judaïsme ; l’exercice ne manque peut-être pas d’intérêt mais je doute que le lecteur y apprenne quoi que ce soit de valable sur la religion d’Israël. Bref, ce premier regret me semble plutôt un point positif.

Deuxième point noir : monsieur Rouvillois s’étonne de ce que le libéralisme ne soit pas décrit comme une forme de conservatisme de droite, voire d’extrême droite. Étant moi-même libéral, je puis vous confirmer que je ne m’estime pas être de droite, pas plus que je ne pense être de de gauche. Je m’inscris là dans la tradition libérale française qui, lorsque ma famille de pensée était encore représentée à l’Assemblée nationale, siégeait au centre et votait, selon les sujets, avec la gauche ou la droite. De la même manière, il eut été étonnant que les auteurs du dictionnaire présentent le libéralisme comme « un nouveau totalitarisme » ; on peut ne pas être libéral sans pour autant tenir des propos à ce point incohérents. Sur l’anarchisme, enfin, je nuancerais : notre famille de pensée comporte bien quelques anarchistes – les anarcho-capitalistes (voir Gustave de Molinari ou Murray Rothbard) – pour autant, l’immense majorité des libéraux admettent la légitimité d’un l’État – pour peu que ses pouvoirs soient clairement délimités – et ne sont donc pas, de fait, anarchistes.

Monsieur Rouvillois note à juste titre que le dictionnaire ne comporte aucune entrée pour le terme d’« ultralibéralisme ». Je ne crois pas trahir la pensée des auteurs en affirmant que c’est parce que ce terme, à moins qu’on veuille faire référence par là aux anarcho-capitalistes que j’évoque plus haut, n’a rigoureusement aucun sens du point de vue des libéraux : ultralibéralisme est un anathème qui est au discours politique contemporain ce que le procès en hérésie était à l’inquisition. Si vous êtes à la recherche d’un écrit qui utilise cette notion à tout bout de champ, je vous suggère le programme du Front de Gauche (où c’est l’UMP qui est ainsi cloué au pilori) ou celui du Front National (qui estime manifestement que le PS est ultralibéral). Passons…

Quatrièmement, monsieur Rouvillois s’étonne de ce que la loi Le Chapelier (1791) ne soit évoquée qu’une fois alors qu’elle est, selon ses termes, un « aboutissement logique du libéralisme des Lumières ». Je crains que la vérité ne soit un peu plus complexe. Si le décret d’Allarde, qui cherche à établir la liberté d’entreprendre, s’inspire évidemment des idées des Lumières et notamment de celles de Turgot, la loi Le Chapelier qui le suit de quelques mois est, à l’image de son promoteur, d’inspiration nettement plus jacobine. En effet, si le démantèlement des corporations est bien une idée libérale, l’interdiction qui est faite par ladite loi aux salariés de s’associer entre eux et de faire grève ne l’est pas du tout. La raison pour laquelle les libéraux s’y opposent, vous la trouverez notamment chez Adam Smith ou chez Jean-Baptiste Say qui notaient fort justement qu’un salarié isolé n’avait que peu de pouvoir de négociation face à son employeur. Dès lors, et très logiquement, ce sont donc les libéraux, à l’image de Frédéric Bastiat[1], qui vont se faire les champions de la liberté d’association et du droit de grève et donc, les plus fervents détracteurs de cette loi. Ce sont d’ailleurs deux libéraux, Émile Ollivier et Pierre Waldeck-Rousseau, qui, malgré l’opposition farouche des conservateurs et des socialistes[2], finiront par obtenir le droit de coalition (1864) et la liberté syndicale (1884).

Et voilà que monsieur Rouvillois s’insurge de ce que l’on puisse affirmer que les conditions de vie des prolétaires se soient considérablement améliorées au cours des XIXème et XXème siècles. Que dire ? C’est ce que tous les travaux de recherche menés sur ce sujet ont conclu : mesurez ça en niveau de revenu, en espérance de vie, en taux de mortalité infantile, en prévalence de la malnutrition ou en occurrence de famines – peu importe – les résultats seront les mêmes. Que les interventions gouvernementales comme la loi Le Chapelier évoquée plus haut ou le fameux livret d’ouvrier aient contribué à freiner cette évolution, j’en conviens volontiers mais nier ce fait majeur de l’histoire relève de l’aveuglement. Ludwig von Mises avait entièrement raison de dénoncer cette pseudo-paupérisation, « l’une des plus grandes falsifications de l’Histoire » : songez seulement qu’entre le moment où Friedrich Engels publie La situation de la classe laborieuse en Angleterre (1845) et la publication du premier tome du Capital (1867), le niveau de vie moyen des anglais avait progressé de près de 44% [3].

Enfin, sixième et dernière remarque de monsieur Rouvillois : les libéraux ne sont pas d’accord sur tout, y compris sur des sujets fondamentaux. C’est tout à fait vrai et c’est d’ailleurs ce qui fait toute la différence entre le dogme d’une religion et la démarche d’un courant de pensée fondé sur la Raison et « cette quête constante de la vérité » qu’évoque Mathieu Laine dans son introduction. En effet, même sur un sujet aussi central que la démocratie, les avis divergent, les arguments s’affutent et les discussions vont bon train. D’Alexis de Tocqueville à Hans-Hermann Hoppe, de Karl Popper à Friedrich Hayek et – en l’espèce – de Jean-Philippe Feldman à Raymond Boudon, on pourrait remplir des bibliothèques entières sur le traitement de la question démocratique par des auteurs libéraux. C’était, il me semble, précisément l’objectif de Matthieu Laine lorsqu’il a entrepris ce travail titanesque : montrer ce qu’était vraiment le libéralisme, dans toute sa richesse et toute sa diversité. Mais après tous, comme note très justement monsieur Rouvillois, « ce pluralisme n’est un défaut que pour les amateurs de certitudes. »

Cela fait donc six petits points plus ou moins négatifs sur 640 pages et 267 articles. Ma foi ! C’est bien peu ! C’est que ce Dictionnaire du libéralisme, auquel, je tiens à le préciser, l’auteur de ses lignes n’a pas participé, doit être une réussite. Bonne lecture !


Sur le web – Le dictionnaire du libéralisme sur Amazon (Ce lien finance Contrepoints)

  1. Voir notamment son discours à l’Assemblée nationale du 17 novembre 1849
  2. Notamment de Jules Guesde qui voyait dans le projet de loi de Waldeck-Rousseau une « loi de police » au motif que les syndicats ainsi légalisés devaient déposer à la mairie leurs statuts et la liste de leurs administrateurs.
  3. Sur la base des données d’Angus Madisson.
Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Au vue de ces incessantes attaques, on va finir par croire que le libéralisme est une idée qui dérange vraiment. Des gens qui réclament la liberté, vous vous rendez compte ? Quelle horreur !

  • Ah l’ultralibéralisme… ce qui est bien avec cette « notion », c’est que l’on peut attaquer n’importe qui sur n’importe quel sujet et que ça clôt le débat 🙂
    Le concept creux par excellence.

  • L’inverse de l’ultralibéral existe ? Microlibéral, nanolibéral, personne à libéralisme modéré. Non mieux encore, quand ultralibéral sera trop usé ce sera mégalibéral, gigalibéral, teralibéral. Remarquez, dans un sens je m’inquiète du fait que es médias commence à connaître l’existence du mot libertarien

  • Bon, j’ai accroché le bouton post-it (ouais, je me suis mis au tactile). En fait je m’inquiete car à la moindre occasion on accusera les libertariens. La guerre en Irak sera l’œuvre des libertariens, les ouragans, le sauvetage des banques, le cannibalisme (aucun bEsoin que ça ait un lien entre eux, les socialistes ne s’en merdent pas trop avec la verité)

    • Bah, de toute façon, ils le font déjà avec « libéralisme » ; tous les maux de la terre lui sont imputés : les massacres, les famines, les épidemies, la mort de la mère de Bambie…
      Bref, les socialos osent tout, même affirmer les plus grosses contrevérités…

      • Peut-être, mais vous le rendez bien à ce que vous appelez socialisme !

        • Pas faux. Et la conception du « socialisme » chez les libéraux est au moins aussi vague, floue, extensive et inculte que ne l’est l’usage de termes comme « ultra-libéralisme » par certains de ses détracteurs…

          • Disons que, ce que nous appelons « socialisme » correspond à quelque chose au contraire de très précis : étant opposés à l’étatisme par essence, nous avons tendance à amalgamer étatisme et socialisme.

            Mais, si l’on y réfléchit une minute (juste une), sur quoi se fonde l’idéologie socialiste ? Sur… l’Etatisme. Sur ce plan, question : quelle est la différence entre un Sarkozy et un Hollande ? Il n’y en a strictement aucune, hormis des points de détails insignifiants et sur-médiatisés.

          • @Bat
            « Et la conception du « socialisme » chez les libéraux est au moins aussi vague, floue, extensive et inculte »

            Ah bon! Quelle est cette conception du socialisme chez les libéraux qui est vague floue extensive et inculte? Et de quels libéraux parlez-vous? Pouvez-vous nous éclairer? donner des exemples?

          • @ Lio:

            La réponse d’AlainLib ci-dessus illustre parfaitement ce que je veux dire:

            « étant opposés à l’étatisme par essence, nous avons tendance à amalgamer étatisme et socialisme »

            J’ai toujours été frappée de ce que de nombreux libéraux (notamment ici, sur Contrepoints), capables de faire des différences byzantines entre divers sous-courant du libéralisme (par exemple, entre l’anarcho-capitalisme et le libertarianisme), s’avéraient en même temps incapable d’aborder ce qu’ils appelle « la gauche », « le socialisme » ou « l’étatisme » avec précision et nuance, ou se réfèrent à des visions de ces doctrines qui semblent étayées par le Reader’s Digest plus que par la lecture et la compréhension de ces auteurs.

            Jean-François Revel (notamment dans « La Grande parade) est un exemple, presque comique tant il est caricatural, d’amalgame a-critique et, en grande partie non pertinent, de tout ce qui n’est pas libéralisme (Revel brasse large, puisqu’il met dans le même panier nazisme, social-démocratie, communisme, marxisme et j’en passe…).

          • Oups, excusez-moi pour les (trop nombreuses) fautes d’orthographe! Je ne me suis pas relue dans la toute petite fenêtre que Firefox ne veut plus agrandir, je ne sais pas pourquoi!

        • @CITOYEN

          Ah oui ? où est-ce que j’ai affirmé ça ?

          • Si ce n’est vous, c’est donc vos frères de conviction libérales, de toute façon nous étions, vous et moi, dans la généralisation optimale.

        • C’est pas faux non plus. Mais l’extension les distorsions dans le droit avec les droits créances font beaucoup de mal à la société. Le socialisme a beaucoup contribué à cette distorsion pénalisant à la fois le droit et l’économie à mon avis. Je peux comprends l’amertume de beaucoup de libéraux que je partage.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles