Éthylotest obligatoire : un lobbying réussi des fabricants

Les conducteurs responsables se posent légitimement la question de la pertinence de ces éthylotests et de la volonté désintéressée et réfléchie des différents intervenants pour lutter contre l’alcoolisme au volant.

« Les conducteurs responsables se posent légitimement la question de la  pertinence de ces éthylotests et de la volonté désintéressée et réfléchie des différents intervenants pour lutter contre l’alcoolisme au volant. »

Communiqué de presse de la Ligue des Conducteurs

Comme tout le monde, les 28 000 conducteurs responsables que nous représentons aimeraient voir moins de gens prendre la route alcoolisés. Ce n’est malheureusement pas le décret rendant obligatoire les éthylotests dans les voitures et pour les motos de plus de 50cm3 à partir du 1er juillet qui sera en mesure de faire réfléchir les inconscients.

En réalité, ce décret se traduit surtout par un marché de 76 millions d’euros,100% garanti pour les fabricants d’éthylotests bénéficiant de la norme NF, et pour le gouvernement c’est l’occasion de se donner bonne conscience tout en faisant rentrer un peu plus d’argent dans les caisses en créant un nouveau PV de 11 €.

ethylotest

Au mois de juillet dernier, sous couvert de sécurité routière, des fabricants d’éthylotests ont crée une association, I-Tests, pour faire du lobbying auprès des parlementaires et du gouvernement pour rendre obligatoires leurs produits. Opération réussie : quelques mois plus tard le décret parait au JO. Fait troublant, le Président de cette association est salarié du principal fabriquant ayant reçu la norme NF et membre du comité de certification NF éthylotest.

Sans compter que le manque de fiabilité des éthylotests rendus obligatoires est patent : il est, entre autre, conseillé de les stocker entre 10°C et 40°C, conseil impossible à suivre lorsque l’on connait les conditions habituelles de stationnement, en plein air, des voitures et des motos. Ce manque de fiabilité risque en outre d’induire en erreur le conducteur, ce qui ne va pas manquer de faire augmenter le nombre de procédures judiciaires.

Au regard de ces faits, les conducteurs responsables se posent légitimement la question de la  pertinence d’une telle mesure et de la volonté désintéressée et réfléchie des différents intervenants pour lutter contre l’alcoolisme au volant.

L’éthylotest obligatoire n’est qu’une contrainte supplémentaire de plus pour la majorité des conducteurs responsables qui respectent le message clair et compréhensible délivré jusqu’à présent : s’abstenir de prendre le volant après avoir absorbé plus de deux verres d’alcool.

Rappelons enfin que ce qu’indique l’éthylotest au conducteur, c’est s’il se trouve dans la légalité ou pas – pas s’il est en état de prendre le volant ce qui est bien différent.

Des campagnes de prévention, des contrôles ciblés et mesurés, des solutions alternatives proposées aux jeunes quand ils rentrent de boîte de nuit (capitaine de soirée, taxi pris en charge par les assurances…). Voilà ce qui pourrait devenir des mesures efficaces de lutte contre l’alcoolisme au volant.

L’éthylotest obligatoire n’est ni plus ni moins que le résultat d’un lobbying bien réussi. La Ligue de Défense des Conducteurs a été la première à dénoncer ce scandale, aujourd’hui elle estime que l’abrogation de ce décret serait la bienvenue.

Stop à la répression absurde  Oui à une conduite responsable

Ligue de Défense des Conducteurs
23 avenue Jean Moulin 75014 Paris
Tél : 01 40 01 06 51

www.liguedesconducteurs.org