Raisonner à dix ans

quand la frontière entre le marché et l’État devient instable, l’économie se dégrade parce que les entrepreneurs inquiets adaptent des stratégies de repli.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jean-baptiste_Say

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Raisonner à dix ans

Publié le 1 juillet 2012
- A +

Est-il raisonnable de chercher du côté de 1803, du côté de l’altercation fameuse entre Jean-Baptiste Say et Napoléon, des solutions à une crise immédiate ? Oui, puisqu’il existe en économie, des réalités éternelles.

Par Guy Sorman.

Jean-Baptiste Say

En temps de crise, le sens commun se perd : les peuples attendent vainement de leurs gouvernants des décisions à effet rapide, tandis que ces gouvernants surestiment leur capacité d’agir. Mais en démocratie, l’économie suit son chemin, tracé par les entrepreneurs, tandis que la politique suit le sien au fil des exigences électorales. Cette rupture entre la politique et l’économique fut signalée pour la première fois dans l’histoire de la science économique, en 1803, lors d’une altercation fameuse entre Napoléon empereur des Français et Jean-Baptiste Say, fondateur de l’enseignement économique pour toute l’Europe.

L’Empereur exigea que Say modifie son Traité d’économie politique (publié en Espagne dès 1807) afin de célébrer le rôle moteur de l’État et les vertus du protectionnisme plutôt que de l’entrepreneur et du libre échange : Say rétorqua que la rupture entre l’économie et la politique était désormais consommée. L’ouvrage fut censuré, Say interdit d’enseigner mais Napoléon ne pouvait pas modifier la réalité : « l’entrepreneur », terme inventé par Say, n’obéirait plus jamais à l’Empereur. L’entrepreneur, expliquait Jean-Baptiste Say, est motivé par son intérêt : ce qui, ajoutait-il, est excellent puisque par intérêt, l’entrepreneur investit, exploite les innovations rentables, crée des emplois. Les gouvernants et  hauts fonctionnaires, ajoutait Say, sont eux, mus par la vanité. Par vanité, tout fonctionnaire augmente le nombre de ses subordonnés puisque le pouvoir dans l’État se mesure au nombre des bureaux. L’État, en concluait Say, est indispensable pour faire régner l’état de droit et nuisible au-delà : quand la frontière entre le marché et l’État devient instable, l’économie se dégrade parce que les entrepreneurs inquiets adaptent des stratégies de repli.

Ce qui nous ramène à la crise en Europe : le comportement des gouvernements en est totalement la cause. L’Union européenne en soi, ou l’euro en soi, ne portent aucune responsabilité dans la récession. Un euro dévalué ou le retour à des monnaies nationales ne conduiraient qu’à une augmentation des coûts d’importation, du remboursement des dettes. Nous ne sommes plus dans l’ère des dévaluations compétitives : la prospérité des nations dépend moins des coûts de production que de la singularité et de la qualité des produits sur le marché mondial.

En clair, ce dont les entrepreneurs européens ont aujourd’hui besoin, et ce à quoi les gouvernements européens finiront par se rallier, est d’un horizon stable et prévisible. Parmi les slogans célèbres de John Maynard Keynes, l’un des plus faux est assurément « In the long run we are all dead ». En économie, seul le long terme est la condition de la croissance : l’investissement reprendra lorsqu’il sera possible de raisonner à cinq ou dix ans. Ceci suppose que l’Union européenne soit consolidée par des engagements précis sur l’évolution des dettes publiques, la sécurité des banques et les futures réglementations sociales, voire écologiques, communes. L’Europe, par bonheur, dispose d’une autorité qui garantit la stabilité des prix, la Banque de Francfort. Elle nécessite une autre autorité qui contraindrait à la transparence des comptes publics, assortie des sanctions significatives, et au retour à l’équilibre budgétaire : l’équilibre est le seul objectif qui rassurera les marchés financiers. Ce ne sont pas des mesures conjoncturelles, des politiques de relance, d’aide à tel ou tel que l’Europe réclame, mais des règles stables, des institutions aussi légitimes que le sont déjà la Banque européenne ou la Cour de justice européenne.

Comment persuader les gouvernements et l’opinion, que le retour de la croissance et la baisse du chômage passent par un renforcement des institutions, par un progrès du Droit, et non par des manipulations des outils de production et des finances publiques ? En se fondant sur des preuves : les nations les plus prospères sont celles où les institutions sont les plus fortes et les États les plus sobres, Allemagne et Europe du Nord. Et en développant la connaissance populaire de la science économique : Jean-Baptiste Say estimait que le progrès reposerait sur une large diffusion de la science économique dans le peuple qui résisterait ainsi à l’étatisme et à la démagogie. Pour ce faire, il devint journaliste et enseignant. Est-il raisonnable de chercher du côté de 1803 des solutions à une crise immédiate ? Oui, puisqu’il existe en économie, des réalités éternelles.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Enfin bon, heureusement que l’état napoleonien était là pour sauver les banques la dernière fois… Personnellement je les aurais laissé crever, à l’islandaise, pas de raisons que ces « libéraux » qui ramassent la cagnotte rechignent à contribuer à l’impot et puis quand ils perdent faut que napoleon soit là pour les aider, et hop elles recommencent leurs conneries… Maintenant c’est l’UE bonapartiste qui veut les couvrir – d’où le bond des bourses vendredi – alors qu’on ferait bien de les menacer et de leur rappeler que « too big to fail » est une hérésie marxiste… « Too stupid, fail » devrait au contraire leur être hurlé dessus sans ménagement… On veut être ultra-liberal ou pas ? Si on l’est on doit rappeler leurs responsabilités en ce qui est dette aux états et en ce qui est placements pourris aux banques… Mon 2 centimes de contribution à l’absurdistan qui règne…

    • Ah oui ? Quelles banques étaient en difficulté et auraient été sauvées lorsque Napoléon a octroyé le monopole d’émission des billets à la BdF par la loi du 24 Germinal an XI ?

    • « pas de raisons que ces « libéraux » qui ramassent la cagnotte rechignent à contribuer à l’impot et puis quand ils perdent faut que napoleon soit là pour les aider, et hop elles recommencent leurs conneries… »

      De quels « libéraux » parlez-vous? Si vous croyez qu’être libéral c’est défendre l’interventionnisme étatique, vous n’avez rien compris!

  • Raisonner à 5 ou 10 ans, avec des élections tous les 18 mois c’est peine perdue.
    Regardons l’ump aujourd’hui, ils sont partis en campagne pour 2017 dès le 7 mai.

    L’empilement des strates de pouvoir + le raccourcissement des mandats entraîne nécessairement une pensée court termiste et qui s’appuie sur les mouvements d’humeur de la populace (faits divers, sondages)
    On se fait élire sur des bénéfices immédiats, pas futurs.

    Le système démocratique actuel ne permet absolument pas de gérer un pays sur le long terme, ni d’assurer le minimum de stabilité législative et fiscale nécessaire pour entreprendre.

    • Les technologies et les normes changent comme la mode dans le textile.
      Donc impossible d’avoir une vision à plus de 3 ans.

  • Un texte qui devrait être lu systématiquement tous les mois à nos parlementaires…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles