Blocage des loyers : la fausse bonne idée de Cécile Duflot

Le décret imposant le blocage des loyers des grandes villes ne se contente pas d’être économiquement inefficace. Selon Frédéric Georges-Tudo, journaliste et auteur de l’essai Salauds de riches !, il s’avère aussi condamnable sur le plan moral.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Duflot débloqueDuflot immobilier (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Blocage des loyers : la fausse bonne idée de Cécile Duflot

Publié le 15 juin 2012
- A +

Le décret imposant le blocage des loyers des grandes villes ne se contente pas d’être économiquement inefficace. Selon Frédéric Georges-Tudo, journaliste et auteur de l’essai Salauds de riches !, il s’avère aussi condamnable sur le plan moral.

Par Frédéric Georges Tudo.

Extrait. Article intégral en ligne sur le Plus Nouvel Obs.

« Désespérément léthargique, le peuple Français ne semble hélas pas le moins du monde choqué par cette atteinte caractérisée au principe de la propriété privée. Alors que le nouveau gouvernement s’attaque à la liberté fondamentale de disposer de ses biens comme bon lui semble, il n’exprime pas le début du commencement d’un agacement. Ainsi sont câblés nos compatriotes. Toujours prêts à s’indigner de tout et de n’importe quoi, ils demeurent inertes face à un Etat Papa se croyant autorisé à sermonner ses enfants, qui se permettent de louer leurs appartements au prix du marché. Atterrante infantilisation de notre société… »

(…)

« Petit rappel de bon sens, dans un système économique sain tel que celui que le pouvoir socialiste veut mettre au pas, les loyers excessifs n’existent pas. Et pour cause, tout propriétaire tenté de louer son logement à un prix trop élevé par rapport à la demande découragerait ipso facto les locataires. »

(…)

« Les prix vertigineux de l’immobilier locatif parisien sont donc sans rapport avec la libre fixation des loyers. Assénons-le une fois encore, ils sont tout simplement dus au fait que douze millions de franciliens aspirent à vivre dans une cité capable d’en accueillir à peine plus de deux. Certes, l’accroissement des constructions permettrait de relâcher quelque peu la pression. Mais à l’opposé de l’ultra-réglementarisme prôné par Cécile Duflot, ce supplément d’offres dans le neuf passera avant tout par un assouplissement de nombreux obstacles administratifs et fiscaux. »

Article intégral sur Le Plus du Nouvel Obs.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxation des superprofits, blocage des prix, contrôle des loyers…

À droite comme à gauche, la pensée magique s’est substituée au raisonnement économique, et le populisme étatiste semble désormais innerver l’intégralité d’un débat public parasité par les passions les plus diverses. Pourtant, au nom de la lutte contre la paupérisation, toutes les politiques publiques ne se valent pas, loin de là.

L’économiste Thomas Sowell rappelle dans Basic Economics (Basic Books, 2015) que sur le sujet comme ailleurs, il faut bien distinguer le... Poursuivre la lecture

Par Clément Pitton.

Le gouvernement a récemment annoncé son intention de réduire les loyers des résidences étudiantes ou en tous cas, c’est l’effet d’annonce qu’il a voulu créer.

Malheureusement et précision oblige, le gouvernement a annoncé réduire uniquement les loyers des résidences universitaires. C’est assez logique in fine puisque ce sont les seules résidences que l’État gère réellement mais cela réduit diablement l’effet d’une telle décision.

Le système des résidences universitaires ne représente que 175 000 logeme... Poursuivre la lecture

Par Jean-François Bauer. Un article d'Entrepreneurs pour la France

Après les destructions de la dernière guerre, l’administration et le législateur se sont précipités pour gérer la pénurie de logements et la loi de 1948 a fixé un barème scientifique des loyers dans les logements anciens. Avec des révisions annuelles inférieures à l’inflation, le système a créé des rentes de situations pour les locataires et a entraîné une dégradation du bâti ancien faute d’entretien.

À partir des années 1970 une sortie progressive de la loi de 1... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles