Nozick vs. Rawls (1) : quelle justice distributive ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Robert-Nozick

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nozick vs. Rawls (1) : quelle justice distributive ?

Publié le 29 mai 2012
- A +

Par Damien Theillier

Déjà formulée au XIXe siècle par les libéraux français (Destutt de Tracy, Frédéric Bastiat mais aussi Charles Comte et Charles Dunoyer), la revendication de l’État minimal a resurgi avec vigueur aux États-Unis au cours du XXe siècle, notamment dans la controverse entre John Rawls et Robert Nozick. Selon ce dernier, « La question fondamentale de la philosophie politique, celle qui précède toutes les questions sur la façon dont l’État devrait être organisé, porte sur l’existence même d’un État, quel qu’il soit. » (Robert Nozick, Anarchie, État et Utopie, 1974, p.19).

1° John Rawls, disciple de Rousseau

Le philosophe américain John Rawls est mort en 2002, à l’âge de 82 ans. Depuis la publication de Théorie de la justice, en 1971, il était considéré comme l’un des principaux penseurs politiques de son temps.

Né le 21 février 1921 à Baltimore, il avait interrompu ses études pour servir dans l’infanterie de combat dans le Pacifique, pendant la seconde guerre mondiale. À son retour à la vie civile, il entreprend des études de philosophie à l’université de Princeton, dont il deviendra docteur.

Professeur à Cornell puis à Harvard, John Rawls n’avait publié que quelques articles épars lorsqu’il a fait paraître, à l’âge de cinquante ans, un livre long et aride dont personne ne prévoyait, et certainement pas lui-même, à quel point il allait révolutionner la pensée politique. Théorie de la justice (1971) devient en effet rapidement la lecture obligatoire par excellence pour les enseignements de philosophie morale et sociale des universités des États-Unis. Dans ce livre, il critique l’utilitarisme et réintroduit la dimension normative, ou l’éthique, au cœur de la théorie politique. Parallèlement, le livre est traduit dans de nombreuses langues et se répand sur tous les continents. Les ouvrages de Rawls traduits en français ne sont pas très nombreux, mais les principaux sont pour la plupart accessibles en livre de poche. Son maître livre, Théorie de la justice (Seuil, « Points Essais »), est à compléter par Justice et démocratie et, par la série d’études consacrées à son œuvre sous le titre Individu et justice sociale.

Rawls inscrit sa pensée dans le sillage du contractualisme de Rousseau. Pour ce dernier l’inégalité et les divisions entre les citoyens sont les principales causes du mal social. Rawls réactualise le problème de la manière suivante : comment faire exister « une société juste et stable de citoyens libres et égaux, profondément divisés par des doctrines religieuses, philosophiques et morales raisonnables quoique incompatibles » ?

Selon Rawls, une société ordonnée est une société fondée sur des principes de juste répartition des biens. Ainsi, « nul ne doit être avantagé ou désavantagé par l’intervention du hasard de la nature. » Autrement dit, puisque les différences de talents ne sont pas méritées, il faut y apporter des compensations. Rawls justifie donc l’intervention active de l’État pour compenser les inégalités par une redistribution des richesses et la mise en place d’un État providence avec la création de droits sociaux et économiques. C’est ce qu’il nomme la justice comme équité.

Depuis plus de trente ans, la plupart des théories politiques dans le monde occidental, communautarisme, égalitarianisme, féminisme, sont des réponses au livre de Rawls ou des reformulations de théories passées (utilitarisme, marxisme, libéralisme…), à la lumière de la théorie normative de Rawls. C’est notamment le cas du libertarianisme, tel qu’il a été systématisé par Robert Nozick.

2° Robert Nozick, disciple de Locke

Robert Nozick est originaire d’un milieu juif new-yorkais de Brooklyn, fils d’un immigrant russe. À l’Université Columbia où il commence ses études de philosophie, il sympathise avec les idées de la New Left. Après un doctorat en 1963 à l’Université de Princeton, il y devient professeur assistant de philosophie. En 1969, il obtient le grade de professeur titulaire à Harvard.

Au cours de ses études supérieures, il rencontre Ayn Rand et Murray Rothbard, qui le conduisent à lire les œuvres de Ludwig von Mises et de Friedrich Hayek. Son évolution intellectuelle vers le libertarianisme culmine en 1974 avec la publication d’Anarchie, État et Utopie, une défense originale et très argumentée de l’État minimal et une critique de la social-démocratie défendue par son collègue de Harvard, John Rawls. Immédiatement salué par les intellectuels conservateurs et libertariens, son livre devient une sorte de manifeste philosophique de la « New Right », même si Nozick n’a jamais vraiment apprécié les étiquettes politiques.

Le principal mérite de Nozick est d’avoir fourni un vaste argumentaire contre les droits sociaux, la redistribution et l’État social-démocrate de John Rawls. On ne trouvera pas chez Nozick, contrairement à Ayn Rand ou à Murray Rothbard, de justification des droits individuels. Nozick opte pour une approche intuitive. Supposons, dit Nozick, que Locke ait raison et que les hommes ont droit à la vie, à la liberté et à la propriété. Quel type de société politique serait compatible avec de tels postulats éthiques ? L’État social-démocrate de Rawls est-il justifié ? Toute l’argumentation de Nozick dans Anarchie, État et utopie, consiste à montrer que :

1° les critères de justice de John Rawls violent les droits fondamentaux, en particulier, le droit de propriété, et sont donc en réalité immoraux ;

2° l’État minimal est le seul type d’État justifiable au regard de ces droits fondamentaux.

En effet, on voit mal comment compenser les inégalités socio-économiques au moyen de la contrainte de l’État sans du même coup porter gravement atteinte à l’égalité morale des citoyens et à leur liberté individuelle. Or, selon Nozick, une telle interférence continuelle dans la vie des gens, dans leurs projets comme dans leurs actions se heurte à deux objections majeures :

– Nozick reproche à Rawls de ne pas prendre assez au sérieux le principe de la dignité des personnes et l’impératif kantien, dont il prétend pourtant se réclamer, qui consiste à traiter les autres comme des « fins en soi » et non comme de simples moyens. En effet, traiter les individus comme des « fins en soi » consiste à reconnaître en chacun le seul propriétaire légitime de lui-même, de ses capacités, ainsi que des biens qu’il possède grâce à ses capacités et à son travail. Or quand l’État prélève l’impôt sur les revenus pour compenser les inégalités, il se sert des capacités productives de certains pour que d’autres (tous) en bénéficient. L’État se sert donc de certaines personnes comme de moyens pour servir les fins d’autres personnes.

– Dans la théorie de la justice de Rawls, la question des droits de propriété n’est pas abordée, elle ne fait pas partie des principes éthiques et politique permettant de fonder une société juste.

3° La justice comme équité est arbitraire et immorale

Rawls pense que les talents de chacun ne lui appartiennent pas vraiment mais qu’ils constituent un réservoir dans lequel la société a le droit de puiser pour compenser les inégalités. Selon Nozick, cette théorie est à la fois arbitraire et immorale :

a) Il est impossible de définir ce qui est mérité et ce qui ne l’est pas ;

b) La négation de la propriété de soi équivaut à réduire les hommes à n’être que de simples moyens pour les autres.

Pour Rawls, talents et capacités sont des ressources socialement disponibles, parce que leur distribution entre les individus relève de ce qu’il appelle la « loterie naturelle ». Pourtant, selon Nozick, la vraie justice, c’est celle qui respecte les droits de propriété de chacun : propriété de soi et propriété des biens, acquis par le travail. Chacun de nous a ses talents et dispositions qui lui appartiennent en propre, de sorte que nul ne peut s’en servir sans notre consentement même pour en faire bénéficier les autres.

Si moralement le riche doit donner aux plus pauvres, il doit le faire librement et non pas être contraint par l’État. « Ainsi, dénigrer l’autonomie d’une personne et lui nier la responsabilité première de ses actions, c’est une voie douteuse pour une théorie qui souhaite par ailleurs conforter la dignité et le respect de soi des êtres humains. » Je peux librement donner le fruit de mon travail à un autre, mais quand l’État me réclame par la force ce qui m’appartient en propre, il ne me respecte pas comme personne morale et il agit de manière illégitime.

—-
Deuxième partie de l’article publiée demain sur Contrepoints.
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Armand Losserant
    30 mai 2012 at 0 h 59 min

    « A un moment donné, le sentiment que je devrais justifier ma position vis-à-vis d’un ouvrage récent de grande valeur a également contribué à retarder l’achèvement de ce volume-ci. Mais après avoir soigneusement considéré la chose, je suis arrivé à la conclusion que ce que je pourrais avoir à dire du livre de John Rawls A Theory of Justice (1972) ne servirait pas à mon objectif immédiat, parce que les différences entre nous apparaissent plus verbales que substantielles. »

    Hayek, « Droit, législation et liberté »

  • C’est oublier un peu vite qu’on ne serait pas grand chose sans la société qui nous a fait grandir !

    • « on ne serait pas grand chose sans la société qui nous a fait grandir »

      C’est nouveau, ça vient de sortir…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux.

Le 20 septembre 2021, les Canadiens vont être appelés aux urnes dans le cadre d’une élection fédérale anticipée dans un contexte politique et sanitaire tendu. L’affrontement va se dérouler entre le Parti libéral de Justin Trudeau et le Parti conservateur dirigé par Erin O'Toole. Néanmoins d’autres forces politiques montent telles que le Parti populaire canadien (PPC) de Maxime Bernier. Ce dernier a des positions de libéral populiste plutôt singulières sur la scène politique canadienne. Positions qui seraient auss... Poursuivre la lecture

Par Thomas Viain.

Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf a suscité la controverse le 1er janvier dernier, en tweetant sur le manque de diversité du Philarmonique de Vienne, lors du traditionnel concert du Nouvel An.

https://www.youtube.com/watch?v=UwRdbJFjKWo

La violoniste Zhang-Zhang, du Philharmonique de Monte-Carlo, a immédiatement réagi, affirmant que les musiciens étaient sélectionnés à l’aveugle, sur leurs seules compétences. Et s’il y avait un quiproquo sur la notion de mérite ?

La méritocratie et le r... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

La Terre entière est occupée par des États, un peu plus de deux cents. Chaque individu qui naît, atterrit donc dans un État. Aussi ne se pose-t-il pas de questions à son sujet.

Il devrait.

Dans L'Anatomie de l'État, Murray Rothbard répond aux questions qu'un individu ne se pose pas parce que l'État est une organisation qui lui semble aller de soi. Pourtant...

L'État, ce n'est pas nous

L'État cherche à s'identifier à la société dont l'individu est membre. L'expression L'État, c'est nous est un t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles