L’école autrichienne d’économie, une présentation (4) : Retour vers le futur ?

Pour terminer cette série de chroniques consacrées à la tradition autrichienne d’économie, l’auteur nous conte, avec un certain optimisme, le mouvement de retour qui s’est opéré durant les 50 dernières années au sein de l’économie orthodoxe vers des positions autrefois développées par Mises.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
L von Mises

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’école autrichienne d’économie, une présentation (4) : Retour vers le futur ?

Publié le 22 mai 2012
- A +

Pour terminer cette série de chroniques consacrées à la tradition autrichienne d’économie, l’auteur nous conte, avec un certain optimisme, le mouvement de retour qui s’est opéré durant les 50 dernières années au sein de l’économie orthodoxe vers des positions autrefois développées par Mises.

Par Gérard Dréan.

4e partie : Retour vers le futur ?

Au cours du XXe siècle, le courant issu de Walras et renforcé par les émules de Keynes a progressivement occupé presque tout l’espace de la discipline économique. La tradition classique est devenue une antiquité qui n’intéresse que les historiens, et la tradition autrichienne qui en perpétue la branche française, et à travers elle la grande tradition aristotélicienne, est considérée comme une hérésie un peu ridicule, périmée dans son paradigme et dans ses thèses, et dangereuse par ses positions dites « ultralibérales ».

La tradition autrichienne est néanmoins maintenue vivace, d’une part grâce à quelques universitaires isolés, par exemple en France Pascal Salin, ou Jorg-Guido Hülsmann à Angers, sans parler d’autres à qui j’aurais peur de rendre un mauvais service en les citant, tant les « autrichiens » sont moqués par leurs collègues à proportion de la visibilité de leur adhésion à la tradition autrichienne. Elle est aussi présente sur un certain nombre de blogs, mais son foyer principal est le Ludwig von Mises Institute (mises.org).

Mais à côté de cette critique frontale de l’orthodoxie dominante se produit un mouvement souterrain peut-être plus significatif. L’orthodoxie évolue. Au départ, elle héritait de sa source walrasienne la représentation de l’être humain en tant qu’agent économique par un automate, le modèle de l’homo economicus maximisateur omniscient et parfaitement rationnel, afin de pouvoir appliquer à l’économie les techniques mathématiques. Un peu plus tard, elle héritait de sa source keynesienne la mission autoproclamée de guider l’action des États en prévoyant de façon aussi précise que possible les conséquences de leurs actions, ce qui renforce le besoin de recourir aux mathématiques. Pour cela, elle prenait le parti de considérer les organisations ou les agrégats tels qu’une nation comme d’autres individus (des « agents représentatifs ») dont les actes sont sans lien avec ceux des êtres humains qui les composent, en adoptant le principe du « no bridge » entre la microéconomie et la macroéconomie.

Mais en abordant sur ces bases un nombre croissant de problèmes divers, de nombreux économistes ont pris conscience des insuffisances du paradigme dit « néoclassique ». L’orthodoxie a alors donné naissance à de multiples sous-écoles. Les uns se livrent à des études de plus en plus étroites à l’aide de modèles de plus en plus sophistiqués sur le plan mathématique, mais de plus en plus déconnectés de la réalité, et qui souvent partent d’hypothèses qui s’écartent du paradigme initial. D’autres se contentent de travaux empiriques, en mobilisant des théories ad hoc empruntées aux diverses écoles de pensée. Pour tous ceux-là, la part théorique de l’économie n’est qu’une boîte à outils, où chacun peut avoir son utilité sans qu’il soit besoin d’un fondement théorique commun. Rares sont ceux qui prennent acte de la faillite du paradigme néoclassique et en entreprennent une critique épistémo-méthodologique qui pourrait poser les fondements d’une reconstruction.

Néanmoins, dans les 50 dernières années, plusieurs écoles de pensée ont introduit dans la théorie, une par une, des modifications du modèle de l’agent qui le rapprochent de l’être humain réel : la rationalité limitée (Herbert Simon), l’information imparfaite, l’incertitude, les croyances, l’apprentissage. Plus récemment, l’économie expérimentale tente de faire reposer l’économie sur l’observation du comportement réel des êtres humains. D’autres développements visent à prendre en compte les organisations et leur logique de fonctionnement interne, ainsi que les institutions dans lesquelles les agents économiques sont immergés. Parallèlement, les interactions entre les différents types d’agents échappent de plus en plus à la caricature du marché walrasien et sont étudiées dans une perspective dynamique avec la réintroduction du temps et de l’incertitude. L’intérêt se déplace de l’étude de l’équilibre vers celle des processus. Nombre d’auteurs se passent dorénavant de toute formulation mathématique.

Les économistes du courant principal, nourris par le modèle néoclassique, considèrent toutes ces idées comme d’importantes avancées que les travaux les plus récents réussissent à intégrer dans ce qui est considéré comme l’orthodoxie. Dans la mesure où ces idées venaient initialement contester la vision dominante, ils concluent avec satisfaction que leur orthodoxie a définitivement vaincu toutes les hétérodoxies, dont la tradition autrichienne.
Or il ne s’agit nullement de faits nouveaux qui auraient été récemment découverts, mais de faits connus depuis des siècles, qui étaient pris en compte par les économistes classiques, et que l’économie walrasienne avait éliminé de son modèle de l’économie. Autrement dit, cette assimilation des hétérodoxies est en réalité un mouvement de retour vers les positions classiques longtemps occultées, sapant ainsi lentement les fondements même de l’orthodoxie qui s’était constituée en décidant de les ignorer, et revenant sur ces questions fondamentales aux positions autrichiennes perpétuées et développées par Mises.

Même s’ils vont dans le bon sens, il n’est pas interdit de juger un peu pathétiques ces efforts pour traiter les phénomènes du monde réel en bricolant une théorie construite sur l’hypothèse que ces phénomènes n’existent pas. Une excessive fidélité à la théorie standard est devenue un obstacle au progrès de la connaissance, et le détour par l’économie néoclassique se révèle plus nuisible qu’utile.

Pour retrouver le bon chemin, la voie la plus sûre et la plus rapide serait donc de revenir au point où les économistes se sont fourvoyés en suivant Walras puis Keynes, pour retrouver avec Menger l’axe majeur de la pensée économique et y rejoindre le plus vite possible leurs collègues de l’école autrichienne et leur maître à tous Ludwig von Mises. La boucle sera alors bouclée, et on pourra rêver aux progrès qu’aurait pu faire l’économie si les meilleurs esprits qui s’y sont consacrés ne s’étaient pas laissé égarer par Walras, Keynes et leurs émules, et à ce que serait le monde si les gouvernants ne les avaient pas suivis.

—-

À lire, les trois premières parties de la série :

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Malheureusement, la position dogmatique anti-mathématique de certains membres de l’école « autrichienne » est une double erreur. Une erreur intellectuelle (le problème n’est pas la forme utilisée pour représenter le monde – littéraire ou mathématique – mais la représentation du monde elle-même) mais aussi une erreur de communication stratégique qui empêche une diffusion plus large de leurs idées en matière économique, par ailleurs pertinentes. Toutes les critiques que j’ai pu lire sur l’utilisation des mathématiques en Economie ne tiennent pas la route. En fait, les mathématiques ne sont qu’une forme d’expression du raisonnement (comme le langage littéraire). Une forme d’expression qui offre toutefois bien des avantages. Parmi ceux-ci, citons par exemple l’objectivité et l’universalité, ce qui fait défaut au langage littéraire. En outre, la formulation mathématique permet d’exprimer la même pensée en des termes (signes symboles…) beaucoup plus courts (gain de place et de temps pour saisir la pensée de l’auteur). Pour résumé, il n’y a pas de pensées littéraires qui ne peuvent être exprimées en langage mathématique tout comme il n’y a pas de pensées mathématiques qui ne peuvent être exprimées en langage littéraire. Autrement dit, on peut exprimer exactement la même chose en langage littéraire et en langage mathématique tout comme en langue japonaise et en langue anglaise. Question de goût et d’aptitude propres à chacun. Opposer ces deux formes d’expression du raisonnement est une erreur. Opposer ces deux formes d’expression du raisonnement est stérile; çà ne fait avancer ni notre raisonnement ni notre connaissance du monde.

    • Nous ne disposons pas des outils théoriques nécessaires pour exprimer la complexité de l’économie avec le langage mathématique. En attendant le progrès des mathématiques fondamentales, nous en sommes réduits à utiliser des approximations statistiques. Ce n’est pas un hasard si l’ambitieuse macroéconomie, avec ses modèles caricaturaux, comme le modèle IS/LM, qui prétendaient expliquer le monde en faisant fi de l’individu, est abandonnée au profit d’études microéconomiques aux objectifs plus modestes mais nettement plus réalistes.

    • Deux faits rendent la modélisation mathématique difficile, voir impossible en économie :
      Premièrement : le comportement de l’individu est totalement aléatoire pour un observateur extérieur.
      Deuxièmement : l’économie est un système à rétroaction non linéaire, donc au comportement chaotique, au sens théorique du terme, de fait son horizon de prévision est très restreint. Ainsi une mesure qui semble au début favorable peut avoir des effets négatifs très importants. Tout système de régulation augmente la non linéarité du système et donc réduit l’horizon de prévision. Le seul élément important est la possibilité offerte à l’individu de s’adapter le plus rapidement possible aux changements au travers des différentes possibilités offertes par le marché. C’est ce que fait un investisseur sur le marché boursier.

    • Pas d’accord, mais pas du tout avec Lio
      1. un texte écrit en langage littéraire peut parfaitement être objectif et universel
      2; le langage mathématique ne permet pas d’exprimer des pensées au sens large (et propre) du mot
      3; pour représenter des êtres économiques par des êtres mathématiques, il faut faire à leur sujet des hypothèses non conformes à la réalité, par exemple continuité et dérivabilité. Je ne conteste pas que les maths puissent avoir une certaine utilité pour les économistes, à condition qu’ils tiennent compte de ces écarts à la réalité dans l’interprétation des résultats des raisonnements, ce qu’ils ne font que rarement.
      4. l’utilisation des maths nuit à la communication entre les économistes et le grand public, qui est pourtant une nécessité fondamentale. En particulier, elle fait croire qu’on ne peut rien comprendre à l’économie si on ne maîtrise pas les systèmes linéaires et les équations différentielles, ce qui explique en grande partie l’ignorance du public en économie et donc la liberté qu’ont les politiques de faire impunément des c…ies (pour rester poli).

  • Gérard Dréan : merci pour ces chroniques passionnantes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qu’est-ce que la loi de Say ?

À quelques occasions, nous avons répondu à ces questions et fourni quelques éclaircies sur ce que les économistes appellent le plus souvent La loi de Say des marchés. Beaucoup ont étendu la compréhension de cette loi, qui est une description du fonctionnement des marchés, à la prise en compte de la demande et l’offre de monnaie, et donc à la théorie du déséquilibre monétaire.

Certains économistes, comme Lord Keynes, ont essayé de réfuter cette loi en ne faisant rien d’autres que supposer sa validité... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

L’argent, ou la monnaie, n’est pas une sorte de péché originel de l’Homme, un outil de la corruption, comme le laissent entendre Rousseau et d’autres penseurs. L’argent est à la base même de la division sociale du travail. Comme l’a soulevé brillamment Ludwig von Mises, c’est la liberté économique et donc de facto la monnaie, qui permet à chaque homme de chercher et de trouver une place au sein de la coopération sociale et de prendre part à la société.

De nombreux théoriciens se sont intéressés à la ... Poursuivre la lecture

Par Jasmin Guénette. Un article de l'Institut économique de Montréal

Nous célébrons aujourd'hui les 140 ans de Ludwig von Mises, l'un des leaders intellectuels de l'école autrichienne. L'influence de Mises sur la promotion des idées libérales classiques au cours du XXe siècle est impressionnante.

Né dans une famille aisée dans une province de l'empire austro-hongrois qui fait maintenant partie de l'Ukraine, Mises a démontré son intelligence très jeune : il maîtrisait le français, l'allemand et le polonais et lisait le latin dès ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles