Bâle III : nouveau recul de la liberté bancaire

Veut-on des banques responsables ou des banques soumises ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bâle III : nouveau recul de la liberté bancaire

Publié le 11 mai 2012
- A +

Mercredi dernier, les ministres des finances des 27 pays de l’Union se sont réunis à Bruxelles pour transposer la nouvelle réglementation, une de plus, appelée Bâle III. Veut-on des banques responsables ou des banques soumises ?

Un article de l’aleps.

Contrairement à ce que prétend la classe politique, qui n’aime pas « la finance », l’activité bancaire est l’une des plus réglementées qui soient au niveau mondial. La Banque des Règlements Internationaux, dont le siège est à Bâle, s’érige en policier des banques. Cartel des plus grands groupes bancaires, elle prétend faire la loi – et y réussit avec la complicité des États et de leurs Banques Centrales.

Mercredi dernier, les ministres des finances des 27 pays de l’Union se sont réunis à Bruxelles pour transposer la nouvelle réglementation, une de plus, appelée Bâle III. Il n’y a pas eu d’accord sur le « ratio » à respecter entre la masse des crédits accordés par les banques et la masse de leurs capitaux propres. Ce « ratio » était de 4% il devrait être porté à 7%. C’est trop, disent les Français, ce n’est pas assez disent les Anglais.

Quel est le problème ? Une banque peut accorder des crédits soit en prêtant ses fonds propres (apportés par ses actionnaires) soit en prêtant l’argent que lui ont confié ses clients sous forme de dépôts de toutes natures (à vue, à terme, plus ou moins long) etc. Voilà bien longtemps que les banques font de la « transformation », c’est-à-dire financent des crédits à long terme à partir de dépôts à court terme. La moindre prudence serait de ne pas trop user de la méthode, à moins d’être très sûr de ses débiteurs. Mais les abus existent, surtout quand elles savent qu’en cas de difficulté elles peuvent se retourner vers le « prêteur en dernier ressort » : emprunter auprès de la Banque Centrale leur assure une certaine impunité.

Pourquoi cette imprudence ? D’une part, les banques centrales sont braves filles (au prétexte de favoriser la relance, ou de soutenir certains crédits – comme les crédits immobiliers à l’origine des faillites américaines). D’autre part, les banques qui investissent connaissent de plus en plus mal leur clientèle, car elles ont atteint une taille trop importante. Ce sont les précédentes réglementations de Bâle qui les ont amenées à grossir leurs capitaux propres par des opérations de concentrations, de fusions, jusqu’à devenir tellement grosses qu’elles ne peuvent plus disparaître sans causer une crise nationale (« too big to fail »). Les Français veulent qu’on continue à soutenir les banques, et ne veulent pas mettre un ratio de 7% au risque de tarir les crédits. Les Anglais veulent plus de 7% : pour eux ce n’est pas le métier des banques, mais des autres intermédiaires financiers, de prendre des risques. La logique du marché financier voudrait simplement que ceux qui prennent des risques les assument, et fassent faillite quand ils se trompent. Toujours la responsabilité doit accompagner la liberté.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aujourd’hui, nous aborderons deux points : l’absence d’un mécanisme de compensation dans un système de Banque Centrale, et l’éventualité qu’une surexpansion bancaire se produise dans un système de Banque libre à réserves fractionnaires. Ce faisant, cet article est dans la suite directe du précédent concernant la loi des compensations adverses.

Le problème de la connaissance : les Banquiers centraux ont besoin d’une information qu’ils ne peuvent pas obtenir

Un partisan de la Banque centrale ferait remarquer que celle-ci a accès à des i... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Nicoulaud.

C’est au début des années 1980 que les autorités monétaires et financières ont commencé à imposer aux banques de respecter ce que nous appelons aujourd’hui des ratios de solvabilité (ou, indifféremment, des ratios d’adéquation des fonds propres). L’idée, comme toujours, partait des meilleures intentions qui soient : il était question d’empêcher les banques de prendre trop de risques en limitant la quantité de crédit qu’elles pouvaient accorder en fonction de leurs fonds propres.

Aux États-Unis, par exemp... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Nick Hubble.

Vous souvenez-vous des tests de résistance des banques européennes dont les médias avaient l’habitude de nous abreuver régulièrement ? En ayant eu assez de sauver de la faillite les grandes institutions financières et leurs actionnaires fortunés, les gouvernements imposent à présent aux banquiers de mener leurs affaires avec plus de prudence. Pour cela, ils exigent des banques qu’elles se soumettent régulièrement à des tests de respect des normes financières. Ces tests sont comparables à la version financière d’un jeu ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles