Euro fort, vraiment ?

La valeur de l’euro par rapport au dollar a augmenté d’environ 10,5% en un peu plus de treize ans, d’où un discours sur l’Euro fort. Seulement la réalité est nettement plus complexe que cela.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 105 euro fort

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Euro fort, vraiment ?

Publié le 10 mai 2012
- A +

La valeur de l’euro par rapport au dollar a augmenté d’environ 10,5% en un peu plus de treize ans, d’où un discours sur l’euro fort. Seulement la réalité est nettement plus complexe que cela.

Par Georges Kaplan.

La valeur de l’euro a augmenté de 1,1789 dollar américains lors de sa mise en circulation le 4 janvier 1999 à 1,3025 dollar à l’heure où j’écris ces lignes ; soit d’environ 10,5% en un peu plus de treize ans. De cette constatation, de nombreux observateurs déduisent que l’euro est cher – trop cher – et que nous devons cela à la politique de notre Banque centrale européenne ; une politique inspirée par ses ascendances teutonnes ; une politique dite de l’euro fort. Seulement voilà : la réalité est un peu plus complexe que cela.

Pour reprendre l’exemple cité ci-dessus, j’aurais tout à fait pu vous signaler que la valeur du dollar américain a baissé de 84,8 centimes d’euros au 4 janvier 1999 à 76,8 centimes aujourd’hui. C’est strictement équivalent. Mais de ma première formulation, vous avez déduit que c’est la valeur de l’euro qui a monté tandis que la seconde laisse supposer que c’est la valeur du dollar qui avait baissé. En réalité, vous n’en savez rien et moi non plus. Ces chiffres peuvent signifier que la valeur de ces deux monnaies a augmenté mais que l’euro s’est apprécié plus vite ou, tout au contraire, que leurs valeurs respectives ont baissé, la perte de valeur du dollar étant la plus prononcée.

Mais reprenons encore cette même phrase en changeant de dollar : « La valeur de l’euro s’est effondrée de 1,91 dollar australien lors de sa mise en circulation le 4 janvier 1999 à 1,283 dollar à l’heure où j’écris ces lignes ; soit d’environ 32,8% en un peu plus de treize ans. » Surprise ! Nous passons d’une démonstration de la « force » de l’euro à la démonstration du contraire en changeant simplement de point de comparaison. Vous pouvez faire le test en utilisant d’autres devises : à chaque fois, vous obtiendrez un résultat différent.

On m’objectera, bien sûr, que le dollar américain est une « monnaie de référence ». C’est tout à fait vrai mais ce n’est, depuis la chute du système de Bretton Woods qui cherchait à fixer le cours de toutes les devises par rapport aux billets verts de l’oncle Sam, qu’une convention. Par ailleurs, les petites expériences menées par la Federal Reserve ces dernières années ont nettement écorné la réputation desdits billets verts et – justement à cause de sa bonne tenue – ont amené beaucoup de nos contemporains à préférer nos euros. Dans un monde de changes flottants, c’est-à-dire dans un monde où la valeur relative de chaque monnaie par rapport aux autres évolue en fonction de l’offre et de la demande, vous n’avez dès lors aucune raison objective de privilégier la monnaie étasunienne plutôt qu’une autre.

S’il est impossible de dire, dans l’absolu, de combien la valeur de l’euro a monté ou baissé, il est possible de s’en donner une idée en comparant l’évolution de la monnaie unique non pas par rapport à une monnaie mais par rapport à un panier de devises. La méthode est assez simple : elle consiste à imaginer que vous ayez échangé dix euros du 4 janvier 1999 contre dix monnaies différentes et à observer l’évolution de la valeur de petit portefeuille dans le temps.

Par exemple, avec 10 euros du 4 janvier 1999 vous pouviez acheter 1,1789 dollar américain, 1,91 dollar australien, 1,8 dollar canadien, 2,22 dollars néo-zélandais, 133,73 yens, 7,45 couronnes danoises, 9,47 couronnes suédoises, 8,86 couronnes norvégiennes, 71,1 pences britanniques et 1,62 franc suisse. Or, un peu plus de treize années plus tard, ce panier [1] de devises ne vaut plus 10 euros mais 11,88 euros ; c’est-à-dire qu’en détenant ces monnaies étrangères plutôt que la monnaie unique, vous auriez gagné 18,8% ; ou encore qu’un euro du 4 janvier 1999, comparé à ce panier, ne vaut plus aujourd’hui que 84 centimes – une baisse de près de 16% [2].

Dès lors, à moins de supposer que l’euro était encore plus surévalué lors de son lancement, qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que nous souffrons d’une politique de l’euro fort ?

Rien. Absolument rien. La valeur de l’euro, exprimée par rapport à d’autres devises, par rapport aux biens et services que nous consommons ou par rapport à un métal précieux de votre choix, est déterminée par les marchés ; c’est-à-dire par les interactions des millions d’individus disposant chacun d’une partie de la gigantesque masse d’information qui sert de base aux prix. Le déficit de notre balance commerciale dites-vous ? Et l’excédant allemand ? Le taux de chômage en France relancez-vous ? Et pourquoi pas en Autriche ou au Pays-Bas ?

Mais si vous êtes réellement capable de dire avec certitude que le marché se trompe et que l’euro est surévalué par rapport au dollar américain, laissez moi vous donner un conseil : courrez voir votre banquier, empruntez autant d’euros que vous le pouvez et échangez-les contre des dollars : lorsque la suite des évènements prouvera que vous aviez raison, vous deviendrez riche [3].

Mais méfiez-vous tout de même, je vous livre ici un des petits secrets des traders, une vieille règle fondée sur des décennies d’expérience et quelques faillites retentissantes : il y a toujours quelqu’un qui en sait plus que vous.


Sur le web

  1. Les plus joueurs d’entre vous peuvent facilement constituer leurs propres paniers avec les données de la BCE.
  2. L’histoire n’est pas linéaire. La valeur de mon euro synthétique baisse de 1 le 4 janvier 1999 à 0,82 en octobre 2000 avant de remonter à 1,08 fin 2008 et de rebaisser jusqu’à 0,84 au dernier pointage le 8 mai 2012.
  3. Modulo la tranche d’imposition à 75%.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Lorsque le bateau coule, est-ce parce qu’il s’enfonce, ou bien parce que le niveau de l’eau monte ?

    Les monnaies étant des instruments de valeur relative, il faut toujours s’appuyer sur de la richesse réelle pour le savoir. Et, quand on évalue le dollar et l’euro face au pétrole ou à l’or, il est clair que ces deux monnaies s’enfoncent, mais simplement pas au même rythme.

  • Le problème n’est pas que l’euro est faible ou fort, c’est qu’il est en inadéquation avec les économies de chaque pays de la zone euro.

    La valeur de la monnaie reflette l’économie du pays ou elle est utilisée, Quand une même monnaie est utilisée par une douzaine de pays ayant des économies totalement différente, les ajustements de sa valeur ne peuvent plus refleter convenablement les réalités locale, et a la place donne une espèce de synthèse globale de la zone.

    Les pays qui contribue le plus fortement a l’économie de la zone euro ont une monnaie plus ou moins en adéquation avec leur propre économie, mais les pays en retrait comme la grèce en souffrent.

    Si la Drachme ou la Lire étaient si faible et le Deutshmark si fort, il y’avait une raison. Imposer a la place une monnaie standardisée ne standardise pas en retour l’économie de chaque pays.

    • @BL
      Tout à fait vrai.
      C’est tout à fait ça, même si l’euro est largement plus proche que le Mark par rapport à la Lire, la Drachme et même le franc. Le problème est qu’il n’est même pas une synthèse, en 2000-2001 il était le plus proche de sa synthèse globale de la zone (c’était d’ailleurs une superbe période d’embelli économique pour la zone euro).

      En revanche, l’article au fond n’est pas faux mais effectivement on compare par rapport aux autres monnaies mais expliquez pourquoi?
      – La banque centrale chinoise achète des euros en masse, elle possède 1/3 de chaque devise (euro, dollar, Yuan). D’ailleurs je trouve très étonnant que l’auteur de l’article ne parle pas une seule fois de la conversion Yuan/euro.

      – De même, pourquoi l’auteur compare l’euro par rapport aux autres monnaies à l’heure actuelle, j’aimerai avoir une comparaison avant le début de la crise de la zone euro ce qui aurait été largement plus logique, comparer l’euro maintenant, en pleine crise de la dette n’a aucun sens. Les investisseurs à l’heure actuelle ont plus tendance à s’écarter de l’euro, si l’euro ne baisse pas plus c’est due au fait que la Chine ou la Suisse (en dessous d’1,20 francs suisses pour 1 euros, la banque centrale suisse achète des euros) par exemple achètent des euros pour éviter que leurs monnaies s’apprécient.
      D’ailleurs l’euro augmente jusqu’en 2009 de façon exponentiel par rapport à ces monnaies et baisse depuis la crise, donc l’euro était bien trop fort avant la crise et il a mené les économies européenne, hors Allemagne, qui vend surtout des produits à forte valeur ajouté et qui donc a besoin d’un euro fort, dans cet état là:

      Conversion euro/dollar, on le voit bien:
      http://fxtop.com/fr/historates.php?YA=1&C1=EUR&C2=USD&A=1&YYYY1=2002&MM1=05&DD1=10&YYYY2=2012&MM2=05&DD2=10&LANG=fr

      Conversion euro/yuan:
      http://fxtop.com/fr/historates.php?C1=EUR&C2=CNY&A=1&DD1=01&MM1=&YYYY1=&DD2=31&MM2=05&YYYY2=2012&MA=1&YA=0&LANG=fr

      Convertion euro/francs suisse:
      http://fxtop.com/fr/historates.php?A=1&C1=EUR&C2=CHF&MA=1&DD1=01&MM1=&YYYY1=&B=1&P=&I=1&DD2=31&MM2=05&YYYY2=2012&btnOK=Chercher

      Si vous oubliez la seconde économie mondiale dans vos calculs et que vous faites vos calcul en pleine crise de la zone euro, il n’est pas étonnant que vous arriviez à ces chiffres là. Sauf que les conséquences d’un euro fort apparaissent aujourd’hui et sont due à un taux trop fort antérieur.
      Après c’est sur, les chiffres ont leur fait dire ce qu’on veut et ce n’est pas un financier qui me contredira 😉

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Les mots les plus dangereux en matière de politique monétaire et d'économie sont "cette fois-ci est différente". La grande erreur des politiciens argentins est de croire que l'inflation est multicausale et que tout se résout avec des doses croissantes d'interventionnisme.

L'indice des prix à la consommation en Argentine a connu une hausse de 58 % en glissement annuel en avril 2022, soit 2,9 points de pourcentage de plus que la variation enregistrée en mars dernier. Une véritable catastrophe. L'inflation en Ar... Poursuivre la lecture

Par Ryan McMaken.

La Banque du Canada a augmenté mercredi son taux d'intérêt directeur (connu sous le nom de taux cible du financement à un jour) de 1,0 % à 1,5 %. Il s'agit de la deuxième augmentation de cinquante points de base depuis avril et de la troisième hausse du taux cible depuis mars de cette année. Le taux cible du Canada était resté stable à 0,25 % pendant vingt-trois mois, après que la banque a réduit son taux cible à partir de mars 2020.

Comme aux États-Unis et en Europe, les taux d'inflation au Canada atteignent d... Poursuivre la lecture

Par Manuel Tacanho. Un article du Mises Institute

L'Afrique a été en proie à une inflation galopante et à une instabilité monétaire au cours des cinquante dernières années. Il y a eu de nombreux cas de crises monétaires et de rétablissement de la monnaie. Même l'hyperinflation, le phénomène économique le plus destructeur, a laissé sa marque ruineuse sur plusieurs sociétés africaines.

Certains diront que c'est parce que les banques centrales africaines sont incompétentes dans la gestion de leurs monnaies. D'autres peuvent prétend... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles