L’honneur est à Londres

Dans le naufrage qui se prépare pour la France, l’honneur et l’espoir sont à Londres, comme il y a 70 ans, sous la forme de centaines de milliers de jeunes français exilés

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’honneur est à Londres

Publié le 9 mai 2012
- A +

Dans le naufrage qui se prépare pour la France, l’honneur et l’espoir sont à Londres, comme il y a 70 ans, sous la forme de centaines de milliers de jeunes français exilés. À Bruxelles aussi, et par-delà les océans en Australie, à Hong Kong, au Canada…

Un billet d’humeur de Yul Witkin (*)

François Hollande est notoirement incompétent et entouré de traîtres. En 1940 une chambre socialiste donnait les pleins pouvoirs à Pétain ainsi qu’à une clique d’infâmes également socialistes (Laval, Déat…). En 1981 les socialistes remportaient les élections suite à une campagne horrible où les media déjà à gauche toute avaient usé du mépris et de la calomnie (l’affaire des diamants de Bokassa, fausse) afin d’élire un ancien de Vichy qui finira par placer sur écoute ses opposants comme ses amis. Même si la droite dans ces différentes périodes ne valait guère mieux, c’est le refus des réalités, notamment géopolitiques et économiques, qui ont triomphé. Un lâche soulagement.

La réélection de Sarkozy aurait permis à la gauche de rester unie 5 ans de plus grâce au moteur de la haine, assise sur ses rentes. Maintenant qu’elle ne peut plus haïr Sarkozy elle va compenser en haïssant encore plus le reste du monde, la finance etc… son penchant totalitaire et manichéen n’a fait que s’exacerber tandis qu’elle s’embourgeoisait et se livrait au détournement de fonds publics, comme si elle devenait en quelque sorte bipolaire, bien servie par une masse d’aigris à la fois mièvres et cyniques, peureux et intolérants, hantés par l’apocalypse, avides de subventions et d’emplois sans effort ni responsabilités, malgré tout convaincus de servir le Bien, auxquels le relativisme radical a fait perdre tout repère individuel et dont on ne sait s’ils sont naïfs ou pratiquent la double pensée.

Elle aura tous les pouvoirs et l’on assistera au spectacle consternant de ses déchirures autour du gâteau, ainsi que des affaires plus ou moins étouffées inévitables quand le clientélisme est la norme ; en sachant que Hollande sera amené par Bercy et nos partenaires européens à prendre des décisions qui sans doute, feront avaler leur carte à pas mal de ses militants actuels. C’est une tradition dans le socialisme français que de sabrer le champagne entre cocus. Dans moins d’un an tout le monde cherchera à l’abattre, ce président normal, d’autant plus que les media qui l’ont porté ne sont pas vraiment des gens honorables ou fidèles.

La gauche déjà très radicalisée va se raidir encore plus, et l’UMP, qui se sera trouvé un nouveau chef, éventuellement allié au FN rebaptisé, se radicalisera également puisqu’il est violemment anti-libéral comme le reste de cette république social-démocrate condamnée. Le résultat, ce sera probablement la situation grecque actuelle, avec des émeutes dans un climat de faillite, et les extrêmes surreprésentés au parlement. Dans ce naufrage, l’honneur et l’espoir de la France sont à Londres, comme il y a 70 ans, sous la forme de centaines de milliers de jeunes français exilés. À Bruxelles aussi, et par-delà les océans en Australie, à Hong Kong, au Canada…

Car c’est l’intelligence et l’ambition que l’on chasse, et ce sont cette intelligence et cette ambition qui continueront sur tous les continents de porter le flambeau de la civilisation française que tentent d’éteindre les socialistes. La force des expatriés et celle de ceux qui, sur le territoire national, sans avoir le courage de partir, ont celui de subir les injures de leurs concitoyens. La compréhension des choses et la bonne tenue morale sont l’œuvre vive, le socle que le socialisme n’a jamais eu, ce qui le condamne au bout du compte à la défaite au lendemain de chacun de ses succès malhonnêtes, comme l’Histoire l’a prouvé et le prouvera encore. C’est pour cela que nous ne devons pas désespérer : la réalité comme le vaste monde sont nos alliés, les plus implacables qui soient ! L’espace et la longueur de temps ne sont rien.

—-
(*) Article publié initialement sur Ordre Spontané, le blog de Georges Kaplan.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Certes, la gauche est coutumière du procédé vis à vis de tout ce qui est à sa droite, mais franchement, ressortir Pétain et Laval pour parler de la situation actuel, c’est médiocre. Pour vaincre l’ennemi, il faut s’élever au dessus de lui, pas marcher dans ses traces.

  • En France 99% des habitants ignore totalement ce qu’est le libéralisme. Il n’est pour eux que ce salmigondis inventé par les marxistes et qui mélange sans vergogne affairisme, copinage et subventions.

    Ce n’est pas en ayant des propos si virulents que vous risquez de convaincre qui que ce soit.

    Pourtant, il y a urgence. La sortie de ces cinq ans de socialisme risque d’être particulièrement difficile (cf. la Grèce).

    Diffuser nos idées et nos valeurs est donc une priorité. Mais pour convaincre, mieux vos la manière douce et l’argumentation basée sur du factuel que le lance flamme !

    • la douceur et l’argumentation, ça fait des années que ça dure. Rueff et Aron, ça ne vous rappelle rien ? Ca peut encore durer très longtemps, à condition qu’on nous laisse exister. La gauche emploie l’hypermnésie de la seconde guerre mondiale pour traiter tout le monde de fascistes et détourner des responsabilités réelles. Il est temps de lui retourner un peu de sa propre médecine. En-dehors de quelques nationalisations et du statut de la fonction publique, le système social actuel, la sécu, la retraite par répartition etc… ont été mis en place par Vichy, puis avalisés et rebaptisés par le CNR. La gauche quasi-totalitaire d’aujourd’hui est l’héritière des socialistes technocratiques de Pétain, et ces socialistes-là appartenaient à la gauche apparue avec Robespierre. Donc ouais, on va faire dans le coup bas. On va sortir le lance-flammes, et même les canons et les bombardiers s’il le faut. La douceur et l’argumentation, ça ne convainc que les gens qui apprécient la douceur de l’argumentation, autrement dit on ne s’adresse guère qu’à soi-même. Surtout dans un pays peuplé de fous où le lyrisme même faisandé l’a toujours emporté sur la raison. On ne fait pas bouger les lignes idéologiques avec de tendres argumentaires. On ne fait rien bouger en étant raisonnable.

      • ha et sinon, le socialisme de VIchy, c’est du factuel, au fait. Mais il est vrai que lorsque l’on est passé par l’éducation nationale, moi comme tout le monde, on a au fond de nous certains a priori, même une fois devenus libéraux.

  • Foutaises !
    L’avenir nous le dira et se chargera de vous prouver que vous avez tort. Nous verrons si l’avenir « sera probablement la situation grecque actuelle, avec des émeutes dans un climat de faillite ».
    A moins que des libéraux de votre espèce s’affairent pour en faire une prophétie auto-réalisatrice. Monsieur, avalez votre déception, et admirez le miracle du changement … en mieux !

  • Et faites moi rire avec votre espoir venu de Londres ou de Hong Kong ! J’espère que vous ne faites pas référence à ces jeunes français travaillant dans la finance, totalement déviants, qui n’ont d’autre obsession que celle de faire du fric pour se rouler dans toujours plus de luxure … ils ne sont porteurs d’aucun espoir et ne représentent en rien la France, ni son avenir, ni sa grandeur. Ce pays est heureusement porteur d’autres valeurs.

    • C’est beau l’aveuglement volontaire.

      Vous ne savez rien de ce que font les expats français et vous contentez d’éructer vos lieux communs, vos préjugés. Votre ignorance crasse du monde qui entoure la France est non seulement affligeante, mais vous osez en plus vous draper dans des « valeurs » en son nom.

    • @andré:
      Complètement stupide votre commentaire.
      J’ai moi même vécu à Londres pendant près de 6 ans et je peux vous dire que l’immense majorité des Français qui y vivent ne sont pas des traders obsédés par le fric et la luxure.
      Les jeunes (et moins jeunes) Français qui sont à Londres et au RU y sont pour les opportunités que la France n’offre plus.
      Visiblement ça semble vous dépasser. Vous seriez pas fonctionnaire par hasard?

    • Vivant à Londres, et ne travaillant pas dans la finance soit dit en passant, je m’interroge : êtes vous d’une mauvaise foi profonde ou d’une ignorance crasse ?

    • Vous devriez aller à Camden, il y a plein de Français qui bossent dans des boutiques. C’est pratique : on n’a même pas besoin de parler anglais.

      La culture, c’est comme la confiture…

  • @andré:
    Complètement stupide votre commentaire.
    J’ai moi même vécu à Londres pendant près de 6 ans et je peux vous dire que l’immense majorité des Français qui y vivent ne sont pas des traders obsédés par le fric et la luxure.
    Les jeunes (et moins jeunes) Français qui sont à Londres et au RU y sont pour les opportunités que la France n’offre plus.
    Visiblement ça semble vous dépasser. Vous seriez pas fonctionnaire par hasard?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la chute du Mur de Berlin, nombreux furent les théoriciens qui affirmèrent que l’idéologie de gauche allait s’effondrer. Moscou, la Mecque du socialisme pendant 70 ans, redeviendrait une capitale comme une autre. Privées du soutien idéologique, logistique et financier de l’Union soviétique, les filiales du Komintern allaient s’éteindre les unes après les autres. Sans le soutien électoral des communistes, le socialisme était voué à disparaître. En France, l’effondrement du PCF actait, croyait-on, la victoire des idées libérales.

Jean-... Poursuivre la lecture

dame dans un bureau en train d'écrire sur un tableau blanc
2
Sauvegarder cet article

La notion de « fuite devant la monnaie » est familière aux économistes.

Celle de « fuite devant le travail » pourrait bientôt s'imposer dans le champ de leur réflexion au vu de la situation de pénurie de main-d'œuvre observée dans de nombreux secteurs et de l'émergence de comportements sociaux dévalorisant l'effort.

 

Cherche conducteur de tramway désespérément

On sait que l'hôtellerie et la restauration peinent à attirer des candidats. Mais on observe aussi des difficultés aiguës de recrutement de professeurs, de so... Poursuivre la lecture

Les rapports de notre propre Cour des comptes comme ceux des grands organismes économiques internationaux se suivent et se ressemblent : la France doit impérativement mettre un terme à sa fuite en avant dans la dépense publique, les déficits et la dette.

Qu'on s'illusionne tous collectivement au point de voir dans cette folle cavalcade de notre modèle économique et social l'aboutissement sublime de la solidarité, de l'égalité et du « quoi qu'il en coûte » propre à une France supérieurement juste et généreuse ne change rien à l'affaire... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles