L’Islam et la croissance économique

La Société du Mont Pèlerin a tiré les leçons des printemps arabes lors d’une réunion spéciale qui s’est tenue du 21 au 24 avril à Fès, Maroc

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 085 Islam

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Islam et la croissance économique

Publié le 4 mai 2012
- A +

La Société du Mont Pèlerin a tiré les leçons des printemps arabes lors d’une réunion spéciale qui s’est tenue du 21 au 24 avril à Fès, Maroc.

Un article de l’aleps.

C’est Fès qui a été choisie pour accueillir la première réunion dans un pays arabe de la Société du Mont-Pèlerin.

La semaine dernière la Société du Mont Pèlerin, aréopage des intellectuels libéraux fondé par Hayek, a tenu un meeting spécial à Fès. Organisé par Pascal Salin et le Président de l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Esserhim Farissi, ce congrès a tenu toutes ses promesses. Il a accueilli des hôtes de marque, dont le dernier prix Nobel de littérature, Mario Vargas Llosa, et le Président tchèque Vaclav Klaus. Beaucoup de jeunes économistes (souvent formés à l’Université d’Aix) sont intervenus pour dire leur espoir de voir l’Islam s’ouvrir totalement aux idées de la liberté.

Le constat est pourtant décevant : les printemps arabes n’ont tenu aucune des promesses de libéralisation, et les partis islamiques en ont tiré tous les bénéfices. Certains de ces partis sont modérés et tolérants (c’est le cas au Maroc), mais la plupart sont intégristes, voire totalitaires. En fait les printemps étaient une réaction contre la pression de l’État, parce que (comme l’a exposé le professeur Mamadou Koulibaly, ancien président de l’Assemblée Nationale Ivoirienne) la décolonisation a consisté à transférer la propriété aux nouveaux États « libérés », à aucun moment la propriété privée et la liberté économique n’ont été respectées. Il n’y a jamais eu place pour l’entreprise ni l’entrepreneur, le népotisme et la corruption ont triomphé.

Est-ce la religion musulmane qui a accentué cet état de fait, et coupé les pays arabes de la démocratie et de l’économie libre ? Le conservatisme coranique, organisé depuis 1017, a figé l’élite et rompu avec le développement économique d’un Islam qui commerçait avec l’Europe. Dès lors seul le pouvoir politique a compté et aujourd’hui il contrôle tout.

Comment faire évoluer les choses ? Par l’éducation et la formation. La création d’écoles libres et de think tanks efficaces est nécessaire. Les jeunes Marocains s’y emploient dans leur pays. Ils traduisent en arabe les grands classiques libéraux et publient beaucoup de rapports sur la situation des économies arabes. C’est un devoir de la communauté libérale mondiale de les accompagner dans leurs efforts.

—-
Sur le web.

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Constat honnête. Bravo.

  • Les mentalités jouent plus que la religion au Maroc, là-bas les gens ont une mentalité socialisante, ils attendent TOUT de l’Etat à un niveau inimaginable.

    La réussite commerciale ou entrepreneuriale est très mal vue (mauvais oeil).

    Il y a aussi un mépris du travail manuel et une idéalisation des diplômes, on préfère être doctorant en lettres que de savoir faire du bon pain ou des bons meubles …

    • @Ibrahim « Il y a aussi un mépris du travail manuel et une idéalisation des diplômes, on préfère être doctorant en lettres que de savoir faire du bon pain ou des bons meubles »

      Ca çà doit malheureusement être une influence venue de France alors..prêchée par nos bons universitaires soixante-huitards qui estiment les « pauvres » mais exècrent leur vil travail manuel !

      • Tout à fait, les « intellectuels » maghrébins ont télécharger et installé le logiciel marxiste trotskiste, bien mal le leur a pris.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascal Salin.

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – ... Poursuivre la lecture

capitalisation
4
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

La détermination du montant de sa retraite est évidemment fondamentale pour tout individu puisqu’elle conditionne son niveau de vie une fois ses activités productives terminées.

C’est pourquoi on peut comprendre que le projet de réforme du système des retraites élaboré par le gouvernement français retienne considérablement l’attention de l’opinion publique et suscite même des grèves très importantes. Il serait certes fondamental que les réformes envisagées contribuent à une amélioration du système des retraites... Poursuivre la lecture

Sahara occidental
0
Sauvegarder cet article

Par Rachid Nekkaz.

Depuis 46 ans, la réalisation du Grand Maghreb est bloquée par l'absence de solution diplomatique concernant le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole désertique de 266 000 km2 située entre la Mauritanie, le Maroc et l'Algérie. 75 000 âmes arabo-berbères y vivaient.

En dépit de la mobilisation internationale (Nations Unies, Europe, Espagne, États-Unis, Union africaine, Ligue arabe), aucune solution acceptable par tous n'a été encore trouvée pour cette terre riche en phosphates et dont la côte Atlant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles