Présidentielle : la course à la 3ème place remportée par Le Pen

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
mel-pen-bay-article

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle : la course à la 3ème place remportée par Le Pen

Publié le 22 avril 2012
- A +

Au soir du premier tour, suite et fin d’une série de portraits, consacrée au suspense sur le 3ème homme.

Par Marc Crapez

L’élection confirme la déconfiture de François Bayrou, amorcée lorsqu’il a parlé trop vite au sujet de la tuerie de Toulouse. En 2007, il cumulait trois tendances de l’électorat : le centre (avec l’attrait du juste équilibre), la nouveauté (avec sa capacité d’attraction à gauche) et la 3ème voie (avec le tabou brisé de la claque à un sauvageon devenu depuis délinquant multirécidiviste).

Bayrou a perdu sur tous les tableaux car il s’est complu dans le pathos et un positionnement de centre canal historique soucieux de « repousser les extrêmes ». L’habit du gaullisme était beaucoup trop grand pour lui. Il a endossé l’habit conformiste des notables imprévoyants qui, après avoir mis la France dans l’ornière, voudraient effacer l’ardoise en hurlant au danger extrémiste. Un électorat populaire et/ou jeune, que j’appellerais « lepéno-bayrouiste », l’a lâché.

Marine Le Pen a commis l’erreur de refuser de débattre avec Jean-Luc Mélenchon. Quand on représente un parti qui a souffert d’ostracisme et du refus de débattre (comme celui de Chirac après le 21 avril 2002), on ne se permet pas de dédaigner son adversaire, qui plus est en le traitant de « petit candidat ».

Le sang de la gauche antifasciste n’a fait qu’un tour. Car si 70% des sondés trouvaient injuste l’hypothèse où elle n’aurait pas pu se présenter faute de parrainages, a contrario un Français sur quatre serait disposé à mettre le Front national au ban de la nation. Une partie de la gauche, qui n’est pas socialiste mais qui raffole de l’antifascisme, s’est alors précipitée dans le giron de Mélenchon.

Marine Le Pen, le petit Poucet populiste

Marine tient à la fois de l’ogre et du petit Poucet. L’ogre qui ne recule devant aucune démagogie et qui est réellement, pour le coup, populiste, en jurant que les alentours sont peuplés de scélérats. Il faut dire que tout le monde lui tombe dessus, à bras raccourcis, pour de mauvais procès.

La nomenklatura médiatique s’est déchaînée contre son programme économique qui, préparé par quatre pelés et un tondu, est pourtant tout à fait méritant, ou encore contre son hypothèse de déremboursement des avortements de confort, en parlant de proposition « immonde » ou « dégueulasse », alors qu’elle soulevait, comme souvent, un vrai problème. La présenter en châtelaine de Montretout est inique : son enfance fut bercée de menaces et de bombes. Et si demain son parti disparaissait, le potentiel de haine que l’extrême-gauche lui voue s’abattrait inéluctablement sur le dos de l’UMP.

Jean-Luc Mélenchon a le mérite d’avoir attaqué la forteresse du libre-échangisme. Il a, en outre, porté haut les couleurs de la gauche, en redonnant leur fierté à des sympathisants inquiets par l’allure de « gros mollasson » de François Hollande. Mais sa percée de fort-en-gueule s’est faite au prix d’une démagogie éhontée et d’un malentendu.

Durant les six derniers mois de campagne, il s’est mué en champion de l’anti-lepénisme, mais sans parvenir à rajeunir sa base électorale, ni à mordre significativement sur l’électorat populaire. Les voix qu’il a siphonnées dans l’intervalle proviennent pour moitié de Hollande et, pour l’autre moitié, essentiellement de la gauche de la gauche (notamment de Joly et Poutou). Il n’a donc pas résolu la question, longtemps niée par l’extrême-gauche, de la fuite des catégories populaires vers l’extrême-droite.

Mélenchon a tenu un discours attrape-tout, évoquant la Commune pour plaire à une sensibilité anticléricale, cognant contre Le Pen pour draguer des bobos pour lesquels la Commune c’est du chinois, ou encore montrant patte blanche aux communistes en promettant un ministère de l’Éducation populaire et des Libertés associatives, trouvaille puisée dans le folklore marxiste-léniniste.

—-
Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

Note : Selon les estimations de résultats du premier tour de l’institut de sondage CSA à 20h, Marine Le Pen, avec un score de 18,2%, écrase ses deux poursuivants : Jean-Luc Mélenchon (11,1%) et François Bayrou (9,1%).

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Tout à fait méritant le programme économique de Le Pen ?

    Mélenchon a eu le « courage » de s’attaquer à la forteresse libre-échangiste ?

    My goodness.

    • Raphaël Marfaux
      22 avril 2012 at 22 h 41 min

      J’imagine que l’auteur apprécie ici les « stratégies » électorales et non leur contenu.

      • Exactement. Méritant puisqu’élaboré par un très petit nombre de personnes. De même dans un précédent article je disais de Mélenchon « son programme est cohérent et applicable, même si ses détracteurs disent qu’il ruinerait la France en six mois », en me comptant implicitement du côté des détracteurs de ce programme illibéral.

  • facebook_Jean-Louis_Beaufils.100000668458711
    22 avril 2012 at 23 h 38 min

    Etre contre ne suffit pas à faire un programme politique, mais de toute façon JLM n’était que la voiture-balais de Hollande.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Indépendamment des idées qu’ils défendent et des conditions évidentes d’âge et de droits civiques, les candidats à l’élection présidentielle française sont soumis à trois strates de réglementations pour mener à bien leur candidature : obtenir 500 parrainages auprès d’environ 42 000 élus (maires essentiellement) pour pouvoir se présenter, puis respecter les règles de financement de leur campagne et enfin obtenir un score final qui leur permettra d’accéder à un remboursement public plus ou moins important des frais engagés.

Interrogé jeu... Poursuivre la lecture

Par Denis Dupuy.

J’ai analysé maladroitement la situation en Guadeloupe dans un article récent publié par notre précieux Contrepoints et un commentateur m’a justement reproché ma légèreté. Je passais en revue les inepties gouvernementales, en réaction à une épidémie guère menaçante passé mars 2020.

Je faisais référence à l’opposition métropole/outre-mer et aux pressions syndicales locales sans plus m’attarder. Je voyais la combinaison des deux maux, politique de santé aberrante et particularismes insulaires. Je minimisais les op... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

L’IFOP vient de publier un sondage sur l’intention de vote de la jeunesse française pour les présidentielles 2022. Cette enquête a été effectuée sur les 18-30 ans. Force est de constater qu’elle ne vote pas comme le reste de la population.

Une jeunesse abstentionniste

Selon le sondage, 58 % des jeunes s’abstiendront de voter. Cette tendance est particulièrement élevée chez les personnes ayant une sensibilité politique proche de la France insoumise (62 % veulent s’abstenir). Ce phénomène est encore plus imp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles