Sixième sommet des Amériques

Le sixième sommet des Amériques s’est achevé sur une opposition entre les pays d’Amérique Latine et les États-Unis.

Le sixième sommet des Amériques s’est achevé sur une opposition entre les pays d’Amérique Latine et les États-Unis à propos notamment de Cuba et des sanctions imposées par les USA. 

Alors que le prochain sommet se déroulera au Panama en 2015, les États-Unis refusent toujours d’inviter Cuba et cela depuis l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro en 1959 et l’exclusion de Cuba de l’Organisation des États américains. Cette année le Mexique et la Colombie pourtant d’habituels alliés de Washington ont appuyé l’Alliance bolivarienne pour les Amériques d’inviter Cuba au prochain sommet. Le président américain, Barack Obama a déclaré que malgré les tentatives de normalisation des relations, Cuba n’avait pas fait le moindre pas vers une démocratisation.

Le Brésil a, quant à lui, reproché la politique monétaire américaine et la désintérêt d’Obama pour la région.

Cristina Fernandez, présidente argentine, avant de quitter le sommet, a exprimé son souhait que les USA reconnaissent la légitimité de ses exigences sur les îles Malouines, en vain.

Carlos Gaviria, devant les divisions, a déclaré « je ne suis même pas sûr qu’un nouveau sommet sera possible ».

Enfin, un point important débattu a concerné la guerre contre la drogue. De nombreux chefs d’États se révoltent de l’inefficacité du programme de lutte contre la drogue financé à hauteur de huit milliards de dollars par les USA depuis 2000. La suggestion du président guatémaltèque de dépénaliser la consommation et de réguler le marché a été écartée.