Dilma Rousseff donne des cours de compétitivité au Brésil

La présidente du Brésil a donné une leçon de compétitivité à ceux qui croient que celle-ci s’obtient grâce à la dévaluation de la monnaie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dilma Rousseff donne des cours de compétitivité au Brésil

Publié le 12 avril 2012
- A +

Lors d’une réunion avec des entrepreneurs de son pays, la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a donné une leçon de compétitivité à ceux qui croient que celle-ci s’obtient grâce à la dévaluation de la monnaie.

Par Manuel Hinds (*)

Dilma Rousseff

L’économie brésilienne a connu pendant plusieurs années un boom dû aux prix très élevés des matières premières, et au fait que les investisseurs sont venus à elle attirés par les hauts taux d’intérêt. Les énormes entrées de monnaie étrangère produisirent à leur tour un boom du crédit, qui stimula l’économie intérieure. Grâce au crédit, le boom des exportations se transforma en un boom de la production intérieure.

Ces derniers mois, cependant, les prix des matières premières ont commencé à baisser, lentement mais inexorablement, et l’économie brésilienne (à l’instar de tous les pays qui dépendent des exportations de ces produits) a ralenti : elle n’a presque pas grandi la deuxième partie de 2011, et elle croît encore moins en 2012. Certains secteurs sont déjà, de fait, en contraction. En ce qui concerne les crédits, les difficultés de remboursement ont augmenté de 21% l’année dernière, et les consommateurs sont moins enclins à prendre de l’argent prêté. L’argent continue d’entrer, mais sous peu il commencera à sortir, ce qui peut contracter encore plus le crédit et mener le pays vers une profonde dépression.

Pour ceux qui croient que les pays peuvent redevenir plus compétitifs et augmenter leur taux de croissance en émettant plus de monnaie et en la dévaluant, ce qui précède ne devrait pas présenter de problèmes. Le Brésil a sa propre monnaie, et peut émettre les billets qu’il désire et procéder à autant de dévaluations qu’il le souhaite. Pour ceux qui croient dans les vertus miraculeuses des dévaluations, le Brésil ne devrait, donc, pas trop s’inquiéter. La présidente Rousseff devra seulement émettre de l’argent, dévaluer et attendre les bons résultats.

Mais la présidente Rousseff est très préoccupée parce qu’elle sait que ce n’est pas la solution, mais seulement de simples jeux de miroirs et de rideaux de fumée qui cachent les véritables problèmes de compétitivité des pays qui ont y recours. C’est pourquoi lors de la réunion avec les entrepreneurs signalé plus haut, elle ne mentionna ni la création monétaire, ni les dévaluations. Elle déclara, avec justesse, que ce dont le pays avait besoin pour redevenir plus compétitif, c’est un plus grand volume d’investissement privé. Rousseff comprend que les dévaluations visent à baisser les coûts des entreprises en abaissant le salaire des travailleurs, tandis que l’investissement fait que les entreprises deviennent plus compétitives en payant des salaires supérieurs. C’est pourquoi avec l’investissement les travailleurs produisent plus avec le même effort. Un homme avec un tracteur peut produire beaucoup plus qu’un avec une faucille, et est donc plus compétitif et peut être payé plus.

Mais la présidente ne se contenta pas du diagnostic. Elle a annoncé que, pour stimuler l’investissement et la compétitivité, son gouvernement baisserait les impôts.

Ces dernières années le gouvernement salvadorien a voulu copier les politiques économiques du Brésil pour croître au même rythme que ce dernier. Mais la croissance du Brésil ne fut l’œuvre d’aucune politique, mais parce que les prix des matières premières ont été très hauts ; nous, en revanche, nous n’exportons presque pas de matières premières (la réforme agraire acheva les exportations différentes du café, et nous ne voulons pas exploiter les minerais). Maintenant seulement le Brésil est en train de se doter d’une politique économique pensée pour une authentique compétitivité. C’est maintenant, donc, qu’il serait le moment de le copier et de cesser de parler de solutions magiques comme les dévaluations.


(*) Manuel Hinds est un ancien ministre des Finances du Salvador et co-auteur de Money, Markets and Sovereignty (Yale University Press, 2009).

Article publié originellement par El Cato. Traduit de l’espagnol.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Quand on sait que Dilma Rousseff est une ancienne terroriste qui a participé à des braquages de banques …

    Il suffit de rechercher « Dilma Rousseff terrorista » sur Youtube. Par exemple :

  • La force du Brésil ces dernières années a été la stabilité de sa politique monétaire. La même politique a été suivi avant Lula, par Lula, et par Roussef aujourd’hui. Les taux d’intérêt sont d’ailleurs peut-être un peu trop élevés. Le pays a connu l’hyperinflation, et, comme l’Allemagne, en a tiré les leçons.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les autorités monétaires en Europe ont abandonné le plafond des 2 % d’inflation en novembre de l’année dernière, juste avant la plus forte envolée de l’inflation en 25 ans.

Elle atteint aujourd'hui 10,6 % pour la zone euro.

 

La force du dollar fait partie du problème

L’euro perd pied face au dollar comme le yen ou la livre sterling.

L’euro baisse de 8 % contre le dollar (un rebond en cours depuis octobre limite la perte). Depuis le 1er janvier 2021, il perd 15 % par rapport au dollar.

L’euro remonte un... Poursuivre la lecture

Par Bruno Ronchi et Lucas Camargo Gomes.

Lula vient de remporter d’une courte tête le second tour de l’élection présidentielle au Brésil face au président sortant, Jair Bolsonaro, à l’issue d’une campagne émaillée de troubles jusqu’au dernier jour.

Cette campagne extrêmement tendue aura confirmé l’emprise durable du bolsonarisme sur la société brésilienne.

En effet, malgré la résurgence de l’insécurité alimentaire, les presque 700 000 décès provoqués par la pandémie de Covid-19 et la hausse de la déforestation, Jair Bols... Poursuivre la lecture

Luíz Inácio Lula da Silva, élu de justesse (50,9 % des voix) le 30 octobre 2022, va présider deux Brésil irréconciliables : le sien et celui de Jair Bolsonaro, son adversaire et mauvais perdant (49,1 % des voix).

Le premier promet l’illusion d’un retour au passé, celui d’un socialisme tropical assez inopérant, dépensier et solidaire avec des dictatures locales comme Cuba ou le Vénézuéla, mais aussi plus lointaines, avec la Russie et la Chine, cette dernière étant devenue son premier et encombrant partenaire commercial depuis 2009. Un p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles