La biodiversité, une chimère en folie

Emoia_caeruleocauda (Image libre de droits, USGS)

Les immenses sommes d’argent dérobées par la force fiscale aux peuples bien conditionnés en vue de financer ce cirque mondialiste génèrent de la pauvreté par une succession de mécanismes bien connus

Les immenses sommes d’argent dérobées par la force fiscale aux peuples bien conditionnés en vue de financer ce cirque mondialiste génèrent de la pauvreté par une succession de mécanismes bien connus, auxquels s’ajoutent des dégâts collatéraux pour faire plaisir à des membres de la secte plus actifs que d’autres.

Par Michel de Poncins.

Emoia caeruleocauda, un lézard d'Asie

La biodiversité rentre par la grande porte avec le retour de Jean-Louis Borloo. Cet ancien ministre a fait un grand mal à l’économie française par le truchement des deux Grenelles de l’environnement. Ces parlottes, dont le coût ne sera jamais évalué, ont soumis par la voie légale d’immenses parties de la vie nationale au bon vouloir de la secte des écolos.

Le Grenelle de l’environnement est un ensemble de rencontres politiques organisées en septembre et octobre 2007 visant à prendre des décisions à long terme en matière d’environnement et de développement durable. En particulier, il fallait pour restaurer la biodiversité mettre en place une trame verte et bleue, ainsi que des schémas régionaux de cohérence écologique, tout en diminuant les émissions de gaz à effet de serre et en améliorant l’efficience énergétique. Cette définition inextricable montre que la biodiversité est au carrefour de diverses autres chimères tout aussi destructrices.

L’émission Thalassa du 9 mars 2012, nous parlait d’un « drame » en Polynésie au sujet des tortues, espèce protégée. Les « vilains » habitants braconnent les tortues dont ils raffolent et qui font la fortune des restaurants ; cette pêche est une tradition séculaire. Six mois de prison menacent désormais les honnêtes pêcheurs dont le seul tort est de gagner leur vie en faisant la joie de leurs clients.

Le 17 mars, l’Islande est jugée « digne » d’entrer dans l’UE ; elle ne pourra que perdre son âme sans rien y gagner vraiment. Cette UE exige que les Islandais renoncent à la chasse à la baleine, espèce protégée. Les Islandais plaident que c’est chez eux une coutume ancestrale et, qu’en plus, la chair de la baleine est délicieuse et se vend jusqu’au Japon. Attendons de voir comment se terminera le bras de fer. Si les Islandais capitulent, il faudra virer les pêcheurs à l’aide sociale.

Nous apprenons très récemment que les papillons sont menacés. Les écolos sont adroits. En attirant l’attention sur la disparition éventuelle de certaines espèces de papillons, ils touchent un point sensible : qui n’aime pas les papillons et leur charmant manège ?

La secte se prend pour Dieu et rien ne lui est impossible. En France et ailleurs il existe partout des personnes payées pour compter les oiseaux ; c’est un travail fort sympathique qui se passe dans la nature et évite de s’ennuyer dans un bureau ; ce dénombrement est très compliqué : pour compter l’impossible, il faut du matériel et des consultants qui travaillent à la méthode ; une fois le matériel créé et la méthode bâtie, des formateurs surviennent : que de marchés juteux !

L’inventaire impossible

La liste des espèces protégées est impossible à faire, tant les textes sont nombreux, touffus et influencés par des accords internationaux. Cette liste augmente sans cesse, au hasard des appétits des uns et des autres.

L’arme de la terreur est manipulée sans vergogne. Les dauphins du Mékong meurent. En 2050 les requins auront disparu. Les albatros, splendides oiseaux océaniques dont l’envergure peut atteindre jusqu’à 3,50 mètres, sont très menacés. Tous les experts annoncent que la population mondiale du tigre a chuté de 95%, seuls 4000 spécimens résistants vivent encore dans la nature.

Quel est l’objectif ? Faut-il reconstituer les espèces telles qu’elles étaient en 1900 ? C’est une histoire incertaine. Faut-il protéger les espèces telles qu’elles sont en mars 2012 ? Faut-il protéger la totalité des espèces ? Nous nous trouvons devant une tâche évidemment sans limite, car le Créateur a disposé des centaines de millions d’espèces dont une toute petite partie, simplement, est connue ; le début de l’exploration des abysses sous-marins nous découvre par exemple des horizons infinis.

En outre, des découvertes permanentes trompent les statistiques déjà fausses par nature. Il ne restait plus, paraît-il, que 50 000 à 60 000 orangs-outans vivant à l’état sauvage, 80% en Indonésie et 20% en Malaisie. Or une colonie de plusieurs milliers d’individus fut découverte à l’est de Bornéo.

La ruine pour tous !

Les immenses sommes d’argent dérobées par la force fiscale aux peuples bien conditionnés en vue de financer ce cirque mondialiste génèrent de la pauvreté par une succession de mécanismes bien connus.

S’y ajoutent des dégâts collatéraux pour faire plaisir à des membres de la secte plus actifs que d’autres. Le coût du TGV pour Marseille a été majoré à l’époque pour protéger un unique couple d’aigles de Bonnelli, dont, au demeurant, il n’est pas sûr que la trace ait été retrouvée. À cette fin, le trajet a été modifié et le chantier fut interrompu à plusieurs reprises. Il a fallu aussi complaire aux castors et, notons bien la précision, aux pélobates cultripèdes qui sont, comme tout le monde ne le sait sans doute pas, de rarissimes crapauds.

Puis arrive l’effet habituellement destructeur des règlementations publiques, telle Natura 2000. C’est une directive européenne qui depuis 1992 établit partout des zones rurales où aucune activité n’est autorisée, sauf accord des « boureaucrates » de Bruxelles. Le prétexte est de défendre précisément cette biodiversité. La France a proposé 800 zones représentant 5% du territoire. À ce titre des camarades des chauves-souris ont voulu sévir dans une commune parce qu’un quart des chauves-souris prétendues rares avaient élu domicile dans une caverne se trouvant sur son territoire !

Quelle est l’issue ?

Dans toutes les situations, même les plus néfastes et les plus ridicules, il existe des solutions. La secte des écolos est, certes, forte et elle s’appuie sur d’immenses intérêts représentés par la collection de ministres de tous pays. Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), est au centre du dispositif et rêve de chiffrer la valeur des écosystèmes afin que les décisions étatiques les prennent en compte. Cela veut dire que la bataille engagée est rude.

Pour échapper à la ruine, il faudrait reconnaître et diffuser sans cesse que l’homme n’est pas capable de diriger les espèces et qu’il doit simplement dans le cadre de sa raison voisiner avec ces espèces telles qu’elles sont, tout en en tirant d’ailleurs le meilleur parti.

Le libre jeu du droit de propriété et son corollaire la liberté des contrats apportent une solution ; elle doit s’accompagner de la dénonciation de certains traités internationaux. Ceux qui aiment particulièrement les chauves-souris ou les tigres, ou les vipères peuvent très bien s’organiser à leur propre échelle dans le cadre du droit naturel et sans nuire aux autres. De même les plus grands et plus beaux animaux peuvent être exploités librement avec parfois la création de fonds d’investissement. Si ces animaux risquent de disparaître, leur valeur augmentera et les propriétaires légitimes prendront les mesures adéquates.

Il est important en terminant de constater que la quasi-totalité de la population aime la nature et peut fort bien s’en occuper dans la liberté et la variété des situations. Seuls les serviteurs de la chimère peuvent être considérés comme des ennemis objectifs de la nature puisqu’ils veulent l’asservir à leur propre pouvoir, tout en empêchant les autres de s’en occuper.

Contrepoints a consacré d’autres articles à la biodiversité. Découvre les ici !