Impressions de West Point

Pour les futures générations d’officiers de l’armée américaine, la menace de l’Iran ou du Moyen-Orient disparait, tandis que grimpe celle de l’armée et du parti communiste chinois.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 835 US Army

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Impressions de West Point

Publié le 10 mars 2012
- A +

Pour les futures générations d’officiers de l’armée américaine, la menace de l’Iran ou du Moyen-Orient disparait, tandis que grimpe celle de l’armée et du parti communiste chinois.

Par Guy Sorman, depuis West Point, États-Unis.

Cadets de West Point à la parade (Domaine public)

Les cadets de West Point constituent, depuis l’origine des États-Unis, l’élite de l’armée américaine : il faut donc rencontrer ces jeunes gens et jeunes filles qui, demain, combattront pour l’Amérique et certainement au-delà de ses frontières.

Les cadets sont sérieux, disciplinés, studieux, beaucoup plus que les étudiants de leur âge dans les universités civiles. Le niveau intellectuel est élevé, la capacité de s’exprimer est impressionnante. On leur parle (en l’occurrence, de la Chine), ils prennent tout en notes et posent de bonnes questions. Ils ne sont pas représentatifs de la société américaine : presque tous sont issus des États du Sud et tous semblent très religieux. La Bible et la patrie se confondent aisément, semble-t-il. De même que se confondent la défense des valeurs américaines et celle du « monde libre ». Encore faut-il désigner l’ennemi.

On s’attendrait à ce que soient évoqués l’Islam, l’Iran. Mais le Moyen-Orient apparaît pour cette génération tel un combat du passé, en voie de s’achever, voire anecdotique. La nation qui à l’horizon, seule, ferait ombrage au gendarme américain, c’est la Chine. Ce pourquoi, j’ai été convié à en parler.

La Chine est encore un nain militaire et économique, par comparaison avec la capacité d’innovation aux États-Unis et la puissance de feu américaine. Mais les cadets, qui ont vingt ans, raisonnent à long terme. Ce à quoi aussi les invitent leurs professeurs.

Le chef des études, le Colonel Meese – qui fait aussi autorité dans la lutte contre le terrorisme – croit repérer, dans les initiatives chinoises, une vaste ambition géopolitique. Les investissements chinois en Afrique (Soudan), en Amérique latine (Argentine) lui semblent procéder, pas seulement de nécessités d’approvisionnement en matières premières, mais de la constitution d’un réseau d’alliés futurs, avec des régimes politiques peu acquis à la démocratie.

Comme dans un jeu de go, à l’échelle de la planète, chacun s’emploie à encercler, contourner l’autre. Les Américains créent autour de la Chine un « cordon sanitaire » qui passe par l’Inde, le Vietnam, le Japon, les Philippines, la Corée du Sud. Les Chinois échappent au filet en posant des jalons par-delà ce cordon.

Qui est paranoïaque, qui ne l’est pas ? En principe, à écouter ses dirigeants et à compulser les statistiques, la Chine a besoin de trente ans de stabilité avant de devenir une puissance moyenne, intégralement développée. Mais les voies chinoises sont impénétrables, les processus de sélection des dirigeants et leurs intentions véritables, obscurs.

La Chine en soi n’est pas un ennemi, le Parti communiste chinois et l’armée chinoise pourraient le devenir. Ainsi que le déclare le Colonel Meese, les Américains ne préparent pas une guerre contre la Chine mais ils « gèrent » (« managent ») sa montée en puissance. Nul doute, en tout cas, que les cadets de West Point, quand ils auront gagné leurs galons d’officiers, ne reculeront pas : ils perpétuent la tradition martiale des États-Unis. La guerre pour les Américains est toujours une option, autant que la négociation, voire supérieure à celle-ci : vue de West Point, la guerre est une manière acceptable et efficace de gérer les affaires du monde.


Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a un an, j’exposais dans un article les données de l’invasion possible de Taïwan par la Chine, ce qui a malheureusement été confirmé par l’actualité récente.

En effet, le voyage de Nancy Pelosi, troisième personnalité politique des États-Unis, après le président et la vice-présidente, a été considéré comme une insulte par Pékin et a déclenché des manœuvres militaires ainsi que d’autres représailles.

Commençons par exposer les fondements de cette situation telle qu’elle se présentait dans un calme relatif il y a un an dans c... Poursuivre la lecture

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

Taïwan
0
Sauvegarder cet article

La Chine répète de plus en plus fortement qu’elle est décidée à « réunifier » le pays en annexant Taïwan. Et tout le monde remarque que le terme « pacifiquement » a disparu. Comme il semble que Taïwan ne puisse pas se défendre sans les États-Unis, une guerre à grande échelle est tout à fait possible si ce soutien se matérialise.

Cela me rappelle des souvenirs historiques désagréables.

 

De nombreux précédents de mauvais augure

L’argument « c’est le même peuple, et il doit donc être rassemblé sous notre autorité », a ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles