La grande pauvreté recule nettement dans le monde

L’accélération de la mondialisation va de pair avec une baisse marquée de la pauvreté, comme le montre les dernières statistiques rendues publiques par la Banque Mondiale la semaine dernière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La grande pauvreté recule nettement dans le monde

Publié le 6 mars 2012
- A +

L’accélération de la mondialisation va de pair avec une baisse marquée de la pauvreté, comme le montrent les dernières statistiques rendues publiques par la Banque Mondiale la semaine dernière.

Par Alexis Vintray.

Une nouvelle étude de la banque mondiale a révélé une baisse marquée de la pauvreté dans le monde entier. Sur la période 2005-2008, ce sont toutes les régions du monde en développement qui ont vu la pauvreté reculer. Une première depuis le début des mesures de la Banque mondiale.

Le Development Research Group de la Banque mondiale a annoncé le 29 février les résultats préliminaires de ses études sur cette période. Ils montrent que 22 % des habitants des pays en développement vivaient avec moins d’1,25 dollars par jour en 2008, contre 43 % en 1990 et 52 % en 1981. Cela signifie que les pays en développement ont atteint, en avance, les Objectifs du Millénaire pour le développement de l’ONU. Ceux-ci étaient de diminuer de moitié la grande pauvreté d’ici à 2015.

Les progrès ont été plus marqués dans certaines zones géographiques : en Asie de l’Est, le taux est ainsi passé de 77 % en 1981 à 14 % en 2008. En particulier, 663 millions de personnes sont sortis de la grande pauvreté en Chine depuis 1981, qui correspond approximativement aux débuts des réformes de libéralisation (relative) de l’économie du pays. En Afrique sub-saharienne, le taux est tombé pour la première fois depuis le début des mesures sous les 50 %, avec 47 % en 2008. Surtout, la tendance récente est positive, avec une baisse marquée depuis 2005 qui contraste avec la hausse qui perdurait depuis le début des années 1980.

Les chiffres des populations avec moins de 2 dollars par jour sont également encourageants : entre 1999 et 2008, le nombre de personnes sous ce seuil est passé de 2,94 milliards à 2,59 milliards, alors que la population mondiale augmentait toujours. Entre 1981 et 1999, la tendance avait été inverse, avec une hausse de 470 millions du nombre de personnes sous le seuil des 2dollars par jour. L’accélération de la mondialisation semble donc avoir un effet positif sur la pauvreté mondiale.

Les seuils sont évidemment calculés en parité de pouvoir d’achat. Voir le site de la Banque mondiale pour plus de détails.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Manuel Tacanho. Un article du Mises Institute

L'Afrique a été en proie à une inflation galopante et à une instabilité monétaire au cours des cinquante dernières années. Il y a eu de nombreux cas de crises monétaires et de rétablissement de la monnaie. Même l'hyperinflation, le phénomène économique le plus destructeur, a laissé sa marque ruineuse sur plusieurs sociétés africaines.

Certains diront que c'est parce que les banques centrales africaines sont incompétentes dans la gestion de leurs monnaies. D'autres peuvent prétend... Poursuivre la lecture

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs jours, les médias et les réseaux sociaux crachent leur haine sur le milliardaire Elon Musk après son rachat de Twitter. N’aurait-il pas pu régler tous les problèmes du monde avec ces 44 milliards d’euros ?

À la base de ce déferlement, la haine de la liberté, l’ignorance de l’économie.

 

Merci au capitaliste !

Soyons clairs : Musk fait davantage pour le pouvoir d'achat de l'individu lambda que tous les syndicalistes et hommes politiques du monde, et davantage pour l'écologie en aidant à fournir des mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles