La grande pauvreté recule nettement dans le monde

L’accélération de la mondialisation va de pair avec une baisse marquée de la pauvreté, comme le montre les dernières statistiques rendues publiques par la Banque Mondiale la semaine dernière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La grande pauvreté recule nettement dans le monde

Publié le 6 mars 2012
- A +

L’accélération de la mondialisation va de pair avec une baisse marquée de la pauvreté, comme le montrent les dernières statistiques rendues publiques par la Banque Mondiale la semaine dernière.

Par Alexis Vintray.

Une nouvelle étude de la banque mondiale a révélé une baisse marquée de la pauvreté dans le monde entier. Sur la période 2005-2008, ce sont toutes les régions du monde en développement qui ont vu la pauvreté reculer. Une première depuis le début des mesures de la Banque mondiale.

Le Development Research Group de la Banque mondiale a annoncé le 29 février les résultats préliminaires de ses études sur cette période. Ils montrent que 22 % des habitants des pays en développement vivaient avec moins d’1,25 dollars par jour en 2008, contre 43 % en 1990 et 52 % en 1981. Cela signifie que les pays en développement ont atteint, en avance, les Objectifs du Millénaire pour le développement de l’ONU. Ceux-ci étaient de diminuer de moitié la grande pauvreté d’ici à 2015.

Les progrès ont été plus marqués dans certaines zones géographiques : en Asie de l’Est, le taux est ainsi passé de 77 % en 1981 à 14 % en 2008. En particulier, 663 millions de personnes sont sortis de la grande pauvreté en Chine depuis 1981, qui correspond approximativement aux débuts des réformes de libéralisation (relative) de l’économie du pays. En Afrique sub-saharienne, le taux est tombé pour la première fois depuis le début des mesures sous les 50 %, avec 47 % en 2008. Surtout, la tendance récente est positive, avec une baisse marquée depuis 2005 qui contraste avec la hausse qui perdurait depuis le début des années 1980.

Les chiffres des populations avec moins de 2 dollars par jour sont également encourageants : entre 1999 et 2008, le nombre de personnes sous ce seuil est passé de 2,94 milliards à 2,59 milliards, alors que la population mondiale augmentait toujours. Entre 1981 et 1999, la tendance avait été inverse, avec une hausse de 470 millions du nombre de personnes sous le seuil des 2dollars par jour. L’accélération de la mondialisation semble donc avoir un effet positif sur la pauvreté mondiale.

Les seuils sont évidemment calculés en parité de pouvoir d’achat. Voir le site de la Banque mondiale pour plus de détails.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont signé en septembre 2023 la Charte créant l’Alliance des États du Sahel (AES). Ces trois pays ont annoncé leur retrait de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) le 28 janvier 2024.

Un article de Marc Raffinot, Économie du développement, Université Paris Dauphine – PSL et François Giovalucchi, Conseil Scientifique, Faculté des Sciences Sociales, Université Catholique de Madagascar (UCM).

Le général Tiani, chef de la junte nigérienne, a fait part le 11 février 20... Poursuivre la lecture

Chaque 26 juin, la Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues rappelle combien les drogues (licites et illicites) ont une importance majeure d’un point de vue de santé publique et relèvent d’une dimension globale, au-delà des politiques nationales.

Au cours des dernières années, l’augmentation des saisies de cocaïne en France et ailleurs et la multiplication des violences – telles que les narchomicides à Marseille – ont attiré l’attention sur la puissance croissante des groupes internationaux engagés dans le trafic (notamme... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Depuis 2017, la Russie a accéléré son retour en Afrique en s’appuyant sur le levier sécuritaire, des intérêts économiques bien ciblés et son influence médiatique. Une situation de nature à inquiéter les anciennes puissances coloniales au rang desquelles la France, et par extension, le monde occidental. L’Afrique serait-elle de nouveau l’un des théâtres des antagonismes Est/Ouest ? Cependant, la présence russe en Afrique est à relativiser dès lors qu’on la compare à celle des puissances historiquement influentes et celle d’arrivants plus récen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles