Dettes US, vers une crise inflationniste ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Détenteurs de dette publique américaine

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dettes US, vers une crise inflationniste ?

Publié le 28 février 2012
- A +

Si les gouvernements étrangers et les institutions financières ne financent plus l’énorme déficit des États-Unis, la Fed devra continuer à acheter les titres, comme elle le fait déjà massivement.

Par Pierre-Yves Saint-Onge, depuis Montréal, Québec.

Ce graphique nous montre les mouvements des divers propriétaires des obligations du Trésor US. Le nombre le plus inquiétant, selon moi, est celui dont on ne parle peu : la Réserve Fédérale. Elle est maintenant, et de loin, le plus grand propriétaire de titres du Trésor. Cela nous démontre clairement que les autorités financières des EUA continuent à imprimer de l’argent.

La crise est de plus en plus inévitable, si les gouvernements étrangers et les institutions financières ne financent plus l’énorme déficit des États-Unis, la Fed devra continuer à acheter les titres, comme elle le fait présentement. Une crise inflationniste n’est plus loin.

Avec la crise actuelle de l’Europe, la Fed sera probablement obligée du même coup à tenter un sauvetage de plusieurs gouvernements de la région, sinon de la zone Euro en son entier.

Nous avons vu dans les dernières années les effets de l’inflation mondiale, suite logique de cette politique inflationniste, qui a fait grimper les denrées mondialement. L’impact que nous avons vécu en Amérique du Nord était palpable, mais minime… Dans les pays Arabes, par contre, l’effet s’est fait sentir de façon bien plus grave car, dans ces pays, la part du revenu allouée à la nourriture est beaucoup plus élevée que pour nous. Quand on n’a plus les moyens de se nourrir, on est davantage porté à prendre la rue. Quels pays verront des révolutions suite à la prochaine poussée inflationniste ?

Donc, à part la Fed, qui achète les titres du trésor ? Le Japon et le Royaume-Uni… et ils n’en ont plus les moyens pour longtemps !

World debt to GDP

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

En 2008 le monde a subrepticement changé de régime monétaire. Les médias (c'est sûr) et même les banques centrales (apparemment) n'en ont pas encore pris conscience. Ils continuent de discourir comme s'il n'en était rien. Conséquence : un déluge d'hystérie et de prévisions inflationnistes non crédibles.

Aujourd'hui, une toute petite part seulement de la création monétaire a pour origine la Banque centrale. Dans son étude de 2014 sur la création de la monnaie la Banque d'Angleterre donne le chiffre de 3 % pour le Royaume Uni (monnaie + ... Poursuivre la lecture

Par Lawrence W. Reed.

La plupart des amoureux de la liberté et des marchés libres défendent la séparation de l'État (politique et politiciens) de beaucoup de choses - l'église, la famille, les affaires, l'éducation, etc. Peut-être que si la Constitution des États-Unis avait expressément interdit la création par le gouvernement fédéral d'une banque nationale, les Américains auraient été épargnés des méfaits sans fin de ses diverses itérations dans notre histoire.

Peut-être que si la création monétaire de la Réserve fédérale conti... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles