Les crédits font-ils les dépôts ? Les dettes financières font-elles la monnaie ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les crédits font-ils les dépôts ? Les dettes financières font-elles la monnaie ?

Publié le 27 février 2012
- A +

Selon l’adage des praticiens, « les crédits font les dépôts ». Voici qui ressemble à l’énigme de la poule et de l’œuf. Mais les praticiens heurtent le bon sens.

Par Roland Verhille

La quantité de monnaie existante à un moment donné dans un pays déterminé est considérée comme comptée par le calcul de la masse monétaire dite M3. C’est un recensement des objets financiers disponibles pour être utilisés à l’achat de biens et de services. La contrepartie de cette masse monétaire décrit les sources d’où jaillit cette monnaie selon certains, ou bien l’utilisation faite de cette monnaie selon d’autres (vue n°1). C’est le reflet de la fameuse égalité des débits et des crédits, de l’actif et du passif de la comptabilité à partie double. En comptabilité commerciale, il est certain que l’actif du bilan décrit l’emploi fait des ressources financières fournies par leurs sources décrites au passif. Pour la monnaie, c’est bien moins certain.

Pascal Ordonneau rappelle dans son très utile abécédaire qu’au temps des monnaies à étalon d’or, le père de la banque moderne, Palmstuch patron de la banque de Suède il y a 350 ans, a fait faillite, et bien d’autres après lui, pour avoir consenti des crédits gagés sur des effets de commerce sans disposer au préalable des dépôts ou de l’or permettant de délivrer matériellement la monnaie mise en circulation par l’ouverture de crédit. Cela ne ressemble-t-il pas à nos banques d’aujourd’hui ayant généreusement consenti des prêts à des États devenus ainsi surendettés, incapables d’honorer leurs échéances faute de disposer alors de la monnaie nécessaire, et mettant ainsi en péril l’existence des banques prêteuses ? Ces expériences pratiques rendent pour le moins douteux l’adage des praticiens.

C’est l’adoption d’un système monétaire où la monnaie est désormais dépourvue d’étalon qui aurait érigé le crédit en source de la monnaie. Dans ce système moderne, l’État a le monopole de la création de la monnaie, à laquelle il confère un cours légal et un cours forcé. Les banques y sont parmi les organismes les plus « régulés ». Cette monnaie ne servant alors qu’à payer ce qui est acheté, et son possesseur ne pouvant pas exiger de la banque la fournissant qu’elle lui soit échangée contre quoi que ce soit d’autre, la faculté d’en créer est sans limite. Il suffit que la banque l’inscrive dans ses comptes au crédit de son client au passif de la banque en même temps qu’elle l’inscrit au débit de son client à l’actif de son bilan notant le remboursement futur du crédit consenti. C’est ce qui fait affirmer que la monnaie est créée par les banques au moyen des prêts qu’elles consentent.

Dans son article sur le sujet (Les crédits font les dépôts) publié par lecercle.lesechos, Pascal Ordonneau fonde sur « une espèce d’évidence » cette affirmation. Il ajoute que l’entreprise ayant souscrit un emprunt pour payer l’achat d’une machine versera à son fournisseur qui les déposera sur son compte bancaire, dans la même banque ou dans une autre, les fonds évidemment créés par le crédit. Il ajoute pertinemment que cette création serait annihilée au cas où la banque du fournisseur de la machine utiliserait cette monnaie en la plaçant non pas chez le banquier ayant fourni le crédit, mais à la Banque centrale.

Cette explication de la création de la monnaie pousse naturellement Pascal Ordonneau à se demander s’il n’existe pas une nouvelle monnaie, une « monnaie financière » (son article publié par lecercle.lesechos « Monnaie financière : une nouvelle monnaie ?»). Elle serait créée par les banques intervenant sur les marchés financiers pour y investir des fonds dans des opérations de couverture de risques (de variation de cours de biens et de devises, et aussi risques d’impayés). Ces risques sont « packagés » pour former un objet financier sur lesquels les banques spéculent. Toutes ces opérations sont cantonnées au milieu bancaire, et y sont exécutée « à crédit », les acheteurs n’ayant pas à verser immédiatement au banquier vendeur le prix de son acquisition. Le grand public a pu le remarquer lors de l’affaire Kerviel à la Société Générale.

Dans son article « La monnaie financière est-elle un nouvel agrégat monétaire ? » également publié par lecercle.lesechos, Didier Houth décortique ces opérations qui porteraient sur des milliards de dollars et y voit une « quasi monnaie », un « début de monnaie privée » échappant à tout contrôle parce que réglée entre les banques en chambres de compensation n’ayant pas le statut juridique de banque.

Ces questions soulevées par ces auteurs semblent confuses, faute d’avoir défini ce qu’est une monnaie. Pascal Ordonneau s’en tient à l’adage « les crédits font les dépôts » pour expliquer le processus de création de la monnaie, et construit là-dessus tous ses raisonnements. Il précise bien qu’il n’y a pas de monnaie tant que les prêts et dépôts n’ont pas été portés sur les comptes d’agents non bancaires. Il distingue cette monnaie financière de la monnaie de règlement. Tout cela est pertinent, sauf l’appellation douteuse de monnaie.

Il ne suffit pas d’opposer la ménagère incrédule comprenant qu’ « on ne prête pas l’argent qu’on n’a pas soi-même » pour exclure que l’adage ne soit qu’une contrevérité. D’abord, il ressemble fort à un tour de passe-passe. Ensuite, cela signifierait qu’il n’y a pas de limite à la création monétaire, un simple jeu d’écriture dans les livres comptables suffisant. D’où le caractère invraisemblable de l’adage toutefois propre à convaincre ceux qui ne vont pas au bout de leurs analyses.

Les dépôts invoqués, partie de la masse monétaire, à les supposer en fin de cascade des échanges restés effectivement disponibles, sans être tombés dans « la trappe à monnaie », sont concomitants ou postérieurs au tirage par le bénéficiaire sur le crédit qui lui a été ouvert. Une création d’objet ne peut être postérieure à son existence, elle lui est nécessairement concomitante ou préexistante. Il n’est pas contesté qu’il n’y a pas création de monnaie dans le cas où la banque prêteuse fonde son crédit ouvert sur de la monnaie préexistante qui lui a été confiée et dont elle a la disposition. Il y a seulement transfert de monnaie. Autrement dit, au moment où le bénéficiaire du crédit procède à son tirage, la banque prêteuse doit nécessairement avoir à sa disposition de la monnaie précédemment ou concomitamment créée, pour pouvoir la remettre soit à son emprunteur, soit au bénéficiaire de son paiement. Qu’une simple inscription en comptabilité vaille création de monnaie est éminemment douteux, hors les cas de « comptabilité créative ». Il est par contre clair qu’il y a création de monnaie dans le cas où la banque prêteuse n’a pas à sa disposition la monnaie nécessaire qui lui serait réclamée, et doit de ce fait en demander à la banque centrale. C’est cette dernière qui alors crée la monnaie, effectivement en consentant un crédit à la banque prêteuse.

La monnaie effectivement créée par les banques au cours de leur délivrance de crédit ne l’est qu’en vertu et dans la mesure de la réglementation faisant de la banque centrale l’organisme qui « en dernier ressort », fournira à la banque prêteuse la véritable monnaie de paiement qui pourrait lui manquer en cas de nécessité. Cette création n’est encore rendue possible que par la garantie de bonne fin explicite en partie, implicite pour le reste, des États. Ces derniers temps, les banques en excès de liquidité n’ayant plus suffisamment confiance dans la solvabilité de leurs partenaires ont cessé en grande partie de leur consentir des prêts, sachant bien que la monnaie ainsi fournie pourrait ne plus se retrouver dans leurs dépôts le moment venu du remboursement du crédit au moyen d’une véritable monnaie.

En dépit des raisonnements donnant à croire que « Les crédit font les dépôts », donc créent la monnaie, il n’y a pas évidence que ce processus reflète la réalité. Et les expériences passées rappelées comme celle désastreuse en cours semblent la démentir.

Pour y voir plus clair, il faut revenir à l’essence de la monnaie. C’est un instrument intervenant dans les échanges économiques, permettant de se séparer de quelque chose sans avoir à immédiatement accepter en échange une autre chose, comme dans les opérations de troc. Pour pouvoir remplir cette fonction, la monnaie en cause doit être vue comme conservant le pouvoir d’échange, le pouvoir d’achat qui est associé à la chose dont on s’est séparée. Elle doit donc être acceptée comme telle par tous, ou presque tous, dans la multitude des échanges économiques. En bref, elle soit susciter la confiance des populations dans sa capacité à être un concentré de pouvoir d’achat utilisable ultérieurement pour acquérir quelque chose. Une monnaie issue de dettes comme suggéré par l’adage des praticiens ne saurait durablement satisfaire cette exigence.

—-
Article publié originellement dans Le cercle Les Échos.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Article qui, malheureusement, n’éclaire pas l’essence de la monnaie.

    Si la création et la destruction monétaire ne rencontrent pas leur contrepartie dans des créances et des dettes, quelle devrait donc être cette fameuse contrepartie ? L’article n’en dit rien. Par ailleurs, la monnaie ne peut remplir efficacement sa fonction d’échange qu’à la condition d’être disponible instantanément pour tous ceux qui produisent et échangent. L’article est également muet sur ce point. Finalement, on aimerait savoir comment les processus de création et de destruction monétaire sont envisagés par l’auteur, en remplacement de la « monnaie-dette ». Quelle monnaie propose-t-il ?

    Le bon sens implique de redescendre dans la réalité : la monnaie est un « droit de tirage » sur le travail d’autrui. Il suit que la monnaie est nécessairement une créance ou une dette, selon le point de vue. En outre, la monnaie doit être à tout instant équivalente au potentiel de création de richesses et à la croissance nominale attendue de cette dernière, avec un ratio proche de 1/1. Une quantité de monnaie inférieure à ce ratio, parce qu’elle réduirait, ne serait-ce que temporairement, le pouvoir d’échange de la monnaie, saperait l’économie aussi sûrement que la monnaie collectiviste gratuite distribuant des faux droits (de tirage).

    Le concept critique de la « monnaie-dette » est une impasse parce que la dette est l’essence de la monnaie. La question moderne fondamentale concernant la monnaie est sa privatisation et sa mise en concurrence.

    • « La question moderne fondamentale concernant la monnaie est sa privatisation et sa mise en concurrence. »
      la question est un coup plus loin : la privatisation et la concurrence entre monnaies sont déjà là de facto : la crise n’est que la « découverte » qu’un euro-grec ne vaut pas un euro-allemand, qu’un euro-SG ne vaut pas un euro-BCE, alors qu’officiellement tout cela vaut la même chose au point qu’on utilise un seul objet pour les représenter tous !

      • L’euro, même le grec ou l’allemand, n’est PAS une monnaie privée, surtout pas concurrentielle, puisqu’il impose son monopole sur une aire géographique déterminée. L’euro, le DM, le franc ou la drachme sont des monnaies de fonctionnaires : il n’y a pas de concurrence possible entre monnaies nationales monopolistiques.

        C’est la même fable qui nous est racontée quand on prétend qu’EDF ou la SNCF sont soumis à la concurrence !

        • mais L ‘euro ça n’existe pas. Il y a DES euro : les « euros » que la société général comptent dans ses livres (que les clients retrouvent dans leurs extraits de comptes), les « euros » sur les comptes bancaires des grecs, et les « euros » que compte la BCE, ne sont pas en réalité des euros identiques. La crise et le hiatus c’est que officiellement toutes ces choses sont censés avoir toutes la même valeur, ce qui est parfaitement ridicule, et que plus personne ne croit ; on a donc des monnaies en concurrence sous contrainte d’avoir officiellement la même valeur, alors forcément, ça déconne (à l’instar des situations de crise dans des régimes de change fixe : spéculation avant dévaluation, marchés noirs des devises, « trafic de piastres »…)

          • Les monnaies monopole imposées par la loi ne sont pas en concurrence. Après, on peut se faire plaisir en inventant des euros-ceci ou des euros-cela théoriques : dans le circuit, en pratique, ils ont la même valeur. Qu’ils soient logés dans tel ou tel compte n’en fait pas des monnaies différentes. C’est faux et hors-sujet. Prétendre que l’euro n’existe pas met fin à toute possibilité de discussion intelligible…

          • Au contraire, quand j’ai compris qu’on a affaire à des monnaies différentes mais soumise à une parité fixe obligatoire (et infondée) tout s’est éclairé pour moi.
            Ce n’est peut-être pas la seule façon de comprendre, et ce n’est peut-être pas celle qui te parle, mais s’en est une bonne quand même.
            C’est prétendre (comme le font nos gouvernant) qu’un euro dans les livres d’une banque grecque, de la SG, d’une banque suisse et de la BCE ont la même valeur qui est faux et met fin à toute possibilité de compréhension de ce qui se passe. D’ailleurs les banquiers ne s’y trompent pas, eux, et il refusent de faire inscrire leur « bons » euros dans les livres des banques douteuses, il refuse de reconnaitre qu’un euro dans les livre de la SG ça vaut un euro de la BCE -> blocage du marché interbancaire.
            Parce que le jour ou la banque ou l’état fait faillite, la réalité éclate.

    • Roland Verhille
      3 mars 2012 at 10 h 54 min

      @ Bubulle

      Effectivement, je ne me suis peut-être effectivement pas suffisamment expliqué à propos de l’essence de la monnaie, ni dans ce texte, ni dans le précédent « Le mystère de la monnaie ». Mais vous compensez bien mon insuffisance. Et il restera toujours du mystère dans la monnaie, puisqu’elle est fondée sur la croyance des gens en sa capacité d’échange.

      La contrepartie de la monnaie fiduciaire, celle émise par les banques centrales des États, ce sont les actifs de nature diverse portés par les banques centrales dans leur bilan. Il s’agit de la monnaie versée par ceux ayant souscrit au capital de ces banques. Il s’agit de la monnaie accaparée par ces banques centrales au cours de leurs opérations profitables et non dépensée par elles, donc portée en « réserves ». Il s’agit aussi des créances détenues par ces banques sur les organismes venus lui demander de la monnaie. La contrepartie de la monnaie en circulation se trouve encore dans les bilans des banques ayant consenti des prêts de monnaie nets de leurs emprunts, donc comme les banques centrales sous le recours à elles qu’elles offrent, sous forme de créance sur les bénéficiaires de leurs prêts.

      Oui encore, il n’y a monnaie que dans quelque chose qui soit disponible immédiatement, ou presque immédiatement.

      Je ne propose aucune autre monnaie que celle fiduciaire, tout en protestant contre sa manipulation opérée par les États s’étant arrogé le monopole de son émission. Les monnaies « privées » ont existé pendant des millénaires, mais elles également ont été un moyen imparfait de faciliter les échanges.

      Oui, la monnaie est un droit de tirage sur le travail d’autrui. Mais ce n’est un droit qu’en cas de monnaie étatisée. Naturellement, elle est seulement le moyen matériel quelconque suffisamment répandu et choisi par les gens de conserver le pouvoir d’achat d’un bien que l’on possède et dont on s’est séparé.

      Sur la quantité nécessaire de monnaie, il semblerait qu’aucune formule mathématique suffisamment simple ne puisse la déterminer. Il faut qu’il y en ait suffisamment pour permettre les échanges sans entrave, y compris le financement d’investissements ultérieurement productifs eux-mêmes de monnaie, il faut aussi qu’il n’y ait pas excès causant l’inflation ou permettant son emploi en opérations de pure spéculation financière.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence W. Reed.

La plupart des amoureux de la liberté et des marchés libres défendent la séparation de l'État (politique et politiciens) de beaucoup de choses - l'église, la famille, les affaires, l'éducation, etc. Peut-être que si la Constitution des États-Unis avait expressément interdit la création par le gouvernement fédéral d'une banque nationale, les Américains auraient été épargnés des méfaits sans fin de ses diverses itérations dans notre histoire.

Peut-être que si la création monétaire de la Réserve fédérale conti... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Karl Eychenne.

Un jour, un homme angoissé se rend chez son psy :

« Docteur, j’ai peur : je me prends pour un grain de blé, et je viens de voir une poule ! - Vous savez bien que vous n’êtes pas un grain de blé. - Moi, je le sais, mais elle ? »

Curieusement, cette histoire absurde trouve de nombreux échos dans l'actualité.

Par exemple, elle a été proposée pour expliquer l’épisode du masque (The Appointment in Samara: A New Use for Some Old Jokes), qui n'a pas d’abord pas jugé utile pour nous protéger du virus, p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles