Des indignations de pacotilles

Pour les professionnels de l’indignation, les vicissitudes d’un peuple ne valent que dans la mesure où, et pour autant que, on puisse les imputer à Israël ou aux États-Unis

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
liberté d'expression

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des indignations de pacotilles

Publié le 25 février 2012
- A +

Pour les professionnels de l’indignation, les vicissitudes d’un peuple ne valent que dans la mesure où, et pour autant que, on puisse les imputer, de près ou de loin, à raison ou à tort, à Israël ou aux États-Unis.

Par Fabio Rafael Fiallo

Qu’il est assourdissant, le silence des Indignés et autres champions des causes humanitaires, sur ce qui se passe depuis des mois en Syrie ! Aucune grand-messe de protestation, comme celles que l’on voyait surgir de partout contre la guerre d’Irak. Pas non plus de flottille, comme celles qui ont tenté de franchir le blocus maritime de Gaza qu’Israël s’est vu obligé d’imposer pour empêcher le Hamas de faire entrer des armes destinées à des attaques terroristes. Bachar al-Assad, lui, peut tuer des milliers d’hommes, femmes et enfants, torturer à sa guise, aller chercher des blessés dans les hôpitaux pour les mutiler ou les achever, sans que des Indignés éminents ne prennent d’initiative pour mobiliser l’opinion.

Quand on pense au tollé qu’avait provoqué l’opération Plomb durci lancée par Israël fin 2008 sur la bande de Gaza après avoir essuyé des milliers de missiles envoyés par le Hamas, et l’on voit maintenant l’absence de réaction massive contre la boucherie que mène le régime syrien contre son propre peuple, on ne peut qu’être sidéré par le deux poids, deux mesures de l’indignation facile. Quand on pense, en plus, qu’Israël prenait toutes les précautions possibles pour cibler les responsables d’attentats terroristes qui avaient installé leurs postes de commandement et leurs plateformes de tir au milieu ou dans les sous-sols d’écoles, d’hôpitaux et d’immeubles d’habitation afin de causer le maximum de pertes civiles lors de l’inévitable riposte d’Israël, alors que les troupes syriennes pilonnent sans ménagement des villes entières, tirent sur des civiles désarmés ou même vont les chercher maison par maison, voire dans les hôpitaux, et que cela n’émeuve guère ou n’émeuve point nos bonnes consciences, il faut conclure qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de l’Indignation.

Il aura fallu attendre novembre 2011, et donc des milliers de morts et de tortures, pour que l’Indigné en chef, c’est-à-dire Stéphane Hessel, se décide finalement à condamner la répression en Syrie pendant un événement public. Et cela, Hessel ne le fait pas dans le cadre d’un rassemblement consacré à soutenir le peuple syrien. Non, sa tardive prise de position intervient par ricochet, en réponse à une question qui lui fut formulée à Genève lors d’une soirée organisée par l’association « Enfants de Gaza » et dont l’objectif essentiel était de permettre à Hessel de renouveler ses attaques diffamatoires contre Israël et de faire la promotion d’une version convenablement revue et augmentée de son opuscule – une version qui incorpore à la va-vite une référence (aurait-il pu s’en dérober ?) au malheur syrien.

Avouons que comme service minimum à l’égard des Syriens, Hessel et ses Indignés n’auraient pas pu faire moins, ni plus tard.

Silence radio, également, à l’égard du peuple cubain, envers qui la solidarité est une denrée inexistante, car ses souffrances ne cadrent pas avec les visées antiaméricaines des donneurs de leçons de morale tout à la gauche acquis. Les habitants de l’île rouge peuvent vivre muselés des décennies durant, un demi-million d’entre eux ayant connu (cf. l’ONG Freedom House) les prisons et les chambres de torture du régime castriste, les dissidents y peuvent crever dans des geôles immondes ou subir des emprisonnements répétés, les morts par grève de la faim peuvent se succéder, sans que cela ne suscite ne serait-ce qu’un début de mobilisation des donneurs de leçons de morale.

Et quand les « Dames en Blanc », ces braves femmes qui sortent habillées en leur couleur éponyme dans les rues de La Havane et de province pour secouer les consciences et crier leur soif de liberté, et que des sbires du régime viennent systématiquement à leur encontre pour cracher sur elles, les gifler, les tabasser, alors la multitude des protestataires qui pullulent dans ce monde ne trouve ni raison ni intérêt pour exprimer le moindre dégoût.

Pour les professionnels de l’indignation, les vicissitudes d’un peuple ne valent que dans la mesure où, et pour autant que, on puisse les imputer, de près ou de loin, à raison ou à tort, à Israël ou aux États-Unis.

Les Indignés de toutes sortes ont pris la relève des pacifistes des années 80, qui organisaient des manifestations faramineuses contre les missiles américains Pershing déployés en Europe occidentale, mais jamais contre les SS-20 soviétiques installés de l’autre côté du Rideau de fer.

Et de même que les Polonais, les Tchèques, les Hongrois ou les Allemands de l’Est, maintenant débarrassés du joug soviétique, ne doivent rien, strictement rien, aux pacifistes d’hier, ainsi les Syriens et les Cubains – comme d’ailleurs les Libyens – n’auront demain aucune dette de gratitude à solder envers les Indignés d’aujourd’hui.

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles