L’économie de marché vue de Chine

Qu’est-ce que ce mot veut vraiment dire ? Un rappel de l’organe de presse du parti communiste chinois

Quand le Quotidien du peuple, l’organe de presse officiel du parti communiste chinois, arrive à mieux comprendre ce qu’est l’économie de marché que nombre de nos politiciens occidentaux, on se demande si nous ne sommes pas passés dans une autre dimension.

L’économie de marché socialiste de la Chine a pris forme en tant que résultat de trente années de réforme économique. En dépit de ses remarquables succès, des problèmes tels que le gaspillage des ressources, l’inefficacité, le manque d’innovation, la croissance non durable et un fossé grandissant dans la redistribution des richesses ont commencé à émerger. L’économie de marché chinoise est encore très largement dans son enfance, et elle est, en tant que telle, imparfaite.

Tant l’économie de marché que le capitalisme prennent des formes différentes selon les pays et les différentes périodes de l’histoire. Des économistes de renom tels que Adam Smith et Joseph Alois Schumpeter se sont faits les avocats du capitalisme entrepreneurial, qui est caractérisé par la propriété privée, la libre concurrence, la survie du plus fort et la destruction créative. Une autre forme est le capitalisme d’État, répandu en Amérique latine, en Asie du Sud et en Russie, entre autres pays.

Comme certains chercheurs l’ont souligné, l’économie de marché de la Chine est enracinée dans le capitalisme d’État, ou, plus exactement, le capitalisme bureaucratique, le mot « État » étant juste un concept abstrait qui fonctionne sous une énorme bureaucratie qui a un pouvoir énorme. Plutôt que de se concentrer sur la valeur sociale, le capitalisme bureaucratique s’engage dans des activités économiques centrées sur le profit, par le biais d’une autorité politique et administrative excessive exercée par le gouvernement. Elle accorde des franchises et des ressources limitées pour les entreprises d’État, par le biais d’un monopole administratif, de règlements spéciaux et d’une politique industrielle.

Sous le régime du capitalisme de bureaucrates, des traitements préférentiels ont été accordés à des institutions et des personnes individuelles. La collusion, la manipulation et le délit d’initiés ont non seulement foulé aux pieds les droits et intérêts légitimes des autres acteurs du marché et le principe de libre concurrence de l’économie de marché, mais ont aussi accru le risque et le coût des investissements privés.

Sous le capitalisme bureaucratique, les monopoles et la soif de profits restreignent l’accès au marché et font disparaître la concurrence, mettant ainsi en péril l’efficacité même de l’économie de marché. Et au lieu de créer de la richesse, cela se traduit seulement par un transfert de richesses déraisonnable.

Un pouvoir politique et administratif très centralisé, un processus de décision opaque, et l’absence de contrôles et d’équilibres appropriés signifient que le capitalisme bureaucratique conduit souvent à la corruption endémique et à une compétition déloyale entre les entreprises publiques et les entreprises privées.

En revanche, le capitalisme entrepreneurial préconise lui un environnement réglementaire et politique équitable et transparent. Il protège la libre concurrence de manière à optimiser une allocation efficace des ressources. Les principales fonctions et responsabilités du gouvernement sont de fournir des services sociaux et publics impartiaux en ce qui concerne la justice, la fiscalité, la défense et les questions de réglementation plutôt que d’être impliqué directement dans ou d’intervenir sans raisons dans les questions économiques. Sous le régime du capitalisme entrepreneurial, le secteur privé fonctionne en général plus efficacement et crée plus d’emplois. Il génère des profits plus élevés, davantage de recettes fiscales et un meilleur rendement du capital. Les entreprises d’État sont elles chassées par la petite porte.

À moyen et à long terme, le plus grand avantage du capitalisme entrepreneurial réside dans son potentiel d’encouragement de la création et de l’innovation. Le capitalisme bureaucratique est également capable de générer de la prospérité économique dans un certain laps de temps. Cependant, la corruption, l’inefficacité et la concurrence déloyale ne feront elles finalement que refréner l’enthousiasme des gens pour la création et l’innovation, ainsi qu’entraver les progrès technologiques, les ajustements structurels industriels et la restructuration économique, ce qui finira par conduire à la stagnation économique. Comme on peut le constater au vu de la situation en Amérique latine, ce genre de stagnation donne naissance à des crises sociales et politiques. Il y a sans doute des leçons à tirer de cette situation.

Le PIB par habitant de la Chine vient de dépasser $5.000, il y a donc encore beaucoup de marge pour le rattrapage économique. Mais la distribution inégale des chances et des revenus a entraîné une série de problèmes sociaux qui exigent une attention accrue envers la réforme structurelle. Afin d’assurer un développement économique et social durable, le gouvernement chinois doit se montrer souverain dans son implication dans les questions économiques et permettre au marché de jouer un rôle de premier plan.

___
Un article du Quotidien du Peuple, traduit par Li Huiru.