Anthologie d’idées reçues en économie

Revue de l’ouvrage « 150 idées reçues sur l’économie », de Franck Dedieu, Emmanuel Lechypre et François de Witt, journalistes à L’Expansion

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
150 idées reçues sur l'économie (Crédits l'Expansion, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Anthologie d’idées reçues en économie

Publié le 13 février 2012
- A +

Revue de l’ouvrage « 150 idées reçues sur l’économie » de Franck Dedieu, Emmanuel Lechypre et François de Witt, journalistes à L’Expansion.

Par Anton Wagner.

Franck Dedieu, Emmanuel Lechypre et François de Witt, tous du journal l’Expansion, viennent de publier 150 idées reçues sur l’économie. Avec pour slogan « Arrêtez de vous faire enfumer ! ».

Moi j’ajouterai : Arrêtez de nous rouler ! Car sur les 150 idées reçues, beaucoup (possiblement 101, je n’ai pas regardé dans le détail) ont déjà été publiées, par les mêmes, dans un ouvrage datant de 2007 : 101 idées reçues sur l’économie, cela ne s’invente pas…

De plus, aucune fiche n’est datée. Même si parfois, à la lecture, on peut déduire la date, c’est gênant.

Bref. Ce qui m’interpelle, ce sont les raisonnements parfois maladroits, ou bien maladroitement exposés. Voici deux exemples.

Exemple 1 : La mondialisation aide à sortir de la pauvreté (n°45)

Franck Dedieu conteste l’idée. La pauvreté, dit-il, se réduit surtout en Chine ; en Inde elle recule peu et augmente même en Afrique noire.

Pour l’expliquer, il cite le président du Cepii (Centre d’études prospectives et d’informations internationales), Michel Fouquin. Ce dernier dit que « Les gagnants de la mondialisation […] ont tous un point commun : ils exportent dans plusieurs secteurs ».

Moi je comprends : la mondialisation réduit bel et bien la pauvreté, à condition de s’y insérer suffisamment et de façon efficace. Ce n’est pas tout à fait la même chose, car on commence par croire que la mondialisation ne sert à rien. (On pourrait d’ailleurs objecter que le recul de la pauvreté, en Chine seule, est déjà un beau succès.)

Exemple 2 : La concurrence profite toujours aux consommateurs (n°147)

Voilà une réfutation qui interpelle n’importe quel libéral ! Mais la démonstration paraît bien tordue. En effet, la concurrence étant contraignante pour les entreprises, celles-ci peuvent s’entendre pour la limiter. Emmanuel Lechypre à l’inspiration de faire cette citation : « Nos concurrents sont nos amis, nos clients nos ennemis. » Voilà qui résume bien les buts d’un cartel.

Mais précisément, le cartel est le contraire de la concurrence. Les défauts qui sont les siens ne sont donc pas ceux de la concurrence… Ce qu’il aurait été plus juste de dire, c’est que le marché ne crée pas toujours les situations où la concurrence est la plus forte, réalité effectivement défavorable aux clients. Cela n’équivaut pas, toutefois, à dire que la concurrence elle-même ne profite pas toujours aux consommateurs…

Il y a une autre possibilité. Le titre est maladroit ; l’auteur ne voulait pas dire que la concurrence n’était pas toujours favorable aux consommateurs, mais bien qu’elle n’était pas parfaitement garantie par le marché. C’est quand même embêtant.

Néanmoins, il y a loin qu’il n’y ait que des mauvaises choses. Sont notamment intéressantes les notices – presque toutes nouvelles – concernant la crise actuelle.

Idées reçues sur la crise

Sept fiches s’attaquent à la crise (idées reçues n°26 à 32) ; voyons ce qu’elles racontent.

Il y a d’abord l’acquittement des faux coupables. Les hedge funds ne sont pas responsables de la crise. Mais ils sont parfaits dans ce rôle : ils investissent sur le marché des dérivés, ils jouent aussi bien à la baisse qu’à la hausse, ils s’installent dans des paradis fiscaux échappant aux régulateurs… Bref, de sales bêtes que nos politiciens ne peuvent que rêver de mettre au pas. Quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage.

Il y a ensuite les faux diagnostics. Devant la débâcle ayant frappé certains pays, aussi bien importateurs qu’exportateurs, d’aucuns se réjouirent du modèle français, qui amortit si bien la crise. D’autres suggérèrent qu’il fallait fermer les frontières ! Sauf qu’agir ainsi, c’est ne pas profiter de la reprise économique.

Beaucoup ont jubilé du retour de l’État – parce que les crises entraînent toujours le retour de l’État/vengeur masqué, qui donne raison aux contempteurs du marché. Sauf que, comme le dit Jean-Paul Betbèze, « Il ne fallait pas croire au retour de la puissance publique. Le pouvoir appartient au créancier […], pas au débiteur qui est l’État, même s’il jouait au pompier encore la veille. » Et oui, à trop croire que l’endettement public n’est pas un problème…

Par ailleurs, réduire les salaires des salariés ne serait pas une bonne idée pour sortir de la crise. En effet, la consommation baisserait, ce qui aggraverait les choses. Cela reviendrait aussi à faire peser la crise sur les salariés, et non les actionnaires, alors que l’enrichissement de ces derniers se justifie par les risques financiers qu’ils prennent.

Enfin, il y a quelques menues corrections. Par exemple, les crises financières causent moins de tort à la croissance que les crises immobilières et les krachs monétaires ; les riches ne s’en sortent pas indemnes, leur patrimoine en prend un coup et le matraquage fiscal se dessine à l’horizon ; le déficit commercial n’est pas nécessairement signe de crise, tout dépend de son origine (on peut s’inquiéter si ce sont les exportations qui s’effondrent).

Bref, 150 idées reçues sur l’économie est une compilation intéressante qui permet d’avoir un petit aperçu de différentes questions.

 

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Ma prof d’eco (prepa eco Chraterux) nous avait fait circuler certains de ces articles. Je me souviens particulierement de celui qui disait que la retraite par capitalisation n’est pas condamnee. Effectivement en prevoyant un croissance stratospherique de 4,5% en France, la retraite par repartition fonctiponnerait bien. C’etait le crollaire de la these de l’article. En gros, « si tout va bien tout ira bien. ». Mreci l’expansion! Le tout bien sur pour justifier des relances aux couts astromiques…
    J’avais fait remarquer ca a la prof qui m’a tout de suite conspue et traite comme un dissident du keynesiansime. J’ai jamais ete tres bien note cette marxiste. Ceci dit elle preparait bin au concours: Elle enseignait a etre marxiste sans en avoir l’air. Une vrai pro.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Pénurie de blé, de pétrole, de gaz, de métaux ou d’huile, etc. Le tout avec une inflation de 5 % et une belle croissance de 0 %. Notre situation ressemble à l’Allemagne de 1920 avant l’hyperinflation…

L'Allemagne de 1920

Durant la Grande guerre, le gouvernement allemand a massivement émis de la monnaie pour financer sa guerre, soit par l’émission d’obligations, soit par la création du mark-papier à la place du mark-or, mettant fin à l’étalon-or.

Une fois sorti des poches de l’État, tout ... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles