La Fed est un faux monnayeur légal

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Fed est un faux monnayeur légal

Publié le 15 janvier 2012
- A +

Via la Federal Reserve (Fed), le gouvernement US paye des intérêts d’une main pour les récupérer de l’autre.

Par George Kaplan

Au dernier pointage, la Fed détient USD 1,7 trillions [1] de bons du Trésor américains – soit près de 64% du portefeuille de la Fed ($2,6 trillions), 17% des titres de créances émis par le Trésor US ($9,9 trillions) et près de 16% de la dette publique américaine ($10,5 trillions [2]). La banque centrale américaine est ainsi le premier créancier de son propre gouvernement.

Bien sûr, ce n’est pas parce que ces obligations sont détenues par la Fed que le gouvernement des États-Unis ne paie pas d’intérêts. Comme dans la plupart des pays civilisés, le U.S. Department of the Treasury n’a pas le droit de venir se financer directement auprès de sa banque centrale. Le portefeuille de la Fed ne résulte donc pas d’achats d’obligations d’État sur le marché primaire mais de ses opérations dites d’open market ; c’est-à-dire de ses achats d’obligations sur le marché secondaire qui lui permettent de piloter la liquidité disponible sur le marché interbancaire et donc le niveau des taux à court terme – bref, ce portefeuille résulte de l’activité normale de la Fed et devrait continuer à grossir avec la masse monétaire américaine.

Sauf que, ces derniers temps, les opérations d’open market ont pris un tour quelque peu inhabituel avec les deux (bientôt trois ?) phases d’assouplissement quantitatif (Quantitative Easing) : du 10 septembre 2008 au 4 janvier de cette année, le portefeuille de Treasuries de la Fed a été multiplié par un facteur de 3,5 [3]. Donc, la Fed gagne énormément d’argent sur ce titanesque portefeuille : avec un taux moyen estimé à 3,7% en 2010 et 2,94% en 2011, ce sont des milliards de dollars d’intérêts qui sont payés chaque année par le Trésor US à sa banque centrale.

Seulement voilà, la Fed – qui n’est pas vraiment une entreprise privée – n’a pas le droit de garder ses gains. Lorsqu’elle touche des intérêts, elle en utilise une infime partie pour ses frais de fonctionnement et doit reverser le reste… au Trésor des États-Unis. En 2011, ce sont ainsi $76,9 milliards qui sont revenus dans les poches d’Oncle Sam – soit 17% des intérêts payés sur la dette publique ($454,4 milliards). Oui, vous avez bien compris : le gouvernement US paye des intérêts d’une main pour les récupérer de l’autre et il fait ça sur 16% de sa dette.

Résumons : la Fed fait chauffer à blanc sa planche à billet pour acheter des Treasuries sur le marché ; cet énorme flux acheteur fait baisser le niveau des taux d’intérêts et permet donc ainsi au Trésor de se financer à moindre coût ; ce faisant, la Fed engrange des quantités monumentales de Treasuries dont elle s’empresse de reverser les intérêts à celui-là même qui les lui a payé. C’est donc 16% de la dette qui ne coûte, en réalité, rien parce qu’elle a été rachetée par des dollars fraichement imprimés à cet effet. Je ne sais pas pour vous, mais moi j’appelle ça de la monétisation pure et simple.

Mieux encore : il ne vous a pas échappé que cette même Federal Reserve ne semble pas particulièrement pressée de faire remonter les taux ; c’est une mesure typiquement keynésienne de soutien à l’économie me direz-vous sans doute. Oui, c’est possible mais vous me permettrez de faire un peu de mauvais esprit en soulignant que (i) étant donné sa dette et son déficit budgétaire abyssal, je suis à peu près certain que le gouvernement étasunien se satisfait très bien de cette politique et (ii) il semblerait que le portefeuille de la Fed affiche une duration en dollars de près de $900 milliards ; c’est-à-dire qu’une remontée de taux de 0,01% (1 point de base) coûterait à la Fed (et donc au Trésor) $900 milliards de dollars. Autrement dit, une politique de taux hyper-accommodante, c’est surtout l’intérêt bien compris des politiciens de Washington qui se préparent à siphonner l’épargne de leurs compatriotes à commencer par leurs retraites.

La Fed n’est rien d’autre que le plus gigantesque faux monnayeur légal de l’histoire.

—-
Sur le web

Notes :
[note][1] $1.10^12 ou mille milliards de dollars.

[2] En excluant la dette intergouvernementale (ce qu’Oncle Sam se doit à lui-même).

[3] La taille du portefeuille d’ensemble, qui inclut les $900 milliards de MBS et autres dettes des GSEs (Fannie Mae et Freddie Mac), a été multipliée par un facteur de 5,4.

[4] Contre $79,3 milliards en 2010.[/note]

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • En faisant baisser la valeur du dollar ils feront baisser la masse de la dette américaine. C’est peut être ça aussi l’intérêt.

    Enfin bon, les banques centrales « indépendantes », c’est vraiment la plus grosse blague qu’on puisse nous faire…

  • « il semblerait que le portefeuille de la Fed affiche une duration en dollars de près de $900 milliards ; c’est-à-dire qu’une remontée de taux de 0,01% (1 point de base) coûterait à la Fed (et donc au Trésor) $900 milliards de dollars. »
    La duration est une durée moyenne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Duration
    une augmentation de 1bp coûterait 900 Md$?

  • « La Fed n’est rien d’autre que le plus gigantesque faux monnayeur légal de l’histoire. » => voilà qui se rapproche des discours de certains ‘complotistes’. lol

    • Rien à voir avec quelque complot que ce soit, juste une analyse rationnelle de la réalité économique du système de banque centrale.

      L’État, en nous interdisant d’utiliser et/ou de battre la monnaie de notre choix, viole purement et simplement notre droit naturel.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elie Blanc.

La grande catastrophe annoncée est-elle sur le point d’arriver ? Voilà des années maintenant que de nombreux économistes nous avertissent du danger de la politique de Quantitative Easing (création monétaire importante par le rachat massif de dettes souveraines) menée par la BCE depuis mars 2009 (et qui, rappelons-le, devait initialement s’arrêter en septembre 2009).

Aujourd’hui, il se pourrait bien que leur prédiction soit plus proche que jamais de se réaliser : après des années de faible inflation, la création m... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Les banques centrales du monde entier émettent de la fausse monnaie, la crise a légitimé d’aller plus loin encore pour financer les secours et les dettes des États. Il faudra pourtant, tôt ou tard, rompre avec la fiat money.

Fausse monnaie ?

C’est la valse aux milliards. Après les 45 milliards supplémentaires autorisés par la troisième loi rectificative votée jeudi dernier, selon Bercy, la générosité de l’État français serait de 469 milliards.

Le plan européen de relance européenne discuté ce week-end... Poursuivre la lecture

Par Franky Bee.

Il y a quatre mois, nous alertions sur une fièvre spéculative incontrôlée qui s’emparait des marchés financiers, avec des achats en meute massifs sur des actions comme GameStop ou AMC, ainsi que sur la discrète complicité des différents régulateurs, et notamment les banques centrales.

Force est de constater que rien, ou presque, n’a changé. Certains investisseurs ont été une nouvelle fois pris de bouffées délirantes, et l’action AMC a de nouveau atteint en l’espace de quelques jours des niveaux record, totalement... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles