L’euro a fêté ses 10 ans en pleine crise

Vouée dès le début à l’échec, la monnaie européenne a fait longtemps illusion

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 575

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’euro a fêté ses 10 ans en pleine crise

Publié le 13 janvier 2012
- A +

Vouée dès le début à l’échec, la monnaie européenne a fait longtemps illusion.

Un article de l’aleps

L’anniversaire n’a pas été joyeux. Contre le dollar, une monnaie pourtant bien mal gérée, l’euro a atteint sa cote la plus basse depuis plusieurs mois. Contre le franc suisse l’euro a perdu en trois ans quelque 40 %. En dépit des mesures de sauvetage, de plus en plus risquées, l’euro ne résiste pas à la crise des dettes souveraines.

Lors de sa création, la plupart des économistes libéraux avaient marqué leur scepticisme. La zone euro manquait visiblement d’homogénéité avec des pays économiquement solides et des finances publiques saines, et d’autres tout à l’opposé. L’idée même d’une monnaie unique impliquait celle d’un gouvernement économique de l’Europe qui n’intéressait en fait que les hommes politiques, trop désireux de retrouver au niveau européen le pouvoir et les moyens que la mondialisation leur avait fait perdre dans leurs propres pays. Les pères de l’euro se sont pourtant autorisés à aller de l’avant, en pensant que la sagesse et le consensus allaient s’instaurer, et en mettant en place des garde-fous avec les critères de Maastricht et les pactes de stabilité d’Amsterdam et de Lisbonne. Personne ne les a respectés, et surtout pas les Français.

Pendant plusieurs années, l’euro a été considéré comme une « monnaie forte » au point que l’on a reproché à Jean Claude Trichet de n’être pas aussi laxiste qu’Alan Greenspan puis Ben Bernanke, et de pénaliser les exportations européennes (le succès de l’Allemagne prouvant le contraire). Les choses se sont gâtées avec l’affaire des dettes souveraines, bien antérieure à la crise financière de 2008, mais aggravée par les stupides politiques de relance budgétaire qui n’ont conduit qu’au chômage massif. Aujourd’hui l’avenir est très compromis pour l’euro, qui doit sa survie au calendrier électoral : pas d’accident avant les élections françaises, au risque de compromettre les chances de Nicolas Sarkozy, chantre de l’euro et de la gouvernance européenne. Grâce à quoi l’euro va vivre son dernier printemps. Joyeux anniversaire !

—-
Sur le web

 

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les négociateurs du Parlement européen et des États membres de l'UE (Union européenne) sont récemment parvenus à un accord sur de nouvelles règles européennes visant à lutter contre ce que l'on appelle le "blanchiment écologique", par lequel des entreprises se présentent comme plus respectueuses de l'environnement qu'elles ne le sont réellement. Les nouvelles règles imposent une série de nouvelles exigences en matière de rapports - d'abord aux grandes entreprises, puis également aux PME - dans le but de "mieux informer" les citoyens de "l'imp... Poursuivre la lecture

Vertueuse Europe

Le 24 février dernier la Russie attaquait l’Ukraine. Depuis cette date fatidique l’Union européenne ne cesse d’étendre et de durcir les sanctions visant à punir l’agresseur.

À l’exclusion des principales banques russes du système SWIFT de paiements internationaux s’est ajouté le gel des avoirs détenus par la Banque Centrale de la Fédération de Russie stockés dans les Banques Centrales et les institutions privées de l’UE puis le bannissement de la majeure partie des importations de pétrole russe. L’arsenal a été complét... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

La crise du coût de la vie s'aggrave avec la montée en flèche de l'inflation. Dans toute l'Europe et dans le monde entier, les gens ont du mal à payer les dépenses essentielles comme les factures de carburant et d'énergie. Certaines des plus fortes hausses de prix concernent les produits de consommation courante, comme les denrées alimentaires et les cosmétiques, et de nombreuses familles ont du mal à payer leurs courses hebdomadaires. Avec la guerre en Ukraine, la lenteur de la reprise économique après la pandémie de covid et les perturbatio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles