La spéculation sur le banc des accusés

Les formateurs d’opinion et les politiciens qui accusent la spéculation ne font que démontrer leur ignorance ou leur biais idéologique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La spéculation sur le banc des accusés

Publié le 8 janvier 2012
- A +

Les formateurs d’opinion et les politiciens qui accusent la spéculation comme étant l’un des vrais problèmes des marchés ne font que démontrer leur ignorance ou leur biais idéologique.

Par Gabriel A. Giménez-Roche
Article publié en collaboration avec l’Institut économique Molinari

Les plans de réforme financière découlent essentiellement d’un désir d’empêcher la spéculation dans les marchés. Celle-ci serait le principal facteur derrière la défaillance des marchés. Mais quand on se penche sur la nature de la spéculation, on se rend vite compte qu’il vaudrait mieux se focaliser sur le facteur institutionnel qui permet une situation de déséquilibre persistant dans le marché. Et c’est ce déséquilibre persistant qui rend la spéculation apparemment préjudiciable à l’économie.

Essentiellement, la spéculation consiste à effectuer dans le marché des achats ou ventes, opérations qui sont fondées sur des estimations des variations des prix futurs des biens et titres. Ainsi, si le vendeur estime que le prix d’un actif augmentera dans le futur, il sera prêt à acheter davantage de cet actif aujourd’hui – dans le cas contraire, il vendra davantage de cet actif aujourd’hui s’il en possède. Si le consommateur – eh oui, les consommateurs, eux aussi, spéculent ! – estime que le prix d’un bien baissera dans le futur, il préférera acheter moins ou rien du tout aujourd’hui pour le faire massivement demain – dans le cas contraire, il achètera davantage aujourd’hui et moins, ou rien du tout, demain.

Histoire d’équilibre

On peut en déduire que le spéculateur est un agent pourvoyeur de liquidité et régulateur de l’équilibre inter-temporel des marchés, puisque le déséquilibre doit précéder l’activité spéculatrice pour que celle-ci élimine ce déséquilibre !

Quand la production d’un bien est trop abondante et que son prix tombe bas – un souci typique des producteurs agricoles –, le spéculateur est là donc pour demander davantage de cet actif et empêcher une baisse désastreuse du prix de ce bien. De la même façon, quand la production d’un bien est insuffisante et que son prix augmente beaucoup – cette fois-ci, il s’agit d’un souci particulier aux consommateurs –, le spéculateur est là pour offrir davantage de bien et, ainsi faisant, d’empêcher une hausse trop forte du prix de ce bien. L’action même du spéculateur d’augmenter la demande à un moment ou l’offre à un autre moment fait que les prix se redressent dans le marché. De cette manière, le déséquilibre inter-temporel tend à être éliminé par l’action spéculatrice et les prix varieront entre des marges plus étroites que si la spéculation n’existait pas. Le spéculateur fonctionne comme un arbitragiste inter-temporel et, par ce fait, il révèle aux participants du marché le déséquilibre en existence.

Ces participants pourront alors corriger leurs productions et consommations afin d’éviter de tels déséquilibres dans le futur.

Mais pourquoi cette même spéculation, bénéfique aux marchés, serait-elle associée à leur dysfonctionnement ? Pour le comprendre, il ne faut surtout pas oublier l’origine même de l’activité spéculatrice : un déséquilibre inter-temporel qui est anticipé par le spéculateur.

La racine du problème ne serait pas alors l’existence du déséquilibre, mais sa persistance : l’incitation à la production continuellement trop abondante ou insuffisante d’un bien, et à la consommation continuellement exagérée ou trop timide d’un bien.

En temps normal, la spéculation tend à éliminer ces incitations tant par l’action du spéculateur que par la révélation qu’il fait des déséquilibres. Alors, pour qu’il y ait persistance, il faut que quelque chose empêche que la spéculation élimine définitivement ce déséquilibre.

Interventions

Dans les marchés, un producteur persistera avec la surproduction si on lui propose de transférer les pertes qui en découlent à quelqu’un d’autre – autrement dit, le producteur est subventionné à trop produire. Le producteur persistera avec la sous-production s’il y a une interdiction ou si on le paie pour ne pas produire. De même, un consommateur persistera à trop consommer si on le subventionne ou si on lui facilite l’acquisition auxquels il n’aurait pas accès d’habitude. Et le consommateur persistera à consommer peu ou rien si on l’interdit ou si on le paie pour ne pas le faire.

Maintenant, il faut remarquer que les activités de subvention, d’interdiction ou de compensation décrites ci-dessus ne sont pas naturelles aux spéculateurs. En effet, ces activités ne sont même pas naturelles aux marchés, mais aux institutions gouvernementales. Dans les marchés des biens, c’est l’État qui distribue des subventions, interdit des biens, contrôle des prix et fournit des compensations aux producteurs et consommateurs pour qu’ils n’entrent pas dans le marché. Dans les marchés financiers, c’est l’État, par le biais de sa Banque centrale, qui augmente ou diminue l’offre monétaire à sa guise et qui, par conséquent, contrôle le prix des fonds de capital (l’intérêt), interdit des produits financiers et donne des compensations aux banquiers et débiteurs pour qu’ils entrent ou non dans le marché. On voit que le problème n’est pas la spéculation en soi, mais le facteur institutionnel, à savoir les politiques gouvernementales qui créent des déséquilibres et qui en consolident la persistance.

Les formateurs d’opinion, politiciens, et même beaucoup de ces « spécialistes » économiques qui accusent la spéculation comme étant l’un des vrais problèmes des marchés ne font que démontrer leur ignorance, leur malveillance, ou leur biais idéologique. Mais jamais ils ne s’approchent vraiment de la vérité ou d’une solution fiable aux problèmes qui apparaissent dans l’économie.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Très convaincant et certainement bien plus que ces « pseudos économistes médiatisés » qui nous expliquent que la spéculation c’est mal, puisque cela consiste pour un opérateur à plumer d’autres opérateurs en achetant ou revendant en masse un actif ou un bien convoité.

    Un exemple concret et chiffré me permettrait de mieux assimiler les mécanismes afin de pouvoir les expliquer à mon entourage.

    Surtout qu’ils n’hésiteront pas à m’opposer le fait que l’activité spéculatrice sert forcément celui qui l’applique, sinon il n’aurait aucun intérêt à intervenir sur le marché temporairement déséquilibré ( ce sacripan recherche le super profit).

    Merci d’avance.

  • Excellent article !

  • Oh lala ces tartines de bullshit.
    C’est presque triste que ce soit si bien articulé, ça pourrait convaincre des gens.

    La spéculation avant d’être la planche de salut des agriculteur (gigaLOL) c’est aussi plein d’outils très bon esprit comme:

    -la vente à découvert, oui car pour que la spéculation colle au réel et supporte au mieux l’économie, il fallait la possibilité de vendre ce qu’on ne possède pas, comme dans le monde réel … WAIT!

    -des effets de leviers qui permettent de gagner ou perdre 50 fois sa mise. Utilité du bordel ? à part de rentabiliser les algorithmes crées par des génies qu’on détourne de l’économie réelle. Et venez pas me parler de liquidité.

    -des produits dérivés, des dérivés de produits dérivés et autres joyeusetés qu’on s’échange dans un lancer de patate chaude sur le thème « kiki achète mon bordel à 5% de rendement que ça fait trois fois qu’on rajoute des lignes de crédit dedans que je sais même plus ce que j’ai à l’intérieur  »

    La spéculation, c’est faire de l’argent avec de l’argent. Point barre.
    Ca veut aussi dire que quand un spéculateur gagne de l’argent, quelqu’un d’autre le perd.Ce qq peut être ce soit un autre spéculateur ou un organisme financier (c’est le jeu ma pov Lucette) mais aussi une entreprise ou un agriculteur, bref des entités qui elles produisent de la valeur (ou tout du moins essaient).

    Puis oser baver après trois Quantitative Easing que les problèmes de spéculation actuels viennent des subventions et tentatives de régulations c’est à la limite du délit intellectuel.
    Que ça vous aide à dormir la nuit parfait, mais venir l’étaler aux yeux du public c’est juste méprisable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Pour ceux qui me lisent, la baisse des actions n’est pas totalement une surprise.

Dans cet article, j’expliquais une règle immuable : c’est lorsque les hypothèses implicites du marché divergent des vôtres que vous pouvez réaliser des performances exceptionnelles. Et les miennes se résumaient en un mot : récession. J’estimais et estime toujours que les marchés d’actions et de taux doivent intégrer la perspective d’une récession. De ce fait les premiers devaient baisser de 30 % et les seconds se détendre nettement.

Les actions ont... Poursuivre la lecture

Les décisions de politique économique sont difficiles à évaluer. Ceux qui les proposent n'en montrent généralement qu'une face, celle qui correspond à l'objectif principal de la mesure. Or le point clé en économie est que toute décision à des effets multiples au-delà de celui recherché, et souvent antagonistes.

En premier lieu, un choix économique peut affecter le volume de production (donc de richesse) et la répartition de cette richesse. Les premiers correspondent à la "taille du gâteau", les seconds à l'allocation des "parts du gâte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles