Sagesse vs Action sociale : citation de Han Ryner

La citation du dimanche, de Han Ryner, anarchiste individualiste, pacifiste et anticléral, qui marqua la fin du XIXe et le début du XXe siècle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
hanryner01

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sagesse vs Action sociale : citation de Han Ryner

Publié le 8 janvier 2012
- A +

La citation du dimanche, par Han Ryner :

Le sage remarque que, pour exercer une action sociale, il faut agir sur les foules, et qu’on n’agit point sur les foules par la raison, mais par les passions. Il ne se croit pas le droit de soulever les passions des hommes. L’action sociale lui apparaît comme une tyrannie, et il s’abstient d’y prendre part.

Han Ryner, Le petit manuel individualiste, 1903.

—-

Portrait de Han RynerJacques Élie Henri Ambroise Ner, dit Han Ryner est un écrivain anarchiste individualiste, pacifiste et anticlérical né à Nemours (département d’Oran, Algérie) le 7 décembre 1861 et mort à Paris le 6 janvier 1938.

Sa pensée allie la sagesse antique (Socrate, les Stoïciens) avec un individualisme éthique à la recherche d’une liberté intérieure.

Han Ryner est principalement influencé par les penseurs de l’antiquité, particulièrement les stoïciens. En ce sens, il prône une sagesse qui conduit à accepter l’inévitable, ce qui ne peut être changé ou vaincu. Puisque l’individu ne peut détruire certaines oppressions liées à la nature sociale de son humanité, il doit les accepter avec l’indifférence qu’il a face aux phénomènes physiques.

Il préconise une libération intérieure et non une révolution sociale, collective et violente. Selon lui, l’individu doit agir pour lui, en se délestant des conditionnements extérieurs, en écoutant ses propres pulsions et besoins et en n’obéissant que lorsque la préservation de son individualité est en jeu.

Pacifiste avant tout, Han Ryner valorise l’objection de conscience et les moyens d’action non violents. Il qualifie d’ailleurs son individualisme d’ « harmonique » pour le distinguer des individualismes « égoïstes » ou « doministes » qu’il rejetait au nom de son éthique et de son humanisme. Souvent surnommé le « Socrate contemporain », Han Ryner fut ironiquement un penseur au sens pré-socratique du terme, c’est-à-dire un sage curieux de tout à la rhétorique raffinée et d’une rare délicatesse.

Lire aussi (texte intégral gratuit) Le petit manuel individualiste (1903) sur Catallaxia.org

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ah ! Merci pour cette citation de l’excellent Han Ryner, que le non moins excellent Eskoh m’avait fait découvrir il y a quelques années. Il représente une facette du libéralisme à mon sens largement sous-estimée voire dénigrée de nos jours qui, comme les libertariens par exemple, se situe dans un champ qu’il est difficile de localiser sur un axe classique droite-gauche. Cet auteur renvoie autant au libéralisme classique qu’à l’extrême-gauche, d’une certaine façon.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Il y a une vingtaine d’année, la journaliste Christine Kerdellant éditait un essai très intéressant et instructif intitulé Le prix de l’incompétence, dans lequel elle analysait avec brio vingt grandes erreurs de management commises par de grandes entreprises de rang international. Depuis, de multiples ouvrages auraient pu être écrits sur le même thème ou ont été écrits sur des thèmes avoisinants (je pense à la trilogie, que je n’ai toujours pas lue, de Christian Morel sur Les décisions absurdes).

Les décisio... Poursuivre la lecture

Par Vincent Debierre.

Mon troisième axe de développement concerne un continent particulièrement sous-exploré dans le débat public francophone. Tentons en ouverture une lecture "dialectique" du rapport entre la philosophie des Lumières, empiriste, raisonnante, libérale (au sens de Locke, Voltaire et Mill), et l’activisme politique de gauche. Il faut sans doute commencer par quelques notes historiques.

Nonobstant la vision des Lumières habituelle en France, ses principaux philosophes se sont prononcés avec enthousiasme en faveur d... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

Nous connaissons déjà Pierre Bentata à travers ses premiers ouvrages, Des jeunes sans histoires et Les désillusions de la liberté. Il revient avec un nouvel ouvrage, de nouveau centré sur une question très actuelle et fondamentale, à savoir l’aveuglement des idéologies, qui conduit à être tenté de tout expliquer à partir d’un seul principe dominant – nationalisme, écologisme, véganisme, tanshumanisme, antispécisme, théories du genre ou racialistes, voire libéralisme nous dit-il – à la manière d’une religion et sous... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles