Saint Simon, « le premier des socialistes »

Saint Simon était le promoteur d’une organisation scientifique de la société

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Claude_Henri_de_Saint-Simon (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Saint Simon, « le premier des socialistes »

Publié le 3 janvier 2012
- A +

Saint Simon a été le promoteur d’une organisation scientifique de la société.

Un article de l’aleps

Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint Simon (1801-1850), « le dernier des gentilshommes et le premier des socialistes » (se définissait-il modestement), partage l’idée d’Auguste Comte : avec le XIXème siècle le monde est entré dans une ère scientifique. L’organisation sociale est encore décalée : elle a été mise en place dans l’ère militaire, puis dans l’ère législative. Il faut donc bâtir un nouveau monde, inventer de nouvelles relations humaines. Il faut une organisation scientifique de la société.

En économie, la place doit être faite à la science aussi : elle s’exprime à travers l’industrie. Les industriels, les ingénieurs, les savants, les créateurs, y compris les créateurs artistiques : voilà ceux qui doivent être au cœur d’une société actuellement occupée par les politiciens, les juristes, les corporations. C’est la nouvelle élite qui doit régner sur la société. Rien d’étonnant à ce que Saint Simon ait été si populaire dans les grandes écoles ; il s’était d’ailleurs installé en face de l’École Polytechnique et Monge était son ami.

Le socialisme élitiste

Il n’y a rien de populaire ni de populiste chez ce socialiste-là. Sa « lettre aux ouvriers » leur recommande de se soumettre aux industriels, qui ont le savoir et le sens de l’organisation. On rend souvent hommage aux Saint Simoniens qui auraient créé la France industrielle. Il est vrai que sous le règne de Louis Philippe, un certain nombre de grands inventeurs et ingénieurs contribueront au développement de la France et à son rayonnement mondial : les frères Péreire, inventeurs de la banque d’affaires, Talabot, roi des chemins de fer et des compagnies de navigation, Haussmann l’architecte de Paris, et bien sûr Ferdinand de Lesseps. Mais l’industrialisation de la France leur était antérieure (Peugeot, Schneider, etc.), et l’industrie des Saint Simoniens est très proche du pouvoir politique et tire une fois de plus la France dans la direction de la centralisation et de l’intervention de l’État. L’énarchie ne date pas de 1947.

La religion saint simonienne

On sait moins que quelque vingt ans plus tôt les disciples directs de Saint Simon, qui avaient connu « le maître », avaient versé dans une religion sociale débridée jusqu’à l’utopie, voire à la folie. Enfantin et Bazard (Saint Pierre et Saint Paul) veulent bâtir le « nouveau christianisme » ; ils forment sectes et églises, leurs disciples ont de longues barbes, et ils partent à la recherche des racines du monde nouveau : vers l’Orient (d’où vient la lumière). L’Égypte, le Liban et la Syrie, puis l’Algérie, les fascinent. L’affaire se termine soit dans la folie collective, soit dans la constitution de communautés, soit dans l’aventure industrielle – une issue plus conforme aux pensées du maître.

Mais la mésaventure de ces disciples montre les limites du constructivisme, cette « présomption fatale » dénoncée par Hayek dans son dernier ouvrage. La volonté d’une organisation scientifique de la société se double très vite de la volonté de construire un monde nouveau et parfait. La question est toujours la même : comment convaincre les gens simples, la foule de ceux qui n’appartiennent pas à l’élite, de suivre les prescriptions de ces architectes de génie qui ont pensé les plans de la société sans pénurie ?

Le monde merveilleux de l’élite saint-simonienne

Parmi les messages saint-simoniens, certains attestent de leur totale ignorance économique. Notamment en matière de finances, ils sont partisans du crédit gratuit, estimant que le taux d’intérêt zéro devait ouvrir l’ère de la prospérité infinie. Quelques banqueroutes du temps du Second Empire calmeront les enthousiasmes. De même les sociétés anonymes, sympathiques aux Saint Simoniens, ne sont pas soumises au contrôle des propriétaires, car les petits porteurs font confiance aux grands ingénieurs qui les dirigent, et qui ont compétence et savoir. L’entrepreneur des saint-simoniens, c’est le grand manager : « l’entreprise manageriale », la rupture entre capital et gouvernance des entreprises, c’est encore le saint-simonisme, on le retrouve chez Schumpeter et Galbraith. Ne sommes-nous pas entourés de descendants de Saint-Simon ?

 

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

La gauche politique comporte une constante : pour séduire, elle doit quitter la réalité et faire rêver. On le voit à nouveau avec la réussite politicienne d’un ancien socialiste : Jean-Luc Mélenchon. Ministre de Lionel Jospin de 2000 à 2002, il quitte ensuite la social-démocratie pour la radicalité politique. Concurrent du Parti socialiste dans une gauche de plus en plus divisée, il n’aura de cesse de critiquer cette gauche, surtout lorsqu’elle sera au pouvoir de 2012 à 2017.

Avec 21,95 % des suffrages exprimés à la présidentielle 2022... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles