Peut-on sortir du statu quo des grands partis politiques ?

Être indépendant ce n’est pas refuser la politique mais c’est refuser le statu quo imposé par les partis politiques

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 517

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Peut-on sortir du statu quo des grands partis politiques ?

Publié le 2 janvier 2012
- A +

Être indépendant ce n’est pas refuser la politique mais c’est refuser le statu quo imposé par les partis politiques.

Par Damien Theillier
Article publié en collaboration avec l’Institut Coppet

Nick Gillespie est l’éditeur de Reason.com et Reason.tv et il a été le rédacteur en chef de Reason Magazine de 2000 à 2008, un journal libertarien vendu en kiosque aux États-Unis. Il vient d’écrire avec Matt Welch un livre dont le titre rappelle Thomas Jefferson et la Déclaration d’indépendance : The Declaration of Independents: How Libertarian Politics Can Fix What’s Wrong With America.

Dans sa conférence à la FreedomFest à Las Vegas en juillet, il a invité chacun à déclarer son indépendance, non pas vis-à-vis d’un pays ou d’un gouvernement, mais vis-à-vis des grands partis politiques qui se partagent le « butin » depuis trop longtemps.

Un constat amer

Dans un monde où les gains mutuels réalisés grâce aux échanges commerciaux des cinq dernières années ont permis à un demi-milliard de personnes de sortir de la pauvreté, Gillespie rappelle que la politique est au contraire un « jeu à somme nulle », où les politiciens élus dépensent l’argent des autres dans le seul but de préparer leur réélection.

Une majorité croissante d’électeurs a répondu à ce spectacle dégradant en faisant un choix rationnel : ils ignorent délibérément la politique la plupart du temps et ils préfèrent se divertir, à la recherche de leur propre bonheur.

Il n’est plus possible d’ignorer aujourd’hui la force destructrice de la politique car nous nous rapprochons d’une possible faillite des États providence. La dette nationale américaine a ainsi passé la barre des 14 000 milliards de dollars, soit environ ce que produit l’économie américaine chaque année. Au moins 48 des 50 États américains enregistrent des déficits, beaucoup d’entre eux sont abyssaux.

L’aube des indépendants : les libertariens et le mouvement Tea Party

Selon Gillespie, le seul grand groupe politique américain qui a montré une croissance constante au cours des quatre dernières décennies est le bloc qui n’achète plus ce que vend la politique professionnelle : c’est le bloc des indépendants.

L’indépendance politique a des vertus individuelles. Penser par soi-même nécessite beaucoup plus de travail que de se laisser guider par le comportement et l’opinion des autres.

Les électeurs libres de toute affiliation à un parti sont plus enclins à considérer les revendications politiques des élus ou des candidats avec le scepticisme qu’elles méritent.

Parmi les indépendants, on trouve les libertariens. Ils sont fiscalement conservateurs et socialement libéraux. Gillespie se réfère au Pew Research Center for the People & the Press Depuis 1987, ce centre publie une typologie des principaux groupes de pensée au sein du corps électoral. Il vient d’en créer un nouveau en mai 2011 représentant 9% de l’électorat, sous le nom de « libertariens »

Pew caractérise les libertariens comme ceci : « Ils sont très critiques à l’égard du gouvernement. Ils désapprouvent les programmes sociaux. Ils sont pro-business et s’opposent fermement à la réglementation. Ils acceptent l’homosexualité. Ils ont des vues modérées au sujet des immigrants par rapport aux autres groupes. »

Nick Gillespie cite aussi le mouvement Tea Party comme le dernier exemple en date d’un réseau décentralisé de citoyens utilisant la technologie pour contester l’agenda politique de la classe dirigeante.

Pour Gillespie et Reason Magazine, les loyalistes du Tea Party sont trop enclins à souhaiter une intervention militaire, une lutte anti-charia paranoïaque et des amendements constitutionnels visant à interdire les activités qu’ils n’aiment pas. Mais le mouvement reste puissant en grande partie parce qu’il a généralement refusé de se laisser prendre au piège de la division sur les questions de politique sociale et étrangère, se concentrant plutôt avec une ténacité admirable sur la crise financière provoquée par les dépenses publiques inconsidérées. Il suffit de lire le message contenu dans le document du Tea Party, appelé « Contract From America » et datant de 2010 :

1. Protéger la Constitution
2. Rejeter Cap & Trade (réglementations sur les émissions de Co2)
3. Exiger un budget équilibré
4. Adopter une réforme fiscale en profondeur
5. Restaurer la responsabilité budgétaire et le gouvernement limité constitutionnellement
6. Fin des dépenses du gouvernement
7. Abrogation et remplacement des soins de santé gérés par le gouvernement
8. Donner la priorité à la politique énergétique
9. Abolir la Fed (Réserve fédérale américaine)
10. Stopper la hausse des impôts

On peut s’opposer à certains de ces articles. Mais selon Gillespie, il n’y a aucun doute sur la philosophie générale qui s’en dégage : le problème, ce n’est pas le marché, c’est le gaspillage des dépenses de l’État.

En conclusion, le message de Gillespie est simple. Être indépendant ce n’est pas refuser la politique mais c’est refuser le statu quo imposé par les partis politiques. Les grands partis agissent fondamentalement de la même manière : la majorité, souvent très mince, acquiert le droit de contrôler la vie et les biens de la minorité. Elle crée de plus en plus de dépenses publiques et de contrôles sur les individus. Pourtant, ajoute Gillespie, « supposer que les pauvres vont mourir de faim ou que les ignorants vont rester incultes, si l’on diminue les dépenses publiques en pourcentage du PIB, est aussi erroné que de supposer que les gens n’iront plus à l’église en l’absence d’une religion d’État. »

—-
Sur le web
Article originellement publié sur 24hgold le 10.11.2011.

Voir le commentaire (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Passeport pour la liberté s’intéresse aux alternatives aux États modernes (micronations, villes flottantes sur l’océan, villes privées, etc). Contrepoints s'est entretenu avec Nicolas Jutzet, auteur de cet ouvrage.

 

Contrepoints : Pourquoi défendre les micro-États aujourd’hui ? Les démocraties libérales seraient-elles en état de mort cérébrale ?

Nicolas Jutzet : La suprématie du modèle démocratique occidental est remise en cause par des modèles autoritaires, avec en tête de file une sorte de capitalisme d’État irres... Poursuivre la lecture

Certains de mes amis, partisans comme moi de l’exploration de Mars par vols habités, ne partagent pas mon opinion sur le caractère indispensable et quasiment inéluctable d’un établissement permanent et autonome sur la planète rouge (du moins autant qu’il lui sera techniquement possible de l’être). Je leur réponds.

Il y a plusieurs raisons de vouloir envoyer des hommes sur Mars. La première ou plutôt la plus immédiate, c’est son exploration scientifique. On voit bien qu’avec le décalage temporel résultant de la finitude de la vitesse de... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Quand Karl Hess prend la parole lors de la convention de Saint-Louis de la Radical Libertarian Alliance en septembre 1969, la salle s’enflamme.

Par son parcours atypique, de la campagne du très conservateur Barry Goldwater dont il fut speech writer à son rapprochement des très gauchistes students for a democratic society, Karl Hess représente l’aboutissement d’une réflexion singulière et d’un combat politique qui a duré près d’une décennie. Ce parcours, c’est aussi celui du mouvement politique libertarien améri... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles