Fiscalité, charges sociales : peut-on copier les Allemands?

À l’heure où il n’est question que de convergence entre France et Allemagne, certains chiffres permettent de mesurer tout le chemin à parcourir par les Français pour s’aligner sur leurs voisins.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscalité, charges sociales : peut-on copier les Allemands?

Publié le 24 novembre 2011
- A +

Une brève de l’aleps

C’est une double page bien présentée qu’a proposé Le Monde le 18 novembre pour illustrer les divergences en matière d’impôts, de taxes et de cotisations. À l’heure où il n’est question que de convergence entre France et Allemagne, certains chiffres permettent de mesurer tout le chemin à parcourir par les Français pour s’aligner sur leurs voisins, car l’inverse est hors de question. Il est bon d’en rappeler quelques-uns :

  • les dépenses publiques : 47,9 % du PIB contre 56,6 % ;
  • la dette publique (« au sens de Maastricht ») : 80,1 contre 87,6 % ;
  • la sécurité sociale : 30 % du total des prélèvements contre 52 % ;
  • impôt sur le capital 18 % contre 23 % du total des prélèvements.

Cependant, ces chiffres ne nous disent pas l’essentiel. Ils sont en effet le sous-produit de divergences institutionnelles plus profondes, et ils ne concernent que les finances publiques. Les causes ultimes de la (moins mauvaise) santé allemande sont les suivantes :

– il n’y a pas de sécurité sociale centralisée, mais de multiples caisses ; les assurances privées sont présentes sur le marché (Le Monde déplore ce système à double vitesse) ;

– il n’y a pas d’impôt sur la fortune, ni de taxe d’habitation, et le bouclier fiscal est constitutionnalisé ;

– la flexibilité du marché du travail a été restaurée par les lois Hartz voulues par le chancelier socialiste Gerhard Schroëder ;

– un grand nombre de « services publics » ont été privatisés : poste, rail, culture, énergie, etc. ;

– les syndicats sont participatifs et non pas politisés ;

– le contrôle du Parlement sur l’exécutif est réel.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En brandissant à nouveau la menace d’un troisième conflit mondial, la Russie rappelle aux plus aguerris la sinistre crise de Cuba et ramène l’Occident à la logique de blocs qui n’a jamais cessé de hanter le locataire du Kremlin. Une sémantique forte inversement proportionnelle à l’état d’une armée qui connaît aujourd’hui une déroute peut-être passagère, mais réelle, alors que des frappes ukrainiennes ont visé des dépôts de carburant sur le territoire russe, à quelque 150 km de la frontière.

Dans ce conflit, la position allemande contin... Poursuivre la lecture

La guerre en Ukraine révèle avec douleur plusieurs échecs de l’Union européenne (UE). Mais elle met aussi en évidence la grandeur de la nation polonaise. Les Européens sont en admiration pour le sens de responsabilité des autorités et de la population de Pologne, notamment dans l’accueil généreux des Ukrainiens qui fuient la mort et la destruction de l’injuste guerre conduite par la Russie. Mais comme toujours, il est possible dans les malheurs de tirer des solutions pour éviter que l’avenir ne fournisse les mêmes difficultés.

Objectiv... Poursuivre la lecture

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles