Fiscalité, charges sociales : peut-on copier les Allemands?

À l’heure où il n’est question que de convergence entre France et Allemagne, certains chiffres permettent de mesurer tout le chemin à parcourir par les Français pour s’aligner sur leurs voisins.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscalité, charges sociales : peut-on copier les Allemands?

Publié le 24 novembre 2011
- A +

Une brève de l’aleps

C’est une double page bien présentée qu’a proposé Le Monde le 18 novembre pour illustrer les divergences en matière d’impôts, de taxes et de cotisations. À l’heure où il n’est question que de convergence entre France et Allemagne, certains chiffres permettent de mesurer tout le chemin à parcourir par les Français pour s’aligner sur leurs voisins, car l’inverse est hors de question. Il est bon d’en rappeler quelques-uns :

  • les dépenses publiques : 47,9 % du PIB contre 56,6 % ;
  • la dette publique (« au sens de Maastricht ») : 80,1 contre 87,6 % ;
  • la sécurité sociale : 30 % du total des prélèvements contre 52 % ;
  • impôt sur le capital 18 % contre 23 % du total des prélèvements.

Cependant, ces chiffres ne nous disent pas l’essentiel. Ils sont en effet le sous-produit de divergences institutionnelles plus profondes, et ils ne concernent que les finances publiques. Les causes ultimes de la (moins mauvaise) santé allemande sont les suivantes :

– il n’y a pas de sécurité sociale centralisée, mais de multiples caisses ; les assurances privées sont présentes sur le marché (Le Monde déplore ce système à double vitesse) ;

– il n’y a pas d’impôt sur la fortune, ni de taxe d’habitation, et le bouclier fiscal est constitutionnalisé ;

– la flexibilité du marché du travail a été restaurée par les lois Hartz voulues par le chancelier socialiste Gerhard Schroëder ;

– un grand nombre de « services publics » ont été privatisés : poste, rail, culture, énergie, etc. ;

– les syndicats sont participatifs et non pas politisés ;

– le contrôle du Parlement sur l’exécutif est réel.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tiens, voilà qu’une Große Katastrophe se profile sur l’horizon teuton : on apprend qu’Uniper, la principale société allemande de vente de gaz et premier distributeur de l’entreprise russe Gazprom, doit faire appel à l’État allemand à hauteur de 55 milliards d’euros suite à une perte nette kolossale établie à 40 milliards d’euros depuis le début de l’année.

Un milliard d’euros par-ci, un milliard d’euros par-là et rapidement on commence à parler gros sous. En tout cas, à 55 milliards d’euros, voilà une somme rondelette qui va peut-être ... Poursuivre la lecture

Les contribuables, qui sont résidents fiscaux de France et qui font l’objet d’une imposition relativement élevée à l’impôt sur le revenu, recourent le plus souvent à des astuces bien connues de défiscalisation, tels que l’emploi d’un salarié à domicile ou encore l’investissement dans les PME.

Bien que permettant de réaliser d’appréciables économies d’impôt sur le revenu, ces niches fiscales sont plafonnées à 10 000 euros par an (18 000 euros dans certains cas).

Ce plafond peut vite être atteint lorsque le contribuable bénéficie ... Poursuivre la lecture

Par Christian Harbulot et Michel Gay[1. Synthèse adaptée du dossier « J’attaque » de mai 2021 de l’École de guerre économique et intitulé « Comment l’Allemagne tente d’affaiblir durablement la France sur la question de l’énergie ».].

Un excellent document de l’École de guerre économique, publié en mai 2021, révèle les manipulations révoltantes de l’Allemagne à Bruxelles pour défendre ses choix énergétiques douteux et ses intérêts industriels aux dépens de l’Union européenne (UE), et notamment de la France.

Ce texte décortique cl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles