Explosion des taxes foncières

+22% entre 2005 et 2010, contre + 8% pour l’inflation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Explosion des taxes foncières

Publié le 17 novembre 2011
- A +

La dernière version de l’observatoire des taxes foncières publié par l’UNPI (Union Nationale des Propriétés Immobilières) souligne une fois de plus l’explosion de la taxe foncière, première source de revenu des collectivités locales. Entre 2005 et 2010, la hausse a été de 22%, contre 8% pour l’inflation. Avec des variations différentes selon qu’il s’agisse de la part municipale, départementale ou régionale.

La plus forte hausse revient à Paris dont le maire, Bertrand Delanoë, a créé en 2009 une part départementale n’existant pas jusqu’alors. Facture salée pour le propriétaire parisien (et in fine les locataires) : + 71,97% en 5 ans, soit 9 fois l’inflation. Les édiles de Saint-Etienne dans la Loire (+22,36%) ou de Rennes en Ille-et-Vilaine (+34,94%) suivent derrière sur le podium des plus grands réducteurs du pouvoir d’achat.

L’UNPI, jugeant ces hausses « démesurées » a en particulier averti sur l’impact de ces hausses sur l’immobilier : « La fiscalité sur les propriétaires est de plus en plus lourde, s’alarme. Cette augmentation est sans commune mesure avec l’évolution des salaires, des loyers perçus par les bailleurs ou de l’inflation. » Autrement dit, la facture passera à un moment ou à un autre dans les loyers aussi.

Les collectivités se réfugient derrière la hausse de leurs dépenses et la non augmentation des crédits de l’Etat. Donnons leur une idée révolutionnaire : arrêtez de gaspiller et baissez franchement vos dépenses ! La hausse est d’autant plus scandaleuse quand on sait que, de 2002 à 2009, les effectifs de la fonction publique territoriale ont cru de 3,5% chaque année!

Nous soulignions récemment l’utilisation d’un maquis de taxes pour masquer le poids réel de la taxe foncière pour l’immobilier de bureau. Voir aussi le reste de nos articles sur la taxe foncière et sur l’immobilier.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’encadrement des loyers a été réactivé par le vote de la loi Elan fin 2018. Il vise à limiter le montant des loyers dans les communes situées dans les zones tendues. Dans ces communes le loyer à la relocation va être bloqué à une valeur maximum, appelée valeur de référence majorée, calculée à partir de valeurs fournies par l’observatoire des loyers de chaque agglomération. (Détail du système).

Les obligations sont si nombreuses et complexes que les petits bailleurs privés devront passer de nombreuses heures à assimiler le principe où ... Poursuivre la lecture

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

Par David L. Veksler.

 

Vous êtes-vous déjà demandé s'il existait un chiffre unique qui vous permettrait de savoir si vous avez réussi sur le plan financier ? Il en existe un en fait : la "règle des 4 %".

La règle des 4 % est une règle empirique utilisée par la plupart des conseillers financiers selon laquelle le fait de retirer un maximum de 4 % de votre portefeuille par an vous permettra de vivre indéfiniment sur vos économies. La règle est basée sur 75 ans d'histoire des marchés boursiers et, bien que le pourcenta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles