Hollande, cet autre pays du chômage

Hollande a présenté son one-man show comique intitulé Programme Economique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande, cet autre pays du chômage

Publié le 11 novembre 2011
- A +

Hollande, cet autre pays du chômage

Pour le moment, tout va bien puisque l’État peut continuer à payer les petits fours. Et comme les sommets se sont un peu calmés pour le 11 novembre, ça donne l’occasion à François Hollande de sortir de sa léthargie digestive pour aller tacler Sarkozy sur ses terres.

Enfin, tacler, c’est un bien grand mot, hein, puisque le choc émotionnel est équivalent à la rencontre inopinée d’un escargot et d’une coccinelle. Bref : le Hollande, cet autre pays du chômage, nous sort l’analyse de la crise la plus pertinente de son stock, assortie d’un programme ec.

J’écris « ec », parce que c’est vraiment, pour le moment, une toute petite esquisse de programme éco, et dans quelques mois, après moult efforts et beaucoup de sueur, on aura peut-être un programme économi. Avec un peu de chance, un programme économique complet sera prêt pour mai 2012.

Vieux Hollande, fruité mais un peu mou.Mais bon, puisqu’il a gagné la bataille des Primaires, le plus Primaire des socialistes s’est réuni avec les plus fins économistes que compte le pays pour nous faire une belle démonstration de sa capacité à reprendre la main et lancer une offensive.

Dans ces économistes, on retrouve la fine fleur de l’intelligentsia socialiste et d’autres satellites plus ou moins connus. Mais Hayek, Friedman ou même Bastiat auraient bien pu venir dans ce groupe, le résultat n’aurait pas changé d’un pouce : Hollande nous gratifie au final d’une bouillie consensuelle … et socialo-keynésienne.

On apprend ainsi que notre bon François est contre les paradis fiscaux. C’est logique du reste, puisqu’il est pour les enfers fiscaux et s’acharnera donc à en mettre un en place ici même : pour lui, « aucune banque ne devrait travailler avec un pays qui abrite un paradis fiscal ». Rappelons que la définition de paradis fiscal varie d’un politicien à un autre, et d’une période à une autre (la Suisse a fait partie du gang, un moment donné, par exemple). En outre, on ne le répétera jamais assez : si on sucre les paradis fiscaux, où diable iront les sommes que nos politiciens détournent allègrement dès qu’ils le peuvent ?

(ici, insérez vos insultes sur le populisme, la démagogie de mon propos et la méchanceté qui sourd de ce paragraphe dans lequel on pourrait croire que j’insinue que François aurait magouillé, ce qui est peu probable compte tenu de sa charge en testostérone digne d’une huître).

Mais foin de populisme, qui peut me trouver un candidat qui se déclare officiellement « pour » les paradis fiscaux ? Aucun, ce qui démontre à l’envi que tous ne rêvent que d’assommer d’impôts le contribuable, sans aucun espoir de fuite pour lui, ce qui est logique d’un enfer (beaucoup moins d’un paradis). On se demande au passage quel vice (à part celui du socialisme qu’ils ont chevillé au corps) les pousse à penser de la sorte alors que vouloir tout faire pour transformer son pays en paradis fiscal aurait sans l’ombre d’un doute des vertus évidentes tant pour les politiciens que pour les habitants…

Mais en attendant, Hollande continue dans la même voie : si les paradis fiscaux doivent être dissous dans une fiscalité invasive ou l’acide nitrique ou les deux, les hedge funds aussi. Enfin, pas tous, mais les plus méchants. Charge à lui (et à sa fine équipe) de définir ce qu’est un vilain hedge fund. Ensuite, c’est très simple : une instance mondiale sera le réceptacle de tout ce qui a été décidé dans toutes les instances diverses et variées au niveau politique, financier ou commercial, comme le FMI, et mettra tout le bazar en route.

Il est comme ça, WinnieFrançois : il se lance dans une primaire, veut devenir président, et le voilà déjà à l’assaut du Globe, de la finance mondialisée. L’étape d’après, moyennant un slip rouge sur son pyjama bleu, consistera à partir à la conquête de l’Univers.

Quant au reste, on retombe sur ce que lui, ses adversaires, ses coéquipiers, l’extrême droite, l’extrême gauche, le voisin et Jules Petitbedon de Triffouilly prônent tous d’une façon ou d’une autre :

* Il faut renforcer le fonds de solidarité financière européen, voyons ! Il est déjà à 1000 milliards d’euros, n’arrive pas à écouler ses bons sur le marché (c’en est même comique), mais dotons-le de plus de moyens, les enfants, créer de la dette va résorber le problème de la dette ! Et la solidarité incarnée dans ce fonds sera donc renforcée, miam miam : c’est bon, ça, la solidarité, et les Grecs l’apprécient tout particulièrement actuellement. F-Hollande ♥ G-Pap, tout ça.

* Il faut autoriser officiellement la BCE à racheter des emprunts d’État (les français, par exemple, y’a des promos actuellement), voire autoriser les eurobonds : allons-y, si ça fait grincer les dents des Teutons, c’est que c’est une bonne idée, non ? D’t’façon, ils sont psychorigides, ces Germains, ils ne savent pas rigoler. Alors que François, lui, il a tout compris à l’économie et question souplesse, c’est pas comme Barre, lui, c’est un esprit rond dans un corps rond. Pas comme une queue de pelle, disons, mais bon. Vous voyez.

* Et pour diriger toute cette production minutieusement contrôlée de papier, une bonne petite dose de Gouvernance Européenne, qui sera au niveau des institutions du Vieux Continent ce que sa lubie précédente était au niveau globo-mondialo-planétaire. Tout ceci sent le mûrement réfléchi, et laisse planer un petit doute sur la qualité du café distribué (libéralement, on peut être sûr) dans les séminaires de François.

Signalons tout de même un éclair de lucidité lorsqu’il pressent que les efforts budgétaires de Fillon seront supportés par les ménages : «Les 3/4 des sept milliards annoncés lundi seront payés par les ménages, ce qui fait 500 euros par ménage»… Éclair de lucidité malheureusement un peu trop court puisque ce triste coquin oublie de constater que cet effort ne représente au mieux qu’un petit pourcentage du déficit courant ou à venir du budget de l’État.

On pourrait déjà s’amuser à imaginer l’ampleur du déficit que Hollande produira par son premier budget en tant que président alors que la crise fera rage. Cantonné à faire le bouffon dans des enfilades de G20 tous plus grotesques et inutiles les uns que les autres, on sait déjà qu’il ne fera pas mieux, ni plus, que Sarkozy dont on apprend par ailleurs qu’il envisage à présent sérieusement une défaite en 2012.

Et si Sarkozy a deux sous d’entregent politique, il pourrait bien souhaiter perdre et ainsi laisser le pays, en ruine, à son rival qui ne pourra absolument rien faire, tant par incompétence que parce qu’il est de toute façon bien trop tard.

En attendant, François, ne sentant pas le piège qui se referme, se lance dans de grandiloquentes tirades où le vote de mai 2012 sera celui qui permettra de redresser la France et l’Europe, tagada tsoin tsoin, et envoyez les flons-flons républicains et festifs !

Au fait, si, pendant tous ces discours, ces petites joutes faussement enflammées entre les socialistes plus ou moins extrêmes des partis politiques franchouilles, vous entendez, de façon insistante, des bruits de pelle, ce n’est pas un problème auditif. C’est simplement celui des fossoyeurs qui s’acharnent à creuser le trou dans lequel ce pays s’enfonce, et dont les bruits ahanant sont à peine couverts par nos clowns à roulettes.

Et quand ces bruits de pelles s’arrêteront, ce ne sera pas du tout bon signe.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Mi dur de dur et mi mollette.

  • J’étais en train de me demander… Lequel de ces branl…, je veux dire de nos chers candidats à l’érec… l’élection présidentielle sera le plus rapide à précipiter le pays vers la bir.. la déroute ?
    Parce que, à la limite, plus vite ça arrivera, plus vite on avancera, non ?
    Hou là, je fais me faire un café et me ferais bien des canapés au gouda…

  • Mais ce qui me fait le plus peur, j’avoue, ce n’est pas tant la faillite… que l’état d’esprit français socialisant et donc loin d’être prêt à concevoir et accepter les idées libérales : ça me plonge dans un pessimisme pas très réjouissant.

    • Effectivement, dans la religion socialo-keynesienne, le paradis (fiscal, mais pas seulement), c’est mal. Quand on pense qu’un tel contresens ne choque même plus, il y a vraiment de quoi avoir peur.

  • à lire d’urgence !

    LA FRANCE RONGEE PAR LE SOCIALISME

    La France est paralysée. On le sait tous. Mais d’où viennent tous ses défauts actuels ? La réponse est simple et elle nous est donnée par Philippe Nemo dans un brillant essai qui vient de paraître : La France aveuglée par le socialisme (François Bourin Editeur, 2011).

    Notre pays ne devrait pas se trouver dans la situation catastrophique d’aujourd’hui avec son chômage permanent, son école à la dérive, ses dépenses publiques hors contrôle et sa pression fiscale insupportable. Non, cet état est dû surtout au fait qu’une « proportion plus grande de ses prétendues « élites » de droite comme de gauche sont – qu’elles le sachent ou non – devenues socialistes ». En effet, en écoutant l’une des dernières interventions du président de la République, force est de constater que les mots qu’il utilise le plus sont : « Etat, intervention, social, Europe, action politique, réunion, » etc…, des mots sortis tout droit du vocabulaire de la gauche. Et pourtant, il s’agit d’un président de…droite. Nous sommes sûrs maintenant qu’il ne dira pas comme un ancien président américain : « Prenez-vous en charge. Ne vous demandez pas ce que le gouvernement peut faire pour vous mai ce que vous pouvez faire pour le pays ». Nos hommes politiques et nos élites agissent selon des schémas socialisants. En même temps, les dirigeants politiques – de gauche et de droite – n’hésitent pas à montrer leur aversion à l’égard de l « ’homme indépendant », de l’entrepreneur. Au lieu de l’ériger en modèle et le désigner comme le seul et vrai sauveur du pays, ils le stigmatisent.

    Finalement, on pourrait s’en moquer si les conséquences de ce comportement idéologique n’étaient pas catastrophiques. Toute la société s’est imprégnée de la mentalité étatiste en commençant avec les médias. Leur réaction durant ces journées de crise européenne est significative. Tous, sans exception, défendent de manière moutonnière l’Europe et l’euro sans se poser même la question de l’échec d’une monnaie politique et d’une organisation bureaucratique. Les « Sommets européens » sont traités avec la plus grande sympathie en dépit de leur coût et de leur inutilité. Mais la « déviance socialisante » ne se résume pas seulement à cela. Nous ne cessons d’entendre parler d’inégalités, de riches et de pauvres ou de « justice sociale ». On en parle comme d’un fait établi qui ne supporte aucune contestation. De prétendus libéraux en sont même les porte-étendards. Pour Philippe Nemo, cette situation est récente. La France a une histoire antisocialiste. L’auteur situe le basculement socialisant à partir de 1981 et la victoire de Mitterrand, lorsque le pays est passé « de l’ombre à la lumière ». Pour ma part, je considère que la déviation a commencé en 1945 avec l’impact des communistes soutenus par Moscou, le poids des intellectuels marxisants et aussi, au niveau politique, la création de l’ENA à l’origine d’une élite biberonnée à l’étatisme.

    Dans son livre, Nemo regroupe plusieurs écrits, certains déjà parus, d’autres inédits. J’ai eu un grand plaisir à retrouver La double oligarchie de la Ve République, un court essai de référence sur les fonctionnaires et les syndicats qui nous dictent leur loi. Ces derniers agissent aussi à partir d’organisations secrètes comme la franc-maçonnerie qui est pleine expansion (160 000 maçons en France dont 60 000 au Grand Orient et 45 000 à la Grande Loge nationale française. En s’appuyant sur la vulgate « républicaine », ils ont colonisé le monde politique et les cabinets ministériels. Toujours dans cet ouvrage, le lecteur peut découvrir ou redécouvrir avec beaucoup de profit des textes sur l’école et ses ennemis. Philippe Nemo est très sensible à la catastrophe scolaire et cela se voit… Lire le dernier essai de Nemo c’est comprendre la France d’aujoud’hui.

    sur libres.org

  • je conseille de se rendre sur le site de

    http://www.claudereichman.com

    et d’écouter l’excellent Jean-Christophe Mounicq

    Tous les français devraient écouter et faire écouter cette intervention de qualité et ô combien édifiante

    sur REICHMANTV
    Emission du 10 nov 2011

    l’Etat français est un Etat socialo-communiste…et le pire est à venir.

    • « Tous les français devraient écouter et faire écouter cette intervention de qualité et ô combien édifiante »

      J’ai peur qu’il ne soit malheureusement trop tard…

  • Bon article. Il aura fallu rappeler le coût du programme de Flamby chiffré par l’IFRAP : 150 myard de dépenses nouvelles et 100 miyards de nouveaux impôts. Résultats ? un trou suplémentaire de 50 myards en 5 ans, soit +10 myards par ans ! qui dit mieux ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Première partie ici Deuxième partie ici Troisième partie ici Quatrième partie ici

 

Les penseurs de la loi de Say de nos jours : Steven Kates et Mark Skousen 

Comme nous avons vu dans cette série d’articles, les dépenses improductives trouvent leurs fondements dans la rhétorique keynésienne de la déficience de la demande (qui trouvait déjà des échos chez les mercantilistes, et après Malthus et Sismondi).

Cependant, des dépenses qui n'ajoutent rien en termes de valeur ajoutée re... Poursuivre la lecture

L’industrialisation d’un pays ne se fait pas avec des incantations comme le fait notre ministre de l’Économie.

Elle ne se décrète pas, mais s’obtient uniquement grâce à un environnement fiscal et normatif lui permettant de s’imposer dans le monde, ou tout au moins en Europe en ce qui nous concerne.

 

La France a tout faux depuis la fin du XXe siècle

En 1982 François Mitterrand a abaissé démagogiquement l’âge de la retraite à 60 ans alors que la majorité des autres pays la maintenaient à 65 ans. À ce jour il a été ram... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles