In memoriam William Niskanen

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
William Niskanen (Crédits : Cato Institute, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

In memoriam William Niskanen

Publié le 5 novembre 2011
- A +

Hommage posthume à l’économiste William Niskanen, décédé fin octobre.

Par Gene Healy (*), depuis Washington, États-Unis
Article publié en collaboration avec Un monde libre

William A. Niskanen, ancien chef intérimaire du Conseil d’Analyse Économique du président Reagan et président de longue date de l’Institut CATO, est décédé mercredi 26 octobre 2011 à l’âge de 78 ans.

Dans sa nécrologie, du samedi 29 octobre, le New York Times décrivait Niskanen comme un « abrupt économiste libertarien » ; et il était effectivement les trois à la fois. Mais il était aussi beaucoup plus intéressant et admirable que cette description méprisante ne peut l’exprimer.

Bill Niskanen était le genre de personnage qui est extrêmement rare à Washington DC : un homme qui avait mis les principes au-dessus de l’esprit partisan et du gain personnel.

Après avoir étudié sous la coupe de Milton Friedman à l’Université de Chicago, le jeune Niskanen est venu à Washington avec l’administration Kennedy, comme l’un des « petits génies » du secrétaire à la Défense Robert McNamara.

Ce qu’il vit en tant qu’insider au Pentagone le choqua, se rappelait-il. Le président et les hauts responsables de l’exécutif « mentait avec une telle régularité, que quand ils ont finalement atterri sur la lune » Niskanen a été brièvement tenté de se demander si ce n’était pas une mise en scène. « Voilà comment j’ai perdu mes illusions, en 1969. »

Il s’est inspiré de ces expériences pour écrire en 1971 La bureaucratie et le gouvernement représentatif, un ouvrage précurseur en économie des choix publics.

Plus tard, en 1980, Niskanen a retenu l’attention du pays lorsque la Ford Motor Company le congédiait alors qu’il était économiste en chef de l’entreprise, parce qu’il s’était opposé à l’appel de Ford pour des quotas d’importation sur les voitures japonaises.

En 1984, après avoir servi quatre ans en tant que membre et président par intérim du Conseil d’Analyse Économique du président Reagan, Niskanen aurait pu prétendre à un poste haut placé dans une grande entreprise ou dans les universités.

Peter Orszag, ancien chef du CAE du président Obama, a été par exemple parachuté à un poste lucratif chez le géant financier Citigroup, qui a bénéficié d’un sauvetage.

Mais faire de l’argent n’attirait pas Niskanen. Au lieu de cela, il rejoint l’Institut CATO, à l’époque un think tank opérant à partir d’une maison de ville sur la colline du Capitole, et dédié, comme Niskanen, « aux principes de la liberté individuelle, du gouvernement limité, de marchés libres et la paix. »

Cela permit de donner une visibilité au CATO, comme l’explique le président du CATO Ed Crane. William « travaillait dans un bureau environ 1/10ème de la taille de son bureau à l’Old Executive Office Building, sans jamais se plaindre. »

En effet, dans une ville pleine de fondus de politiques publiques aux dents longues, William avait « la classe » : c’était un collègue aimable et généreux qui n’a jamais réclamé un quelconque traitement spécial, un inébranlable défenseur de la science économique.

Niskanen commençait un article de 2006 dans le Washingtonian avec : « Pour ceux d’entre vous avec un penchant partisan, j’ai quelques mauvaises nouvelles ». Ce texte soutient « le gouvernement divisé » (les gouvernements à parti unique dépensent trois fois plus vite, selon ses calculs).

Ce genre de « mauvaises nouvelles pour les partisans » a constitué un thème récurrent dans sa carrière iconoclaste. Il ne s’est pas livré aux conservateurs, produisant des données montrant qu’« affamer la bête », l’idée que les réductions d’impôts diminuent la taille de l’État en le privant de revenus, était une sorte de « pensée magique » et qu’il n’y avait en fait pas de substitut au travail acharné de réduction des dépenses.

De même beaucoup au parti républicain n’ont pas spécialement bien accueilli son opposition à la guerre en Irak, émise lors d’un événement au CATO en Décembre 2001 – sans doute la première déclaration publique contre cette imminente débâcle. « Une guerre inutile est une guerre injuste » – et une guerre que nous viendrions à regretter, soutenait-il alors.

Dans la pile des cartes de vœux que William Niskanen a reçues en 2001 pour son 70ème anniversaire, il y avait celle d’un « abrupt économiste non-libertarien », Larry Summers, ancien secrétaire du Trésor et haut conseiller démocrate. Elle était adressée à « William Niskanen, homme le plus honnête à Washington DC ».

C’était très juste.

Et voici la partie où l’on est censé dire quelque chose à l’effet que, « nous ne verrons plus son pareil ». Espérons que si. L’avenir de l’Amérique dépend d’autres esprits libres suivant l’exemple que William Niskanen nous a laissé.

—-
(*) Gene Healy est vice-président au Cato Institute et auteur de « Le Culte de la présidence ».

Sur le web

Wikibéral a également consacré un article aux idées de William Niskanen

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Un constat lucide sur la complexité administrative aux solutions trop lacunaires

On attendait le livre de ces deux auteurs depuis longtemps. Paru le 17 novembre 2021, Simplifions-nous la vie ! offre un juste constat sur les dangers de la complexité normative engendrés par une inflation législative générant un désordre normatif. Si le constat est juste, les solutions proposées, intéressantes cependant, souffrent de certaines lacunes.

Un constat juste : la complexité normative engendre des inégalités et affaiblit la cohérence de l’ordre jur... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

Il était déjà activé dans près de 6 régions, le fameux plan blanc pourrait bien être sous peu déployé dans l’ensemble du pays, quelques jours avant l’arrivée probable de l’épidémie hivernale de grippe et alors que la bronchiolite s’est jointe au tableau sanitaire.

C’est en tout cas ce qui a été annoncé par le ministre de la Santé Olivier Veran invité de France 2 ce jeudi.

Pour rappel, le plan blanc est un plan d’urgence hospitalière né en 2004 permettant aux responsables et directeurs d’établissemen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles